Bienvenue

Le stationnement rue de la Forge entre la rue du Général de Gaulle et la place de la Forge devient unilatéral permanent du côté des numéros pairs à partir du 1er mars. Par ailleurs, une nouvelle zone de livraison a été créée à la hauteur des numéros 6 et 10 de la rue du Général Leclerc. Elle fonctionne entre 6h et 15h les lundis, mardis, jeudis et vendredis. En dehors de ces créneaux, les automobilistes peuvent s’y garer sachant que de 15h à 19h, le stationnement est limité à 1h30 puis illimité entre 19h et 6h. Ils peuvent également stationner sur cette zone habituellement réservée aux livraisons le mercredi et le samedi.
Le 2 février, lors d’un débat animé au Palais-Bourbon, plusieurs députés de l’opposition ont dénoncé le manque de transparence et l’insuffisance des contrôles des partenariats public-privé. Le ministre de l’Industrie, Éric Besson, a défendu ces contrats qui ont permis la réalisation de 18 milliards d’euros d’investissements publics depuis 2002....

Cette question est d'actualité à Saint-Leu-la-Forêt où le maire projette d'utiliser ce mécanisme pour la réfection de la voirie. Nombreux articles à ce sujet sur ce site: cherchez "ppp" dans le moteur de recherche du site....

Nous apprenons par le Parisien la venue de Frédéric Mitterrand à Saint-Leu pour visiter l'auditorium Wanda Landowska. Ce fût le lieu choisi par la claveciniste pour y exercer jadis ses talents. Ce lieu est à vendre et des voix s'élèvent pour trouver l'argent pour l'acquérir. Le Parisien affirme que la ville et une association veulent l'acheter. Argent privé ou argent public ?...

Concernant l'argent privé, chacun fait ce qu'il veut avec son argent. Concernant l'argent public, il est légitime que les contribuables aient leur mot à dire. Les questions à se poser semblent être les suivantes:...

Lignes à grande vitesse, travaux du Grand Paris, centre hospitalier sud-francilien (Corbeil-Essonnes), rénovations de campus universitaires :  pour financer les grandes infrastructures publiques, l'Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics sollicitent de plus en plus le secteur privé, dans le cadre de partenariats public-privé (PPP). Pour les entreprises privées appelées à participer, c'est la bonne affaire. En revanche, pour l'Etat, les collectivités locales et les contribuables, ce mode de financement constitue un piège, indique, lundi 9 janvier, Le Parisien.
 
Nous publions avec constance des articles sur ce thème afin d'alerter notre maire sur les risques à utiliser ce mode de financement pour la réfection de la voirie à Saint-Leu [Ndlr]....Lire la suite...
 

La mairie, elle sera fermée le 30 décembre partir de 12h. Une permanence sera toutefois assurée le vendredi 30 décembre de 13 h 30 à 17 h 30 et le samedi 31 décembre de 9 h à 12 h mais uniquement pour les personnes qui ne se seraient pas encore inscrites sur les listes électorales.
Les décideurs politiques désignent à l'envi le Partenariat Public-Privé comme la seule formule de financement possible pour le projet d'envergure d'une ville déjà endettée. Bien Vivre à Saint-Leu rappelle les principales raisons qui l'amènent à mettre en cause ce modèle de fonctionnement économique.

Un partenariat public privé, c'est confier à un opérateur privé la responsabilité globale d'un projet servant la collectivité (son financement et sa gestion, de la conception à la maintenance), ceci contre un paiement (‘loyer') étalé sur le nombre d'années convenu dans le contrat.

La Fédération canadienne des municipalités a publié ...une étude exhaustive sur le fonctionnement et l’efficacité des partenariats public-privé (PPP) auxquels recourent un nombre croissant de collectivités, au Canada comme dans le reste du monde. Un éclairage bienvenu à l’heure où les PPP font figure d’horizon indépassable de l’action publique, en proie aux appétits d’un néo-libéralisme débridé.

Les partenariats-public-privé (PPP) sont-ils bien adaptés aux besoins des villes et des collectivités en matière d’infrastructures ? La question revêt une importance grandissante....

L’étude met clairement en lumière l’absence de responsabilité politique en cas de problème, le « blindage » de contrats qui coûtent une fortune à modifier en cas de révision des priorités publiques, et des plans de développement si jalousement gardés que seule l’entreprise qui a remporté l’adjudication initiale sera en mesure de soumissionner lors des appels d’offres subséquents.

Le bilan est sans appel : les Partenariats public-privé minent la démocratie, nuisent aux petites entreprises et n’entraînent pas d’économies pour les contribuables.

Source: le Monde diplomatique

Un bilan à mi-mandat peu flatteur, un travail d'équipe inexistant, des élus pas consultés, des décisions imposées au forceps et mal acceptées, des projets cachés, conduisent une partie des soutiens de Sébastien Meurant ainsi que l'opposition municipale à mettre en cause actuellement la gestion du maire.

Ce qui lui est reproché : gestion occulte de la Ville par un nombre très restreint d'adjoints, adhésion à Val & Forêt sans réflexion préalable et sans négociation, médiathèque inutile et couteuse tant en investissement qu'en fonctionnement, PLU centré sur l'absolu contraire des ses promesses électorales, voirie laissée à l'abandon, existence d'un projet « Diablots » non dévoilé aux conseillers municipaux de la majorité et de l'opposition, etc.

Pour les uns, M. Meurant, gère avec un niveau de réflexion et de travail très insuffisant, une absence de transparence et un mépris insolent affiché pour les opposants ; ce faisant, il hypothèque l'avenir de la droite à Saint-Leu.

Pour les autres, l'absence de concertation fragilise la démocratie. Voici ce qu'écrit l'opposition municipale :

« Des commissions municipales qui ne jouent pas leur rôle :

-  Très vite, elles ne sont devenues que des chambres d'enregistrement.

-   Puis pour éviter tout échange ou risque de fuite d'informations, elles furent placées à des heures où on s'était assuré que personne ne viendrait !

Désormais, les commissions ont lieu en semaine pendant les heures de travail. Effet immédiat : plus aucun conseiller en activité professionnelle ne peut s'y rendre....

Cette gouvernance a son apogée avec l'équipe municipale : cela grogne dans les rangs de la majorité qui n'est pas plus que l'opposition ou les saint-loupiens associée aux décisions de la vie municipale. Sauf que personne ne les croit quand ils sont invectivés dans les rues de Saint-Leu-La-Forêt.

Les désirs de démission sont forts dans cette majorité, mais le maire verrouille. »

Nous nous sommes beaucoup étonnés ici de voir les conseillers de la majorité municipale voter comme un seul homme des textes importants auxquels ils n'avaient absolument pas participés, sur lesquels le maire ne les avait pas consultés, qu'ils ne pouvaient pas matériellement avoir eu le temps de lire, et en outre qui contredisaient les promesses électorales de l'équipe.

A Saint-Leu, l'opposition a de la chance, car le maire conduit tout seul son équipe dans le mur : elle n'aurait qu'à le laisser faire.

Un PLU à l'opposé des promesses électorales du Maire provoque la création d'un collectif apolitique en faveur de substantielles modifications du document actuel. Bien Vivre à Saint-Leu soutient cette initiative.

Collectif PLU Saint-Leu-la-Forêt

N'hésitez pas aller porter vos commentaires sur le registre du Commissaire Enquêteur.Pour lui, le nombre de commentaires est une précieuse indication du rejet ou de l'acceptation du PLU. Vous pouvez aussi le rencontrer pour lui faire part des objections que ce PLU fait naître dans la population.

Consultez nos communications successives sur le PLU:  Cliquez ICI

Le mois de mars sonne le retour des assemblées générales des groupes de quartier. Présidée par le Maire, ces réunions publiques offrent à tous les habitants l’occasion de poser aux représentants de leur ville, des questions relevant des actions communales en cours concernant leur quartier. Ces assemblées se tiendront :
- le jeudi 17 mars à la Maison pour tous (pour le groupe de quartier des Coteaux)
- le mardi 22 mars à la Croix blanche (pour celui du Centre Ville)
- le jeudi 24 mars à la MLC (pour celui des Tannières)
- et enfin le mardi 29 mars au restaurant scolaire Marie Curie (pour celui de la Plaine).

Toutes ces réunions débuteront à 20 h 30.