Bienvenue

Un sondage de novembre dernier – après beaucoup d'autres ! – publié dans Marianne montrait que 55% des sympathisants de la droite et de l'UMP souhaitaient une alliance avec le FN pour les régionales de 2015. Il est également établi, depuis les dernières municipales, qu'en cas de duel PS-FN, entre 25% et 30% des suffrages se reporteraient sur le Front pour le second tour. Un sondage du Figaro, la semaine dernière, donnait 30% d'électeurs UMP prêts à voter pour la candidate frontiste dans le Doubs. Ce n'est donc pas un phénomène marginal : les politologues appellent cela la « porosité » entre ces deux électorats de droite.

Dès lors, de deux choses l'une : ou bien il y a au bureau politique des UMP qui partagent cette position pro-FN tout en devant s’en cacher et se taire pour éviter l'exclusion car ils ne seraient pas de bons républicains; ou bien il n'y en a aucun qui soit favorable au vote frontiste de second tour et, dans ce cas, ce bureau politique n'est nullement représentatif des électeurs UMP (et des militants!) auxquels il est censé donner des consignes de vote.