Bienvenue

"Il faut l’admettre, quelle que soit notre sensibilité, notre pays connaît une crise politique sans précédent !"

Chères Saint-Loupiennes, chers Saint-Loupiens,

«A quoi sert François Hollande ?» C’est le surprenant sujet d’examen de droit constitutionnel soumis à des étudiants de l’Université d’Angoulême La Couronne. Ce que certains considèrent comme une maladresse de plume aura eu le mérite de poser la question du rôle du président de la République au moment où notre pays connaît « la chienlit » pour reprendre l’expression inspirée du général de Gaulle. Celui qui avait déclaré vouloir être un président normal aura, en tous points, discrédité sa fonction au fil de manœuvres grossières qui auront transcendé sa capacité à ne rien décider, préférant être le premier président à rouler en scooter ou à livrer des croissants !

Car il faut l’admettre, quelle que soit notre sensibilité, notre pays connaît une crise politique sans précédent : de Montebourg à Macron, le chef de l’état se perd dans des synthèses improbables de Premier secrétaire; le Premier ministre a une vision de la sociale démocratie qui fait les frais des vieux réflexes staliniens de ses alliés frondeurs; et le Parlement est affaibli par des passages en force qui montrent bien que ce pays n’a plus de majorité !...

 

Face à une telle situation, il faudra bien s’en remettre aux échéances électorales à venir pour redonner du sens à l’exécutif. Notre pays a besoin d’un changement profond pour pallier le manque de réformes impérieuses. De cette perspective cruciale, nous devons d’ores et déjà nous concentrer sur la France que nous aimons et penser à son avenir sans rien oublier.

- Ne pas oublier la folie fiscale constante qui fait qu’aujourd’hui la France est en matière d’impôts, pour la première fois, le pays européen qui taxe le plus ses administrés.
- Ne pas oublier l’utilisation démagogique du mariage pour tous pour faire valoir des droits légitimes qui méritaient un autre cadre et un autre nom.
- Ne pas oublier la réforme du collège qui installe un grave déni de notre histoire de France.
- Ne pas oublier les lois Macron et El Khomri, passées aux forceps avec le 49.3 et tellement expurgées qu’elles n’ont plus de forces d’efficience.
- Et surtout, ne pas oublier les 620 000 personnes de plus au chômage, alors que le président se targue d’un « ça va mieux » parfaitement indécent qu’il accompagne d’un discours comparatif totalement faux sur les résultats de son prédécesseur ! Lui a manifestement oublié que Nicolas Sarkozy a entamé son mandat avec une crise financière en 2007-2008 largement comparable à celle de 1929. Or, en quatre ans, on compte plus de chômeurs que pour le précédent quinquennat, alors que la conjoncture est bien plus favorable avec la baisse du prix du pétrole, la baisse des taux d’intérêt et la baisse de l’euro ! Contrairement à l’Allemagne et l’Angleterre, la France n’a pas profité de l’amélioration du contexte économique international !

Enfin, les maires dont je suis, garants de l’intérêt général, n’oublieront pas la baisse historique des dotations de l’état qui menace sérieusement les compétences qui leur sont dévolues. Contrairement au refrain entamé sans vergogne par le pouvoir en place, cela ne va pas mieux !

Sébastien Meurant Votre maire et conseiller départemental