En 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Sebasien MeurantUne tonalité très politique, comme à son habitude, pour les voeux de Sébastien Meurant, qui vise en juin prochain le poste de député de la circonscription (il est en concurrence avec Claude Bodin pour l’investiture des Républicains). Le maire (Lr) de Saint-Leu-la-Forêt, conseiller départemental, sent bien les choses : « 2017 sera une bonne année. Je vous le dis, le changement, c’est pour bientôt », qualifiant le quinquennat de « collapsus du bon sens. En médecine, ce terme désigne l’effondrement d’un organe creux et mou ».

Un écoquartier à la pointe de la modernité

Sébastien Meurant a rappelé qu’en terme de sécurité, « Le Figaro nous classe en 5e position des départements les plus violents », justifiant ainsi le renfort et l’armement de sa police municipale...

 

Le maire est aussi revenu sur les emprunts toxiques, contractés du temps de son prédécesseur. La Ville, pour s’en débarrasser, a attaqué la banque Dexia et a perdu. Mais Sébastien Meurant, critiqnant les arguments retenus par la Cour d’appel pour le débouter, espère bien obtenir gain de cause en cassation.

L’élu a répété aussi qu’il continuera à se battre « pour refuser de construire au moins 50% de logements sociaux sur le parc du Charme-aux-Loups » et à rejeter « catégoriquement » l’échangeur sur l’A115, « en face d’un collège et de 150 pavillons ».

Des projets, le maire en a pour 2017. Et le quartier des Diablots fait partie de ses priorités.

Un quartier que l’élu, qui y a fait construire la médiathèque peu après son élection, compte « complètement restructurer ». « Nous avons l’ambition d’en faire un écoquartier à la pointe de la modernité », a insisté l’élu.

Un projet de 89 logements est prévu avec l’Immobilière 3F entre les boulevards Edmond-Rostand et André-Brémont. Le maire veut y installer le poste de police municipale. Mais pour mener à bien ce projet, le maire attend la décision de l’État concernant l’autorisation donnée à 3F de démolir « la seule tour de grande hauteur de la ville », au 68, rue Jacques-Prévert. La place Cyril-Lecomte, devant la gare, sera refaite. Concernant le haut débit Internet, 4 000 foyers seront raccordables à la fibre optique d’ici à fin 2017.

Les rues Jacques-Prévert, d’Ermont, Louis-Blanc, du Parc, Gâteau, du Ru, de la Marée, de Diane, le chemin d’Apollon, le chemin des Bretoux, la rue de Paris jusqu’à la Croix du Jubilé, seront refaits. Et 2017 verra apparaître en ville les premières bornes pour véhicules électriques, un dossier porté par Val Parisis.

Le drapeau bleu blanc rouge

Le maire a glissé assez vite sur le projet évoqué dans le magazine municipal au sujet de la démolition de la salle de la Croix-Blanche. Il a juste dit qu’il espérait présenter « assez vite les premières esquisses » de ce projet du centre-ville avec son parking enterré, qui doit justement remplacer la Croix-Blanche.

Enfin, pour continuer à « rêver français », le thème de ses voeux – inscrit sur le carton d’invitation avec l’Alpine A450 revisitée par l’artiste Ghass, un drapeau bleu blanc rouge sera installé en entrée de ville. Sébastien Meurant a ensuite mis à l’honneur Ghass (voir page 32), Charlène Juille, une Saint-Loupienne qui a gagné en 2016 le Benz (éditeur suédois de tissu pour Ikea) Design Award, un concours international, ou encore le sénateur-maire (Lr) Francis Delattre. La cérémonie s’est achevée par une pause musicale rock avec Axel Adou, un Saint-loupien qui s’était fait connaître lors de l’émission The Voice.

Daniel Chollet - La Gazette du Val d'Oise