Bienvenue

Un grand raffut de la part de socialistes idéologues encore une fois coupés du peuple qui semblent oublier que nous sommes en guerre !  Voici ce qui était prévu dans le Code civil avant 1984. C'est encore un socialiste, Robert Badinter, qui a supprimé les peines décrites ci-dessous pour les remplacer par trente ans de détention :...

Source: Christian Vanneste sur Boulevard Voltaire

Derrière la façade des institutions et des discours qui nous abreuvent de leurs grands principes, la réalité d’une oligarchie accrochée à ses pouvoirs se fait de plus en plus pesante.

La France devient chaque jour davantage le village Potemkine de la démocratie. Derrière la façade des institutions et des discours qui nous abreuvent de leurs grands principes, la réalité d’une oligarchie accrochée à ses pouvoirs se fait de plus en plus pesante. Non seulement le décor résiste, mais dans ses coulisses, et lorsque le rideau du spectacle électoral tombe, la machinerie du pouvoir restreint un peu plus la vie démocratique. Le peuple, réduit au rôle de spectateur, a quitté la salle pour parcourir les marchés de Noël.

Journalistes et politiques ont une nouvelle marotte : assimiler le Front national, et ses plus de 6 millions d’électeurs, aux assassins de l’État islamique.

La position du Front national à l’égard de l’État islamique, et de ses soutiens sur le territoire national, est pourtant connue de tous. Ce parti se dresse farouchement sur la route de l’islam combattant et de l’islam politique. Marine Le Pen s’est par ailleurs toujours opposée à l’atomisation des nations arabes, à la collaboration avec les États soutenant directement ou indirectement les combattants Djihâdistes (Qatar, Arabie Saoudite), ainsi qu’à l’ingérence de l’Occident dans les affaires du Moyen-Orient. Ingérence coupable qui a entraîné les chaos libyens et syriens dont nous payons aujourd’hui chèrement les conséquences désastreuses, parmi lesquelles : aggravation de l’invasion migratoire, massacre des minorités religieuses dans les zones de conflit, importation du terrorisme sur notre sol...

Les hommes politiques ont parfois passé des accords avec des islamistes pour des raisons électoralistes, estime l'ancienne secrétaire d'État à la Politique de la ville.


Attentats à Paris : "On a acheté la paix... par rtl-fr

Source: Planet.fr - Vincent Sévigné

Maintenant, c'est clair : à court terme, l'UMPS est en marche. Le 27 novembre, j'écrivais : "On en saura un peu plus entre les deux tours des régionales. Sans aller jusqu'à la fusion de deux listes, le retrait total d'une liste – c'est-à-dire le sacrifice de cette liste sur l'autel de l'Alliance  serait déjà un signe fort".

C'est fait, et même davantage...

Malika Sorel : "On ment aux Français depuis 30 ans. Daesh n'a qu'à se baisser pour ramasser un fruit mur prêt à tomber. Par déni ou désinvolture, les gouvernements sont responsables ". Malika Sorel-Sutter ne cesse de dénoncer l'intrusion massive et destructrice d'une culture radicalement opposée à la nôtre.

 

 

 

"La France va payer très cher son "politiquement correct". Il n'y a que le nationalisme qui pourra vous sauver"- Ch. CALDWELL


Voici un livre qui frappe fort en France et en Europe et qui est d’actualité, avec ce qui vient de se passer.  Il porte à réfléchir ...

> > Pour ceux qui ne veulent pas y croire...  Le Figaro a interviewé Christopher Caldwell, journaliste américain, dont le livre « Une révolution sous nos yeux : Comment l'islam va changer la France et l'Europe » vient de sortir en France.
>
Extraits:...

Tribune libre de Paysan Savoyard 

Curieusement, beaucoup des Français qui se désolent de l’invasion migratoire en cours et s’effraient de ses conséquences ne font pas pour autant porter à la classe dirigeante la responsabilité de ce phénomène catastrophique. Ils considèrent en effet que les gouvernants sont dépassés par une situation qu’ils ne peuvent ni enrayer ni même contrôler : « Les politiques n’y peuvent rien de toute façon. Ils aimeraient évidemment stopper l’immigration mais ils sont impuissants devant un phénomène impossible à arrêter ».

Nous voulons ici montrer que ces Français se trompent du tout au tout. Les politiciens et de façon générale les membres de la classe dirigeante ne sont nullement impuissants : ils ont depuis longtemps accepté l’immigration ; mieux, ils l’ont souhaitée et provoquée. Chaque jour qui passe, ils l’encouragent, ils la facilitent, ils l’organisent. Ils ne sont en aucune manière les spectateurs impuissants de l’immigration: ils en sont au contraire les concepteurs et les organisateurs...

Source: Le Parisien

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé que près de 1 000 personnes « représentant des risques pour la sécurité et l’ordre public » ont été empêchées d’entrer sur le territoire français depuis le 13 novembre. Au total, « ce sont près de 15 000 policiers, gendarmes et douaniers qui sont mobilisés sur l’ensemble de nos frontières » dans le cadre de ces contrôles, a précisé le ministre, qui a ensuite inauguré le traditionnel marché de Noël de Strasbourg.

Sous le titre L'horizon du carnage, dans le Figaro du 27 novembre, Laurent Obertone se fait la voix de l'Opinion, qui n'est plus dupe et veut être obéie :

"La réalité vient de nous frapper en plein visage.

« Nous sommes dans la guerre », a essayé de dire François Hollande, et pourtant toujours incapables de construire des prisons, d'endiguer l'insécurité, de faire appliquer la loi, de maîtriser l'immigration, d'arrêter de prendre des « fondamentalistes » pour des déséquilibrés, et de cesser de traiter de « manipulateurs », a minima, tous ceux qui ont le mauvais goût de souligner ces problèmes.

Allez, après moi : « Je suis Charlie, je suis Paris ». Criez plus fort, oubliez plus vite.

Vous ne voulez pas d'amalgame, mais quel choix laissez-vous à l'opinion ? Soit répéter vos mensonges, soit la clandestinité ?

L'opinion voudrait qu'on parle enfin son langage. Et par la même occasion qu'on cesse d'ignorer sa réalité et, si possible, sa souveraineté. L'opinion n'accepte pas de sacrifier ses libertés en se planquant derrière des barbelés, des caméras et des surveillants parce que les planeurs qui nous gouvernent trouvent ça tellement plus beau un monde sans frontière. L'opinion n'accepte plus qu'on la sacrifie au nom d'une « ouverture » synonyme de soumission...