Le 7 mai 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Eric Piolle, le nouveau maire Europe Ecologie – les Verts de Grenoble, a pris une première décision symbolique et dangereuse pour la ville.

La première décision du nouveau maire va faire du bruit : Eric Piolle veut supprimer la vidéosurveillance dans la ville. Pour cela, il va faire démonter les 18 caméras de vidéosurveillance présentes à Grenoble. Cette initiative fait grincer les dents de l’opposition, mais également de certains riverains qui ne se sentiront plus en sécurité. 

 Le 7 février, la communauté d’agglomération du Val et Forêt a décidé l’implantation de la vidéo-surveillance à Saint-Leu-la-Forêt. Notre association se réjouit de cette décision de nature à améliorer la sécurité dans notre ville.

Lors du dernier conseil communautaire de Val-et-Forêt, il a été décidé l’implantation de 7 caméras de surveillance dans la commune de Saint-Leu-la-Forêt. Nous avons déjà eu l'occasion sur ce site de mettre en valeur tous les arguments favorables à ce type d'investissement.
 

http://www.bienvivreasaintleu.org/content/view/221/19/

http://www.bienvivreasaintleu.org/content/view/18/19/

   Infomation publiée sur ce site en juin 2009:
L'expérience d'Asmières-sur-Seine. Repris du site web de cette ville.

Si l'utilisation de caméras pour lutter contre la délinquance de rue faisait encore des sceptiques il y a quelques années, force est de constater que cet outil efficace est de plus en plus prisé par les communes.

Voici, de plus près, son rôle et son mode de fonctionnement.






Quel est le rôle des caméras installées dans la ville ?

Les caméras sont là pour pouvoir observer en temps réel les actes de délinquance commis sur la voie publique, comme les vols, les trafics et les dégradations, mais aussi les attroupements agressifs. D'une part, elles permettent à la Police d'intervenir plus rapidement sur place et augmentent ainsi les chances de flagrant délit, et de l'autre elles ont un rôle dissuasif.

Combien y a-t-il de caméras ?
Lancé en 2001, le parc de vidéosurveillance a été renforcé chaque année de 10 nouvelles caméras. Depuis le mois d'octobre 2006, elles sont au nombre de 43, réparties sur tout le territoire de la commune. Leur nombre continuera d’augmenter chaque année.

Comment les emplacements sont-ils définis ?
Les emplacements retenus correspondent aux lieux les plus stratégiques, grâce notamment aux informations des habitants.

Qui visionne les images ?
Dans les locaux du poste annexe de la Police municipale installé rue des Frères Chausson, 6 agents municipaux se relaient par équipes de 2 pour scruter les écrans 24 heures/24. Dès que le besoin s'en fait sentir, ils préviennent leurs collègues de la Police municipale ou de la Police nationale, à laquelle ils sont reliés par radio.

Pourquoi est-ce si utile ?
Même si des équipes de policiers patrouillent dans nos rues 24 heures/24, il leur est impossible de prendre sur le fait tous les auteurs de délits de voie publique. En revanche, le système de vidéosurveillance permet par exemple de surprendre une personne s'apprêtant à voler un deux roues ou en train de tagger une façade.
Mais la vidéosurveillance montre aussi régulièrement son efficacité dans des affaires plus graves. Par exemple lors de cas de trafic de drogue, où elle a permis à la Police d'arrêter des dealers, de saisir leur "marchandise" et de l'argent liquide. Une autre fois, les caméras ont montré leur utilité lors d'un braquage survenu à Asnières. L'enregistrement des images a été transmis à la Police judiciaire, l'aidant ainsi dans son enquête.

La vie privée est-elle respectée ?
Bien entendu. Le dispositif est déclaré à la CNIL. Conformément à la loi, les enregistrements ne sont conservés que pour une durée de 6 jours. Les images enregistrées ne peuvent être visionnées que par les autorités judiciaires sur commission rogatoire. Seule la voie publique est filmée, toutes les habitations (jardins compris) sont masqués par un cache noir automatique.