Bienvenue

Un sondage réalisé par Harris Interactive pour « Marianne » a mesuré la proximité du parti Les Républicains et du Front national sur le terrain des «valeurs». Les résultats montrent que les digues idéologiques entre LR et le FN n’ont jamais été aussi poreuses. L’idée du « front républicain » face à Marine Le Pen a définitivement vécu. En cas de duel entre Marine Le Pen et François Hollande, 21% des sympathisants de la droite et du centre penchent pour la candidate FN. Un peu plus des deux tiers d’entre eux se refusent à choisir… Et seulement 10% de ces mêmes électeurs de droite et du centre optent pour le président sortant.

Les sympathisants LR revendiquent haut et fort leur proximité avec le FN (75% sur la sécurité, 66% sur l’immigration ou 57% sur la famille).

Un repris de justice en tête pour la primaire à droite !

juppé2

 Un délinquant peut-il devenir président de la République ?

Par crainte du pire les Français peuvent élire Alain Juppé en 2017 s’il gagne les primaires des Républicains. Mais on est en droit de se demander si un délinquant peut un jour être élu à la fonction suprême et devenir président de la République. La question se pose franchement pour Alain Juppé qui dans l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris, a été condamné en 2004 par le tribunal correctionnel de Nanterre à 18 mois de prison et à une peine de 10 ans d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêt avec inscription au casier judiciaire.

La Conférence des évêques de France vient d'écrire aux politiques. C’est une fâcheuse habitude de la part de nos évêques que de parler pour ne rien dire d’intelligent qui concerne le débat public. Surtout quand par ailleurs ils n'assument plus - sauf quatre ou cinq d'entre eux - leur mission essentielle, nous parler de Dieu...

Lettre ouverte aux évêques de France
par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ...

Dans Un président ne devrait pas dire ça..., un livre enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs rapportent des propos tenus par François Hollande. Même si l'explication donnée est un peu tordue, cette citation évoque un peu le Grand remplacement (qui n'existe pas), non ?

"(...) Alors que chacun sait que ce n'est pas la conception de la laïcité, reprend-il. Je pense que, le sujet, il est par rapport aux Français : qu'est-ce qui fait que nous sommes, en France, même si nous habitons des territoires différents, liés par quelque chose qui nous dépasse ?" [...] Il ose une formule choc: "La femme voilée d'aujourd'hui sera la Marianne de demain." ...

Réflexion de Bernard Antony sur les primaires :

"L’élection du président de la République au suffrage universel avait été conçue et présentée comme la réforme fondamentale de l’institution de la cinquième République pour mettre fin au funeste « régime des partis » de la quatrième. Elle devait reposer sur le contrat entre le peuple et le candidat élu par lui en raison de sa personnalité et de sa notoriété telle qu’il ne dépendait pas des tractations et combinaisons partisanes...

Aujourd’hui il est évident que la mise en place de « primaires » a porté le coup décisif de mise à mort de la cinquième République. C’est non seulement le retour au régime des partis mais l’institution du jeu des sous-partis au sein des partis...

Bruno Larebière commente pour Atlantico le livre de Patrick Buisson, La Cause du peuple. Extrait :

9782262069360"[...] C’est un livre d’idées politiques. C’est un livre de refondation de la droite française sur des idées, dans l’optique d’une refondation de la France. C’est un livre où l’anecdote, dont on se repait ces jours-ci, a pour but principal si ce n’est unique d’éclairer une pensée générale sur l’état de la classe politique française – et tout particulièrement sur ceux qui se réclament de la droite ou y sont classés –, et, au-delà, sur l’état de la France.

C’est aussi un livre en totale rupture avec ce qui tient actuellement lieu de pensée : là, on passe enfin aux choses sérieuses ! On sera d’accord ou pas, mais au moins on pourra, si on accepte d’en faire l’effort, engager le débat sur les questions fondamentales, en constatant que pour l’heure, elles ne sont jamais débattues.

Pour Patrick Buisson, la question des questions, la seule qui vaille, c’est l’avenir de la civilisation. Il l’a dit mercredi soir sur France 2, et ce fut son propos majeur : il faut une "politique de civilisation" pour redresser la France,

Communiqué de Jacques Myard


Le nouvel accroissement du chômage, plus 51 000 chômeurs en août, n’est malheureusement pas une divine surprise, mais la conséquence d’un total aveuglement idéologique depuis des années.

Le carcan macroéconomique, interne –fiscalité spoliatrice qui chasse l’épargne des Français hors de France – et européen - absence de politique industrielle, inadaptation de la monnaie unique trop longtemps surévaluée, – rend impossible toute relance de la croissance et toute création d’emplois.

Le précédent Secrétaire Départemental du FN du Val d'Oise, Alexandre Simonnot, était un organiste de grande qualité. Derrière le Mikael Sala du FN du Val-d’Oise se cache un musicien de rock, batteur émérite et manager de nombre d’artistes du siècle dernier. Décidément au FN, ils connaissent la musique...

Ce que c’est, quand même, que de nous autres et de ces idées préconçues qui nous pasteurisent le cervelet au lieu d’éventuellement le rafraîchir… Un petit exemple ? Celui-ci : Mikael Sala, président du collectif Croissance Bleu Marine, chargé de la défense des PME et PMI au sein du FN.

Il y a un peu plus de dix jours, il débat avec Nicolas Sarkozy surFrance 2, lors de « L’Émission politique », défendant son bout de gras en bon petit entrepreneur qu’il est ; bref, évoque ce qu’il connaît : la petite entreprise, la sienne, MS Phoenix, chargée de former de jeunes étudiants en BTS dans les métiers du commerce.

De même que Sarkozy en 2012, mais au nom de la République, François Hollande a tenu à reconnaître la responsabilité des gouvernements français « dans l’abandon des harkis, des massacres de ceux restés en Algérie… ».

Certes, mieux vaut tard que jamais. Mais quelle tristesse de devoir d’abord constater que ces rappels coïncident hélas avec d’évidentes intentions de récupération électorale sans vergogne. Et aussi, quelle prude discrétion,  globalement, par le monde politico-médiatique dans l’évocation de la réalité des faits et de la vérité.

-        Car la réalité des faits, ce fut en 1962 le véritable populicide des harkis...

Nos ancêtres les Gaulois : mais c’est l’expression même de la cohésion nationale !
 

Les citoyens de la Rome antique, de toutes origines, européens, africains ou asiatiques, tenaient à s’affirmer fils de Romulus et Remus, s’inscrivant ainsi dans la continuité romaine.

De même pour un Français, quelles que soient ses origines ethniques, évoquer ses ancêtres les Gaulois, c’est tout simplement l’expression d’une acceptation d’héritage, c’est l’expression de sa conscience d’appartenance à la continuité française depuis ses sources gauloises au départ du grand fleuve français. Nous avons maintes fois rappelé cela.

Ne voulant pas s’inscrire dans la descendance historique des Gaulois, pour Najat Vallaud-Belkacem comme pour Mme Taubira, il est évident que la nationalité française ne constitue pour elles qu’une appartenance idéologico-juridique.

Source : Agrif