Bienvenue

Depuis le 1er juillet 2014 toutes vos démarches concernant les impôts (renseignements, changement de situation, paiement, réclamation...) devront être effectuées dans un même endroit à l'adresse suivante :  

Service des Impôts des Particuliers, Centre des Finances Publiques, 131 rue d'Ermont, 95 328 Saint-Leu-La-Forêt, 

 

 

 

Tel. : 01 30 40 66 00      Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

 

 

Les 9 milliards de dollars de profit que l'Etat de New York va extorquer à notre banque se traduiront par :

Premièrement, une perte pour l'Etat français de l'impôt sur les sociétés d'environ un tiers, soit 3 milliards de dollars, qu'il faudra bien aller récupérer dans la poche du contribuable, c'est-à-dire la vôtre.

Deuxièmement, la banque distribuant environ la moitié de ses profits après impôts, un manque à gagner de 3 milliards de dollars pour les actionnaires, c'est-à-dire autant de moins pour la consommation, l'épargne et les impôts associés (TVA, IR, ISF, etc.).

Troisièmement, un manque de mise en réserve de fonds propres du troisième tiers soit 3 milliards de dollars, ce qui veut dire compte tenu de l'effet multiplicateur du levier bancaire, par environ 60 milliards de dollars de crédits en moins pour les entreprises essentiellement françaises, italiennes et belges.

Si l'on ajoute que d'autres banques, telles la Société Générale ou le Crédit Agricole, sont sous la même menace, Manuel VALS n'a pas fini de transpirer pour boucler son budget et nous, pour payer nos impôts...

Cher Contribuable,

« La France est un pays fertile : on y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts. » Clémenceau a tout résumé il y a plus d’un siècle avec une clarté stupéfiante… 

La République s’est fait un devoir de planter des fonctionnaires partout, à tous les niveaux, dans tous les endroits, sans plus savoir pourquoi !

Résultat
La France = 7 millions de fonctionnaires
En 2014, un employé sur quatre est en réalité payé par l’Etat.

ponction publique
Ainsi, la fonction publique au sens strict compte près de 4,8 millions de fonctionnaires ! Il y en a 2,4 pour la fonction publique d’Etat, 1,5 pour la fonction publique territoriale et plus de 900.000 pour la fonction publique hospitalière.


Mais ce n’est pas tout. 2 millions sont assimilés fonctionnaires et profitent du statut ! On en compte plus de 900.000 dans les entreprises et établissements publics, 144.000 dans l’enseignement privé sous contrat, 220.000 dans les chambres consulaires, 400.000 dans les associations subventionnées, 330.000 dans les emplois aidés…

Ces chiffres donnent le vertige et sont catastrophiques, surtout si on les compare avec des pays voisins ou similaires. La France compte 11 fonctionnaires pour 100 habitants, les Etats-Unis 8, l’Allemagne 6, l’Italie et l’Espagne 4 et pourtant, le service au public estassuré.

C’est évident : la France a trop de fonctionnaires, d’autant plus que plusieurs millions de ces employés sont déclarés « fonctionnaires » alors qu’ils ne travaillent pas directement pour l’Etat. Le statut des fonctionnaires est à revoir d’urgence pour alléger les dépenses publiques et le poids des impôts qui pèsent sur nous.

Car ce sont les contribuables qui paient les fonctionnaires, pas l’Etat. Ne vous laissez pas bercer par les paroles lénifiantes du gouvernement lorsqu’il dit que c’est l’argent public qui rémunère les fonctionnaires, car l’argent public sort directement de votre poche.

« L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables », clamait Margaret Thatcher. Cela veut dire que les 7 millions de fonctionnaires sont rémunérés avec votre argent : voilà la vérité !

Source Interview RTL non vérifiée:
Interview de Yannick Noah

Question : Monsieur Noah, vous avez indiqué récemment que vous souteniez le programme du Parti socialiste quant à la taxe de 75 % sur les hauts revenus, est-ce vraiment le cas ?
 
Si tant de candidats se bousculent à l’élection c’est parce que le statut de député européen est enviable.  En avril dernier, le magazine European Voice a publié la rémunération des principaux dirigeants européens. On comprend pourquoi l’actuel président du Parlement, Martin Schulz, brigue la présidence de la Commission européenne. Ce poste lui garantirait un revenu de 26 770 euros bruts par mois, avantages en nature non compris ! En moyenne, le traitement des commissaires européens dépasse celui des dirigeants des quatre grands pays de l’UE de 19 à 34%, affirme le magazine. [...] 

Si la commission se goinfre, le Parlement européen n’est pas en reste.

A compter du 1er août 2014 le « Tiers Payant » ne sera plus accordé par les pharmacies aux personnes refusant les génériques et ce, même si le praticien a inscrit «non substituable ». Les personnes devront faire l'avance des médicaments et se faire ensuite rembourser, partiellement, par leur caisse. Ceci s'imposera à tous, y compris aux personnes prises en charge à 100%
SAUF... aux bénéficiaires de l' A.M.E., c'est-à-dire en très, très grande majorité à des étrangers, en situation irrégulière sur le territoire français, n'ayant jamais cotisé un centime et qui viennent se faire soigner gratuitement en France, aux frais des contribuables français qui eux sont de moins en moins remboursés. 

LA FRANCE, PATRIE DES MILLE ET UNE ALLOCS!

allocations assistanat immigration

Geneviève Frixon vous recommande la lecture du dernier numéro des Enquêtes du contribuable, qui se penche sur un sujet difficile mais ô combien crucial pour notre pays aujourd'hui : le drame de l'assistanat.

C'est maintenant le temps des promesses électorales. Une période qui coûte cher aux contribuables. Non, ce ne sont pas les fonctionnaires qui coûtent le plus cher à une ville. Ce sont les élus ! Chaque membre d'une liste candidate est souvent promoteur d'un projet auquel il est très attaché et qu'il fera payer le moment venu - si sa liste est élue - par les contribuables de sa ville. Les dépenses engagées par les élus dans de nombreuses villes sont d'autant plus irréfléchies qu'ils trouvent l'argent ... dans la poche de leurs voisins !

L'Etat va venir prendre dans nos poches pour payer aux banquiers internationaux les intérêts de notre dette. Dans cette affaire, Droite et Gauche ont été alternativement responsables de décisions irresponsables. C'est le Président Pompidou, ancien Directeur de la Banque Rothschild, qui a fait passer la loi de 1973 qui oblige l'Etat à se refinancer, non pas auprès de la Banque de France, mais auprès des banques privées. A l'exception de Raymond Barre, tous les chefs de Gouvernement qui se sont succédés ont accru par une gestion électoraliste la dette de la France et donc les intérêts à payer. Maintenant, il faut payer. Voici les dernières décisions du gouvernement:

  • Hausse de la TVA : Le taux normal vient de passer de 19,6 % à 20 %, le taux intermédiaire (restauration, hébergement, travaux dans les logements, transports…) de 7 à 10 %. Le taux réduit (alimentaire) est maintenu à 5,5 %, au lieu de baisser à 5 %.
  • Le plafond du quotient familial abaissé : le gouvernement a abaissé pour la deuxième année consécutive le plafond du quotient familial, de 2 000 à 1 500 euros. Cela touchera 13 % des familles.
  • Fin de l'exonération fiscale sur les complémentaires santé : La part de la complémentaire santé collective réglée par l'employeur était jusqu'à présent exonérée d'impôts. Elle ne l'est plus à compter des revenus perçus en 2013. 

Les contribuables français la payent ... Les hommes politiques laissent faire...

Près d’un milliard d’euros annuel. C’est ce que nous coûtent les frais de santé des clandestins.

Aujourd’hui «
les seuls habitants de France qui sont remboursés à 100 % de tous les dispositifs médicaux sans avoir à verser un rond sont les immigrés clandestins. Quand vous êtes Français vous avez 70 % ».

La phrase est de
Claude Goasguen qui dans son rapport sur le projet de loi de finances pour 2014 relatif à la santé, dénonce la dérive folle de l’AME (L’aide médicale de l’Etat accordée aux personnes étrangères résidant en France depuis plus de trois mois) :...