Bienvenue

CIVITAS entre en politique en se définissant catholique, patriote, anti-système.

Après avoir fait depuis plusieurs années le constat que les catholiques sont, en France, des orphelins politiques, Civitas a transformé cet été ses statuts pour devenir, d’un point de vue juridique, un parti politique. Dans l’esprit, Civitas se distinguera cependant nettement de toutes les connotations de particratie et de compromission qui y sont généralement associées.

Voici l'intégralité de la conférence de presse donnée le 15 septembre à Paris par Alain Escada, président de CIVITAS, accompagné de ses principaux conseillers, Anne Brassié, Claude Meunier Berthelot, Marion Sigaut, Valérie Bugault, Claire Colombi, Jean-Michel Vernochet, Pierre Hillard, Youssef Hindi, ainsi que de Thierry Bouzard, délégué CIVITAS pour l'Ile-de-France.

Cliquez  ICI

Selon une information de Valeurs Actuelles, les préfets se réuniraient actuellement en grand secret pour répartir, sans concertation avec les maires concernés, les migrants en Île-de-France.

Afghans, Soudanais et Érythréens. 150 migrants ont débarqué ce matin au complexe Marcel-Paul de Vauréal à bord de trois bus en provenance ce Paris. Un hébergement d’urgence décidé par le gouvernement et organisé par la préfecture du Val-d’Oise qui fait suite à l’évacuation des Jardins d’Eole dans le XIXe arrondissement parisien. Campement aux conditions sanitaires et humaines très dégradées où étaient entassés quelque 1 500 migrants. Les nouveaux hôtes du complexe Marcel-Paul, gymnase désaffecté et promis à la démolition sur la dépouille duquel poussera bientôt un ensemble immobilier, resteront un mois en terre cergypontaine. Avant de rejoindre des centres d’hébergement pérennes situés en province. Sollicité par la préfecture pour les accueillir au sein du cadre idyllique de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise, le président de la structure, Gérard Seimbille (Lr), avait fait part de son hostilité. «L’image et le rôle de l’île de loisirs, ce n’est pas d’être un centre d’hébergement. La considérer comme un lieu de refuge ne lui donne pas une bonne image. On a déjà donné ». Vauréal, elle, a accepté de donner. « Si on peut apporter notre aide juste une fois… Ça ne coûte pas un centime à la Ville, tout est pris en charge par la préfecture », confie Sylvie Couchot, maire (Dvg) de Vauréal.

Un camp serait notamment prévu à Louveciennes, sur le canton du Chesnay. Philippe Brillault, maire du Chesnay réagit au micro de Boulevard Voltaire. "On ne va pas rester les bras croisés".


"Poursuivant une politique d'immigration massive, désarmant matériellement et moralement nos forces de sécurité, faisant preuve de faiblesse face aux islamistes, tant le gouvernement socialiste que son prédécesseur sont responsables de la dramatique situation actuelle.

En cinq ans, Nicolas Sarkozy a permis l'entrée d'un million de nouveaux immigrés sur notre sol (sans parler des clandestins), il a restreint les possibilités d'expulsion des criminels étrangers, il a affaibli nos capacités de sécurité et de défense en supprimant 12 500 postes dans les forces de l'ordre, 2 500 dans les douanes et 54 000 dans l'armée !

Nicolas Sarkozy a fait des islamistes de l'Union des Organisations Islamiques de France (liée aux Frères Musulmans) des partenaires de l’État, et a noué des relations privilégiées avec le Qatar, grand financier des djihadistes.

En déstabilisant la Libye, il a provoqué la crise des « migrants » illégaux. Comment ce même Nicolas Sarkozy espère-t-il aujourd'hui faire croire aux Français qu'il va les sauver d'une situation qu'il a largement engendrée ? ...

1. Alain Escada commente le burkini sur Radio Courtoisie et Radio Libertés

Alain Escada, président de Civitas, était invité à commenter le burkini, d'abord sur Radio Courtoisie le lundi 22 août, puis sur Radio Libertés dans la matinale de ce lundi 29 août.

Sur Radio Courtoisie, Alain Escada a insisté sur le déséquilibre d'une société déchristianisée, réduite à opposer de façon caricaturale la femme en burkini à la femme dépravée.

Ce matin, sur Radio Libertés, le président de Civitas ajoutait que le débat très médiatique sur le burkini est un "écran de fumée qui focalise l'attention et détourne le regard des vrais problèmes", précisant que personne ne parle plus des milliers d'immigrés qui continuent chaque jour de déferler sur les côtes européennes et qu'il faut d'abord s'inquiéter du "grand remplacement de populations" qui s'organise.

Alain Escada a également brocardé ce matin Nicolas Sarkozy dont les gesticulades sur le burkini ne peuvent faire oublier que l'ancien président de la république a par le passé fait un discours en faveur du métissage obligatoire, (vidéo que nous avons plubliée sur ce site à plusieurs reprises).

Enregistrement à voir ici

Mes chers compatriotes,

Luis-alfonso-borbon_000La date du 25 août, fête de la Saint-Louis, mon aïeul et mon saint patron et aussi le modèle largement reconnu de la sagesse en politique, m’offre l’occasion de m’exprimer. Je n’ai pas voulu le faire au moment où les dramatiques évènements de l’été se sont produits car ma voix aurait peu apporté à ce qui fut dit alors. La compassion devant les victimes s’imposait et continue à s’imposer car les conséquences de ces attaques barbares sont loin d’être terminées ; les encouragements aux forces de sécurité et de secours ou aux équipes de soins s’imposaient elles-aussi et s’imposent encore devant l’ampleur du mal. Mais au-delà ? Que pouvait-on dire devant l’horreur des actes commis ? Les assassinats aussi monstrueux que lâches, d’êtres innocents, n’ont jamais aucune justification et les commettre au nom d’une religion encore moins. Fanatisme et politique n’ont jamais fait bon ménage. L’histoire nous le rappelle.

Or c’est justement au nom de l’histoire, mais sans nostalgie et dans un souci d’avenir meilleur, que je peux apporter quelque chose, au moment où la France, mon pays, subit une grave crise. Il me semble que les seuls remèdes politiques habituels ne suffiront pas à conjurer les dégâts et la profondeur du mal. Vu avec le recul des siècles et surtout l’expérience que cela donne, le mal qui atteint la France me parait double. Il y a d’abord une guerre de civilisation, déclarée par un ennemi plus ou moins visible et insidieux, et que désormais les gouvernants semblent enfin désigner par son nom mais, surtout, une très profonde et grave crise morale ou d’identité, sorte de cancer de l’intérieur qui nous affaiblit tout autant, peut-être même davantage, que l’ennemi désigné.

Et c'est reparti pour un tour. Analyse de Caroline Parmentier pour Présent :

"Comme toujours, comme il l’a toujours fait,Valeurs Actuelles drague les électeurs du Front national (une Marianne voilée par-ci, un gros clin d’œil à Marion Maréchal par-là) pour les apporter sur un plateau à Sarkozy. Détail rigolo, comme Sarko n’est pas le bon zig et que Valeurs lui fait quand même un peu honte, il refuse de faire grâce de « l’exclu » de sa déclaration officielle de candidature attendue d’un jour à l’autre (il la réserve sans doute au Figaro) que les journalistes sont venus chercher jusqu’au Cap Nègre. Ce qui donne au détour des questions, des tournures assez ridicules comme « si je suis candidat bien sûr » ou bien « ce qui compte, ce n’est pas tant l’annonce de la candidature que ce que je vous dis » etc. Sympa !

L’objectif pour la campagne présidentielle de 2017 est en revanche clairement annoncé : « Il faut ramener vers nous les électeurs du FN ». Et pour cela, comme s’y emploie le nouveau directeur de la rédaction deValeurs Actuelles Geoffroy Lejeune, dans la ligne de Kerdrel : faire passer Marine Le Pen auprès des bons bourgeois et des retraités aisés qui le lisent, pour une candidate de gauche qui va désagréablement changer leur vie, un président qui fait peur. Tandis que Sarkozy, qui s’est renié à peu près sur tout et porte toute sa responsabilité dans le bilan, lui, est l’homme providentiel et sécurisant.

Mezri Haddad, philosophe, écrivain et diplomate tunisien, explique au Figarovox:

"[...] Cette accélération d'actes islamo-terroristes a une histoire dont certaines élites intellectuelles, politiques et médiatiques devraient avoir honte. C'est l'histoire, au nom de la sacro-sainte laïcité, de la déchristianisation du pays qui fut jadis et naguère la fille aînée de l'Eglise. L'histoire des belles églises qu'on a remplacées par des mosquées sous le prétexte fallacieux qu'elles n'avaient plus de fidèles, alors qu'on n'a pas cessé, depuis trois siècles, de culpabiliser les catholiques et d'enseigner aux chrétiens que leur foi était strictement intérieure et qu'elle n'avait pas besoin de temples ni d'églises pour être vécue et partagée. 

C'est ainsi qu'est née chez certains intégristes musulmans le phantasme de la conversion de la France à la religion de Saïd Qutb, d'Abdelwahab, de Qaradaoui et de Ben Laden. C'est l'histoire de la sempiternelle idéologie des droits de l'homme qui a ouvert la voie au fondamentalisme et qui tétanise encore aujourd'hui les rares responsables politiques qui voudraient extirper par ses racines l'islamo-fascisme. 

Il a fallu 5 minutes à la rédaction pour modifier le titre : le prêtre égorgé à 11h14 a été plus proprement "tué" à 11h19 !

C

 

 

Lors de son intervention, François Hollande n’a pas manqué de désigner à la vindicte populaire les factieux qui mettent en danger la nation française :

« Ce qui nous menace, c’est la montée des populismes mais je ne me laisserai pas intimider par les menaces. »

Dix heures plus tard, c’était Nice !

« Dieu se rit des prières qu'on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s'oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je? quand on l'approuve et qu'on y souscrit,  quoique ce soit avec répugnance »

- Bossuet (Œuvres complètes de Bossuet vol XIV, Jacques Bénigne Bossuet, éd. L. Vivès (Paris), 1862-1875, p. 145)

Voici les dates-clé des décisions politiques qui conduisent aujourd'hui la France sur la voie dangereuse et mortelle du Grand Remplacement.

Ces décisions, les plus déstructurantes pour notre nation, sont l'oeuvre de la Droite, sous l'influence de la Franc-maçonnerie.

Contraception : 
1967 : Loi Neuwirth rendant légale la contraception. Gouvernement Pompidou
1974 : la contraception est prise en charge par l'assurance-maladie. Gouvernement Chirac-Veil sous présidence Giscard.
 
 
Avortement : 
1975 : L'avortement est dépénalisé. Gouvernement Chirac-Veil sous présidence Giscard.
 
Regroupement familial : 
1976 : Loi Chirac, sous présidence Giscard

 

Le Val d'Oise s'est honoré de la présence sur son sol d'un très grand démographe pontoisien, mondialement connu, Jacques Dupâquier. Ce spécialiste des questions démographiques a expliqué que les lois sur la contraception et l'avortement ont créé depuis 1974 un accident démographique majeur pour notre pays, plus grave en importance que les hécatombes de la Première Guerre mondiale. Quant aux évolutions démographiques dues au regroupement familial, elles sont pour lui aussi faciles à prévoir que les trajectoires d'un grand tanker lancé sur son erre. Ce qui nous arrive était donc entièrement prévu/prévisible !

Etait-ce par hasard ou délibérément que quelques mois après la légalisation de l'avortement, Jacques Chirac faisait voter le regroupement familial ? Pendant 40 ans (1976 - 2016) les élus du peuple français ont pratiqué une politique immigrationniste dont on subit aujourd'hui les très graves conséquences. Peut-on parler d'un complot contre le peuple français ?  En tous cas, les résultats sont là : ...