Bienvenue

Ayant dénoncé le caractère nocif de certains vaccins, le Professeur Joyeux se voit sanctionné. Il répond :

"C’est le 18 juin 2015 que le Conseil National de l’Ordre des Médecins s’est réuni à Paris pour examiner les 2 pétitions diffusées sur les réseaux sociaux concernant respectivement :
– l’une la vaccination contre les cancers du col de l’utérus, que les laboratoires cherchent à généraliser dès l’âge de 9 ans chez garçons et filles,
– l’autre la rupture de stock calculée par les fabricants du vaccin trivalent contre Diphtérie-Tétanos-Polio (DTP) obligatoire selon la loi ; ceci entraînant l’obligation pour les familles d’utiliser deux mois après la naissance un vaccin Héxavalent contre 3 maladies supplémentaires : l’hépatite B, la coqueluche ainsi que les maladies dues à l’Hémophilus Influenzae de type b. Une belle arnaque !...
 

La période des vacances d'été est trop souvent l'occasion d'abandons massifs des animaux de compagnie. Ils seraient 60 000 à en être victimes chaque année entre mai et septembre avec des pics considérables en juillet et en août. Et pourtant des solutions existent…

Pour ceux qui ne peuvent malheureusement pas partir avec leur animal de compagnie, passer une annonce via la plateforme «Entre Saint-Loupiens » est le moyen le plus pratique de trouver près de chez soi une personne prête à garder son animal.

Après les vives réactions des maires, la grogne gagne les policiers. La réorganisation de la police annoncée dans le Val-d’Oise ne leur convient pas. Tout du moins à ceux du syndicat SGP Police FO qui ont manifesté leur colère devant la préfecture de Cergy ce mardi midi. Une trentaine d’entre eux, habillés en civil, avait répondu à l’appel. Si le chiffre est mince, il s’explique par « l’interdiction de faire grève » selon Frédéric Jung, le secrétaire départemental SGP police FO et l’obligation pour les volontaires « de venir sur leur temps libre ».

En clair, la réforme consiste à transformer progressivement les onze circonscriptions actuelles en six circonscriptions d’agglomération. Cette mutualisation des moyens, qui débutera en septembre, impliquera les rattachements du commissariat de Bezons à celui d’Argenteuil et de celui de Garges-lès-Gonesse à Sarcelles. Le rattachement de Taverny à Ermont et celui de Deuil-la-Barre à Enghien-les-Bains suivront en 2016. Une réforme censée optimiser la lutte contre la délinquance avec plus de policiers sur le terrain et moins à l’intérieur des commissariats selon Pascale Dubois, la directrice départementale de la sécurité publique (DDSP).

Une vidéo publiée par l'association Contribuables Associés, déjà visionnée plus de 500.000 fois, suscite à juste titre l’indignation de nombreux Français. Dans cette vidéo, Angelo, jeune père de famille français mis à la rue avec sa famille suite à la perte de son emploi, déclare être contraint de mendier afin de fournir un toit à son bébé. Toutes les structures d’aide, étatiques ou associatives, auxquelles il s’est adressé n'ont rien pu faire pour lui. "Si j'avais été demandeur d'asile ou personne en situation irrégulière, on m'a dit qu'il y aurait eu une solution pour un hôtel, mais qui n'héberge que des immigrés". Le jeune père de famille, confie sa détresse et sa légitime colère.

La tragique histoire d’Angelo n’est malheureusement pas un cas isolé.  La majorité des personnes qui vivent dans la rue sont d’origine française, alors que les immigrés clandestins sont pris en charge par l’État,à travers l’Aide Médicale d’État (qui couvre les frais médicaux les plus bénins.... ou les plus coûteux) ou dans le cadre d'hébergement d'urgence. Le 12 juin, un communiqué de la ville de Nanterre nous apprenait que 30 SDF avaient dû être renvoyés d'un centre d'accueil pour que des clandestins y soient logés !
 

Cela vous est sans doute arrivé d’oublier au moins une fois de décommander un rendez-vous chez le docteur lorsque vous ne pouvez pas vous rendre à son cabinet. Le problème, c’est que ce phénomène devenu trop fréquent fâche aujourd’hui les professionnels de santé.

Qui estiment, comme ce généraliste du Val-d’Oise, que « l’absent prend la place d’un patient à qui l’on a dû refuser le créneau, et qui aurait pu consulter plus rapidement ».

Et pour cause : « Les médecins libéraux interrogés sont 71 % à constater entre un et deux rendez-vous non honorés par jour, et 23 % plus de trois », pointe une étude réalisée * par la commission accès aux soins du syndicat URPS (Union régionale des Professionnels de santé) médecins libéraux Ile-de-France. La première étude du genre.

Les mauvais élèves sont les habitants du Val-d’Oise...

Afin de garantir une meilleure information des usagers sur leur commerce local, la municipalité offre aux commerçants la possibilité de mettre à jour eux-mêmes leurs coordonnées figurant sur le site de la ville à la rubrique «Annuaires».

Pour ce faire, les intéressés doivent au préalable se faire connaître auprès du service communication :
communication@saint-leu-la-foret
Ils recevront en retour par mail un code et un identifiant grâce auxquels ils pourront, d'une manière autonome, se connecter à l'annuaire du site de la ville, pour modifier les informations les concernant ou encore ajouter, s’ils le souhaitent, des liens ou des photos.

Ce dispositif, qui permet aux acteurs de l’économie locale d’être plus visibles et de mieux renseigner leur clientèle, s'applique aussi au monde associatif.

Pour tout renseignement, les commerçants sont invités à contacter le service communication au 01 30 40 22 12

Source: Cahiers Saint-Raphaël   http://www.acimps.org/

La technique a véritablement déshumanisé la médecine en la transformant en une série de métiers différents. Que reste-t-il de communu entre un médecin qui opère toute sa vie les décollements de la rétine avec celui qui n'enlève que les varices de la veine saphène externe ? Plus grand chose...

C'est alors que se dessine la vocation des infirmières, des sages-femmes et de tous les "paramédicaux"; tous et toutes, par leurs compétences servent de trait d'union entre les patients et les médecins.

Ce sont ces professions qui par leur multi-compétences sont à la jonction de l'humain et de la science.

Très proches des malades, leur seule présence st un bienfait pour la santé du corps et le secours des âmes. Sans elles l'être humain se réduirait à de simples organes pris en charge par des machines.

Communiqué du CSA :

"Le Collège du Conseil supérieur de l’audiovisuel a décidé d’instruire avec une particulière vigilance les séquences de ce jour diffusées à la télévision concernant Monsieur Vincent Lambert, notamment au regard de l’application du principe de respect de la dignité humaine."

C'est surtout le respect des mensonges du Dr Kariger et du Dr Devalois, qui ne supportent pas d'être ainsi démasqués.

La police politique cette fois-ci s'appelle CSA, et elle ose parler de respect de la dignité humaine !  On croirait entendre le Dr Goebbels !

 

On ne peut pas abandonner quelqu'un qui est vivant

C'est la déclaration de François Bayrou sur Itélé à propos de Vincent Lambert :

"Ce qu'on voit, c'est un vivant, un vivant blessé, désarmé, mais quelqu'un qui n'est pas un mort prolongé, ce n'est pas de l'acharnement thérapeutique, je crois d'ailleurs qu'il ne reçoit pas des soins d'acharnement thérapeutique. On ne peut pas abandonner quelqu'un qui est vivant, même blessé, même diminué, même handicapé. J'ai voté la loi Léonetti (...) J'en parle avec beaucoup d'émotion car les plus fragiles parmi nous méritent aussi qu'on fasse attention et qu'on s'en occupe"

Après Charles Beibdeger, François Bayrou est (seulement) le deuxième homme politique français à prendre la défense de Vincent Lambert.

L'urgence médicale est en effet de ne pas l'abandonner sur son grabat mais de lui donner les mêmes soins que les plus de 1500 autres patients en état paucirelationnel ( lever au fauteuil, kinésithérapie et prévention des complications de décubitus, alimentation etc...): les médecins fidèles au serment d'Hippocrate ( le refus de l'euthanasie est toujours en vigueur) se devront d'évaluer son état sans se soucier d'éventuels conflits d'intérêts familiaux et d'hypothétiques directives du patient , dont le caractère opposable n'a pas encore heureusement force de loi...

Le Préfet de Paris a fait savoir qu'il avait relogé sans délai les 460 migrants qui étaient en situation irrégulière dans le 19e arrondissement. Anne Hidalgo vient de le confirmer et de s'en réjouir publiquement sur BFM-TV.

Les Parisiens qui attendent un logement social et doivent - eux - attendre entre 6 et 10 ans selon la taille du logement, sont effarés et scandalisés de voir que des migrants en situatiuon irrégulière, des clandestins qui bafouent la loi française,  sont ainsi traités pendant qu'eux passent systématiquement après les immigrés !  

Il ne faudra pas s'étonner des scores du Front National !

La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a jugé qu’en Europe, on peut à nouveau légalement provoquer la mort d’un patient handicapé qui n’a pas demandé à mourir ; mais en outre, elle dénie à ce patient la protection de la Convention contre les mauvais traitements. En refusant de garantir le droit à la vie et aux soins à Vincent Lambert, la Cour tourne une page dans l’histoire des droits de l’homme en Europe.

Elle réintroduit dans la légalité européenne la possibilité d’euthanasier une personne handicapée, alors même que c’est précisément contre cette idéologie que la Convention européenne des droits de l’homme a été proclamée en 1950.