Bienvenue

Et c'est reparti pour un tour. Analyse de Caroline Parmentier pour Présent :

"Comme toujours, comme il l’a toujours fait,Valeurs Actuelles drague les électeurs du Front national (une Marianne voilée par-ci, un gros clin d’œil à Marion Maréchal par-là) pour les apporter sur un plateau à Sarkozy. Détail rigolo, comme Sarko n’est pas le bon zig et que Valeurs lui fait quand même un peu honte, il refuse de faire grâce de « l’exclu » de sa déclaration officielle de candidature attendue d’un jour à l’autre (il la réserve sans doute au Figaro) que les journalistes sont venus chercher jusqu’au Cap Nègre. Ce qui donne au détour des questions, des tournures assez ridicules comme « si je suis candidat bien sûr » ou bien « ce qui compte, ce n’est pas tant l’annonce de la candidature que ce que je vous dis » etc. Sympa !

L’objectif pour la campagne présidentielle de 2017 est en revanche clairement annoncé : « Il faut ramener vers nous les électeurs du FN ». Et pour cela, comme s’y emploie le nouveau directeur de la rédaction deValeurs Actuelles Geoffroy Lejeune, dans la ligne de Kerdrel : faire passer Marine Le Pen auprès des bons bourgeois et des retraités aisés qui le lisent, pour une candidate de gauche qui va désagréablement changer leur vie, un président qui fait peur. Tandis que Sarkozy, qui s’est renié à peu près sur tout et porte toute sa responsabilité dans le bilan, lui, est l’homme providentiel et sécurisant.

 

Geoffroy Lejeune a avalé sans sourciller le retournement complet de Sarkozy sur le Mariage pour Tous sur lequel Marine Le Pen n’a jamais bougé d’un iota (seule de tous les candidats à l’élection présidentielle qui déclare qu’elle abrogera la loi Taubira). Si La France c’est pour la vie (titre du chef-d’œuvre de Sarko) ses convictions en revanche, c’est toujours du provisoire. Il est devenu ces derniers mois plus identitaire que Renaud Camus, plus chrétien que Christine Boutin, plus patriote que Florian Philippot, plus attaché aux racines chrétiennes de la France que de Villiers et plus anti-immigrationniste que Le Pen (à la fois pour se démarquer de son concurrent Juppé et pour siphonner les voix du Front national). Alors que tout ce qu’il a fait quand il était aux manettes va directement à l’inverse de ce discours.

Lui président entre 2007 et 2012, la France a vu le nombre de ses immigrés légaux augmenter de plus de 200 000 par an. Multiculturaliste, immigrationniste, instigateur du Conseil français du culte musulman, il a favorisé les salafistes de l’UOIF au cœur même de ce Conseil, multiplié les rapprochements avec le Qatar dont on sait les liens avec le djihadisme mondial, c’est aussi lui qui a sabré de manière drastique les effectifs des forces de l’ordre, supprimé la double peine, inventé la « discrimination positive ». C’est lui encore qui porte en partie la responsabilité de laguerre en Libye et des Printemps arabes, cause directe de la submersion migratoire actuelle et indirecte de l’émergence de Daesh.

« Comme si de rien n’était », chante Carla Bruni. Comme si sa responsabilité n’était pas écrasante dans ce que nous subissons aujourd’hui."