Le 7 mai 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Selon le quotidien The New York Times, qui a obtenu des documents du département de la Sécurité intérieure, l'administration Trump prévoit étendre massivement sa politique d'expulsion aux immigrants illégaux, à ceux qui ont commis un crime ou qui ont profité indûment des services publics. Le gouvernement prévoit embaucher 10 000 agents de l'immigration supplémentaires pour accomplir ce mandat.

En France, seulement entre 1% et 5% des décisions administratives ou judiciaires de reconduite à la frontière sont exécutées par manque de moyens... ou de volonté.

En 2012, les plus démunis se sont abstenus ou ont voté pour François Hollande. Depuis, les lignes ont bougé en faveur de Marine Le Pen, perçue comme le « dernier recours ». Analyse d’ Isabelle Rey-Lefebvre journaliste au Monde.

En 2012, lors de l’élection présidentielle les sociologues estimaient à l’époque à près de 17 millions le nombre de personnes précaires en France, chômeurs, mères célibataires, jeunes en galère, retraités à la pension modeste. 

L’arrivée en tête au premier tour de la primaire à gauche de Benoît Hamon, dont la proposition phare est l’instauration d’un revenu universel, en est la preuve : les électeurs sont sensibles aux questions sociales. La crise économique de 2008 est passée par là. Elle a intensifié la pauvreté, la précarité, la peur du déclassement.

Aujourd’hui, comment votent les premiers concernés ?[...]

Un pavé dans la mare du politiquement correct risque de faire déborder les limites de la bien-pensance.

Marine Le Pen fait son entrée dans le classement biannuel des 50 personnalités préférées des Français du Journal du dimanche, établi en partenariat avec l'IFOP. En se hissant à la 37ème place, elle devient la personnalité politique préférée des Français devant son concurrent pour la présidentielle, l'ancien Premier ministre François Fillon qui fait également son entrée dans le classement, à la 42e place.

En revanche, ni François Hollande ni son ancien Premier ministre Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche, ne figurent dans le classement.

Alexandra Cerdan, journaliste de Paris-Montmartrea interrogé le prince Louis de Bourbon. Extrait :

Unknown-16"En l’an 1792, la Convention abolit la royauté en France et proclame la République. Pensez-vous que cette décision soit irréversible ?

En politique l’irréversible n’existe pas. L’histoire nous le montre à travers de multiples exemples. La royauté en France a connu des heures sombres à côté de celles de gloire et de grandeur. Pour ne rester qu’autour de l’événement que vous citez, souvenons-nous que cette République n’eut qu’un temps bien court. Le Consulat l’a remplacé, puis l’Empire. La monarchie a été restaurée en 1814. Le XIXe siècle a connu après 1848 une longue instabilité institutionnelle. Tout est possible, cela dépend de ce que souhaitent les Français.

Bruno Gollnisch s’interroge sur la « position exacte » de Marine Le Pen à propos de l’avortement :

"C’est un point qui mérite d’être clarifié (...) Jamais, dans ma vie publique, je n’ai demandé le retour à l’état du droit antérieur. Mais la situation démographique de notre pays, ainsi que le risque de submersion, exigent que l’on se demande si l’on peut mener une grande politique d’accueil de la vie"

SoljenitsyneLe dissident est une personne qui cesse d’adhérer à une idéologie ou qui refuse de cautionner la politique conduite par une caste dirigeante. Si cette dissidence était, jusqu’à ce jour, plus particulièrement connotée avec les pays de l’Est, la montée en Europe des mouvements extrêmes, à l’instar de ce qui se passe aujourd’hui en Autriche, en Hongrie, au Royaume-uni (Brexit) et, bien évidemment, aux États-Unis, démontre que les dissidents sont passés à l’Ouest.

Ce tropisme irréversible révèle l’échec du grand capitalisme, lequel, sous couvert de la mondialisation, avait souhaité la disparition des États, des nations et des cultures pour lui substituer un monde marchand où les peuples ne sont plus considérés comme des identités singulières mais, tout simplement, comme un ensemble de consommateurs de produits standardisés de très faible qualité, à la limite du périmètre sanitaire.

En effet, il est surprenant qu’un groupe pharmaceutique aussi important que Bauer achète le plus gros producteur de pesticides de la planète : Monsanto.

Ainsi, la collusion des banques, des multinationales et de la caste médiatique en plein accord avec une prétendue élite politique corrompue n’est plus à démontrer et devra lâcher prise, car le grand ordonnateur américain vient de faire un arrêt vasculaire cardiaque...

Le titre du dernier livre de Philippe de Villiers pose une question inquiétante : « Les cloches sonneront-elle encore demain ? » (Albin Michel). Certes l’auteur lance un cri d’alarme face à l’islamisation de la France, mais ce qu’il écrit de notre pays concerne tout l’Occident chrétien : « La France est en danger. Il est grand temps de donner l’alerte, de sonner l’alarme. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut aller réveiller le bedeau pour sonner les cloches. Pas le glas, la France n’est pas morte. Mais le tocsin, pour qu’elle ne meure pas. »

Communiqué de Jacques MYARD, Député de la Nation, Président du Cercle Nation et République, Le 24 octobre 2016
 
Les véritables raisons des policiers en colère : l’intifada française !
 
La colère des policiers est incompréhensible pour le Gouvernement qui estime que ce mécontentement réside uniquement dans leur épuisement  en raison de leurs multiples engagements en raison de l’'Etat d’urgence. Cet aveuglement, total et dramatique, s’inscrit dans l’idéologie d’un gouvernement pétri de principes décalés par rapport aux réalités du terrain. La réalité est d’une grande simplicité : nos policiers font face à une véritable INTIFIDA  dans les banlieues et au lieu de le  reconnaître et d’'agir en conséquence, le Gouvernement se gargarise « d’'Etat de droit » comme si ce mot valise pouvait être une réponse à la situation de guérilla qui se développe dans nombre de quartiers. Pire « l’'Etat de droit » est perçu comme synonyme d’'impuissance de la part de l'’exécutif car il renvoie à l'’autorité judiciaire qui n'’apporte pas les sanctions à la hauteur des défis.
 

Vous avez été 400 000 à avoir suivi l’entretien accordé par Philippe de Villiers à TV Libertés en octobre 2015. Gageons que vous serez encore plus nombreux à découvrir ce nouvel entretien choc de 40 minutes où l’ancien candidat à la présidence de la république affirme que la France est en train de perdre son identité. Pour lui, si rien n’est fait, la voix du “muezzin couvrira le son des cloches de nos terroirs”. Philippe de Villiers met de côté son métier d’entrepreneur ou sa passion pour la politique, il se fait lanceur d’alerte. L’auteur a eu accès à de nombreuses informations qu’il divulgue pour que les Français sachent et prennent conscience de l’extrême gravité de la situation.
Dénonçant une classe politique achetée et qui pratique l’intelligence avec l’ennemi… montrant du doigt des media coupables d’instituer un couvre feu moral, l’auteur parle de remigration, de partition, propose d’inventer un nouveau roman national et lance un cri du coeur : la France doit rester la France. Elle n’a pas vocation à devenir la fille aînée de l’Islam.

Un sondage réalisé par Harris Interactive pour « Marianne » a mesuré la proximité du parti Les Républicains et du Front national sur le terrain des «valeurs». Les résultats montrent que les digues idéologiques entre LR et le FN n’ont jamais été aussi poreuses. L’idée du « front républicain » face à Marine Le Pen a définitivement vécu. En cas de duel entre Marine Le Pen et François Hollande, 21% des sympathisants de la droite et du centre penchent pour la candidate FN. Un peu plus des deux tiers d’entre eux se refusent à choisir… Et seulement 10% de ces mêmes électeurs de droite et du centre optent pour le président sortant.

Les sympathisants LR revendiquent haut et fort leur proximité avec le FN (75% sur la sécurité, 66% sur l’immigration ou 57% sur la famille).