Bienvenue

Selon une information de Valeurs Actuelles, les préfets se réuniraient actuellement en grand secret pour répartir, sans concertation avec les maires concernés, les migrants en Île-de-France.

Afghans, Soudanais et Érythréens. 150 migrants ont débarqué ce matin au complexe Marcel-Paul de Vauréal à bord de trois bus en provenance ce Paris. Un hébergement d’urgence décidé par le gouvernement et organisé par la préfecture du Val-d’Oise qui fait suite à l’évacuation des Jardins d’Eole dans le XIXe arrondissement parisien. Campement aux conditions sanitaires et humaines très dégradées où étaient entassés quelque 1 500 migrants. Les nouveaux hôtes du complexe Marcel-Paul, gymnase désaffecté et promis à la démolition sur la dépouille duquel poussera bientôt un ensemble immobilier, resteront un mois en terre cergypontaine. Avant de rejoindre des centres d’hébergement pérennes situés en province. Sollicité par la préfecture pour les accueillir au sein du cadre idyllique de l’île de loisirs de Cergy-Pontoise, le président de la structure, Gérard Seimbille (Lr), avait fait part de son hostilité. «L’image et le rôle de l’île de loisirs, ce n’est pas d’être un centre d’hébergement. La considérer comme un lieu de refuge ne lui donne pas une bonne image. On a déjà donné ». Vauréal, elle, a accepté de donner. « Si on peut apporter notre aide juste une fois… Ça ne coûte pas un centime à la Ville, tout est pris en charge par la préfecture », confie Sylvie Couchot, maire (Dvg) de Vauréal.

Un camp serait notamment prévu à Louveciennes, sur le canton du Chesnay. Philippe Brillault, maire du Chesnay réagit au micro de Boulevard Voltaire. "On ne va pas rester les bras croisés".