Bienvenue

Une pharmacie-drive sera bien construite à Saint-Leu-la-Forêt. La deuxième du Val-d'Oise après celle d'Eragny. Le permis de construire a été validé et le projet, bien que redouté par certains, a reçu toutes les autorisations nécessaires. Situé au niveau du rond-point du Jubilé, non loin de l'A 115, ce commerce d'un genre nouveau pourrait bien révolutionner les habitudes des consommateurs.
Il ouvrira en 2015. « Ce sera une pharmacie tout à fait classique avec un service en plus au volant », indique son concepteur, Laurent Couderc...


Un développement progressif

Celui-ci, qui n'est autre que l'actuel propriétaire de la pharmacie du Cheval rouge située à quelques centaines de mètres, confie avoir toujours voulu implanter cette activité dès son arrivée dans la commune en 2003. Cependant, il lui a fallu attendre de trouver le lieu qui s'y prêtait. Le terrain sert actuellement de parking. Il n'est constructible qu'en son centre, les voitures pourront donc circuler autour. Outre un local commercial de 143 m2, le complexe prévoit une possibilité de vente via une fenêtre, comme dans les fast-foods. « Le drive sera très utile pour plusieurs raisons », estime le propriétaire de la pharmacie du Cheval rouge, qui se veut rassurant. Cela permet de récupérer, avec un simple ticket, des produits déjà payés et qui n'étaient pas disponibles lors de votre première venue. Un gain de temps pour tout le monde. Plus besoin de monopoliser une place de parking, de faire la queue. Autre avantage : pour les gardes de nuit, la personne passe directement au guichet extérieur. Elle pourra également être pratique pour les mamans avec des enfants en bas âge. »

Le professionnel indique en outre que « la partie drive sera développée progressivement, en fonction de la demande et des réglementations ». Le maire de la commune, Sébastien Meurant (UMP), soutient ardemment le projet. « C'est très positif, cela offrira un service supplémentaire aux habitants », se réjouit-il. « Plutôt que d'avoir un parking, nous aurons un commerce différent sur une rue très passante. »

Malgré ces discours enthousiastes, l'idée angoisse toujours les cinq autres pharmaciens de la commune. Ceeux-ci, après s'être battus en lançant notamment une pétition, encaissent le coup aujourd'hui. « Nous sommes mis devant le fait accompli, mais nous sommes toujours inquiets », confie-t-on dans la petite pharmacie de la gare qui emploie quatre personnes. Dans l'officine située en face de la mairie, Mountaz Moussadjy défend ce qu'il appelle « une autre idée » de son métier. « Nous ne sommes pas que des vendeurs de médicaments. Ce matin, un vieux monsieur est tombé. C'est nous qui l'avons aidé. »

Les pharmaciens craignent notamment que l'arrivée du drive n'ait des conséquences sur l'ensemble du commerce local. « Tous les petits commerçants se meurent aujourd'hui, alors que c'est nous qui créons de l'emploi. » Cet avis est partagé par le groupe d'opposition au conseil municipal Réunir Saint-Leu. L'attrait du drive, ajouté aux problèmes de stationnement dont est victime le centre-ville, pourrait éloigner encore davantage les clients d'après certains. « C'est un problème car, actuellement, ceux qui marchent un peu pour aller chez le pharmacien en profitent pour faire des courses dans les autres magasins situés à côté », souligne l'opposante Monique Baquin.