Bienvenue

« Le jour où l’on ne pourra plus payer l’aide sociale, ce sera sanglant ! »

 

En février 2015, nous écrivions: "Daesh menace de réaliser le Camp des Saints !"

"L'Etat islamique menace de réaliser le Camp des Saints: «Si vous engagez des forces armées en Libye, nous vous envoyons 500.000 migrants»: tel est en substance le message envoyé par les djihadistes de la franchise libyenne de Daesh au gouvernement italien. lefigaro .  

Le Camp des saints, d'après l'Apocalypse, c'est l’Église de Dieu prise d'assaut vers la fin des temps par les forces du mal au moment de l'ultime combat eschatologique, celui de Gog et Magog.

07 Et quand les mille ans seront arrivés à leur terme, Satan sera relâché de sa prison,
08 il sortira pour égarer les gens des nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; ils sont aussi nombreux que le sable de la mer.
09 Ils montèrent, couvrant l’étendue de la terre, ils encerclèrent le camp des saints et la Ville bien-aimée, mais un feu descendit du ciel et les dévora.

Ap 20, 7-9."

1er novembre 2015: Daesh a tenu sa promesse. Les djihadistes sont entrés par milliers en Europe, sans aucun esprit de résistance de l'Union Européenne qui manifeste un aveuglement et une inadaptation sans égale à cette situation.

C’est à TVLibertés que Philippe de Villiers a consacré son plus long entretien après la parution de son livre best-seller intitulé « Le moment est venu de dire ce que j’ai vu ».

Débarrassé de son statut d’homme politique, il parle sans filtre, sans volonté de plaire mais avec la ferme intention de convaincre. Le message qu’il assène avec la force d’un dissident doit être écouté et…entendu.

 

"Aujourd'hui on a deux Europe ; celle qui se définit comme chrétienne à l'Est, et la multiculturelle à l'Ouest qui a renié ses racines chrétiennes, qui ferme la porte à Dieu pour mieux l'ouvrir à Allah (...)"  Philippe de Villiers.

 

Bizarre. Ils ne font plus la une du 20 heures. Pourtant, ils continuent d’arriver. Par milliers. Par dizaines de milliers, tous les jours. Certains jours, même, la Macédoine en compte jusqu’à 10.000, l’équivalent d’une petite ville française, et là je ne parle que des migrants qui arrivent du Moyen-Orient, prétendument pour fuir la guerre. Car de Libye débarquent des centaines d’Africains sur les côtes européennes. Avec la complicité de Frontex, cette étrange organisation chargée, paraît-il, de nous protéger alors qu’elle ne fait qu’encourager les migrants à tenter une traversée dont ils savent désormais qu’ils ont toutes les chances de la réussir.

Ce n’est plus une invasion, c’est un déferlement. Ce ne sont plus les barbares des premiers siècles qui nous envahissent ainsi, mais des centaines de milliers de chômeurs qui vont s’additionner aux 19 millions de sans-emploi de la zone euro. Ce ne sont d’ailleurs même plus des centaines de milliers mais des millions puisque, très vite, avec notre mortelle politique de regroupement familial, et notre non moins criminelle politique d’avortement, tous ces célibataires qui s’enfuient de chez eux n’ont qu’une hâte : celle de faire venir femmes et enfants profiter de notre générosité sociale.

Les ministres de l’Intérieur de l’Union européenne, puis les chefs d’Etat, se sont réunis la semaine dernière pour faire face à la crise des « réfugiés » afin de se répartir 120.000 d’entre eux. On notera qu’au printemps dernier, ils s’étaient mis d’accord sur 40.000 et que, depuis lors, Bruxelles n’a pu en placer que 33.000. Cela augure mal pour les autres ! D’autant que la situation est déjà dépassée. D'ici au mois de janvier, a-t-on appris, l’Allemagne, rouvrant ses frontières aux « vrais « réfugiés, devrait en accueillir un million !

Il y a eu un accord pour leur répartition, mais à la majorité qualifiée car depuis le Traité de Lisbonne la règle de la majorité s’est substituée à celle de l’unanimité, changement qui témoigne de la discorde au sein des Etats membres. Ainsi, même ceux qui ont voté contre cette répartition (Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Roumanie) devront accepter des réfugiés. François Hollande a tenu à préciser que ce serait « obligatoire » mais comme on n’a aucun moyen de le leur imposer par la force – l’Union européenne n’ayant pas de char – ces dissidents seront pénalisés financièrement.

D’un côté, on les aide à améliorer leur niveau de vie, d’un autre on les ponctionne parce qu’ils n’obéissent pas à Bruxelles. C’est le chantage : ou bien vous renoncez à votre souveraineté, au droit régalien de maîtriser le peuplement de votre territoire, ou bien vous êtes punis ! Le bâton de la sanction après la carotte des subventions, ainsi va Bruxelles qui n’est pas au service des peuples mais entend que ces derniers soient au sien....

Source: Boulevard Voltaire - Gabriel Robin

Face à la politique désastreuse de l’Allemagne et de la France, un front de résistance à la submersion migratoire est en train de se dresser à l’Est.

L'Allemagne est perdue, ses dirigeants pratiquent une politique malthusienne qui les contraint à faire venir une main-d’œuvre à bas coût extra-européenne, après avoir vidé les pays voisins de leurs forces vives pour travailler dans les industries lourdes teutonnes. Les appels du pied d’Angela Merkel ont encouragé les clandestins à fondre sur l’Europe, et notamment un important contingent de vrais-faux Syriens. Un demandeur d’asile syrien bénéficie de largesses particulières accordées par Berlin. En effet, contrairement aux autres demandeurs d’asile, les « migrants » syriens arrivés en Allemagne ne sont pas renvoyés vers le pays par lequel ils sont entrés dans l’Union européenne, comme le veulent les règles européennes. Par ailleurs, leurs dossiers sont traités prioritairement.

Résultat ?...

Voici encore un enregistrement de Jean Raspail à propos du Camp des Saints et de l’immigration déferlante. Nous n’avons qu’une remarque à faire : la « charité chrétienne » qui paralyse notre population est une interprétation erronée de la véritable charité chrétienne et il faut impérativement le répéter, même si cela va à l’encontre des déclarations du pape François.

 

 

Maître Frédéric Pichon est avocat au Barreau de Paris et vice-président du SIEL, une formation présidée par Karim Ouchikh. Il est connu pour avoir défendu de nombreux militants poursuivis devant les tribunaux pour leurs idées. Il organise un rassemblement à proximité de l’ambassade d’Allemagne le jeudi 24 septembre à 19 h 30, 24 rue Marbeau 75 116 Paris (Métro Porte Maillot ou Porte Dauphine), pour protester contre la politique migratoire de l’Union européenne et d’Angela Merkel.

— Pouvez-vous préciser le sens de votre manifestation ?
 

— Le but de cette manifestation est de protester contre la politique absolument irresponsable des autorités européennes pratiquée sous l’égide de Madame Merkel et qui vise à imposer, à l’insu des peuples d’Europe, une vague d’immigration massive absolument sans précédent dans son histoire. Sous couvert de philanthropie et d’humanisme, on ouvre les vannes d’un phénomène incontrôlable qui risque d’avoir des conséquences absolument dramatiques. A terme – car il ne faut pas se leurrer, l’immigration est devant nous – ce phénomène risque d’entraîner la disparition de la France et de l’Europe, la submersion de leur identité et les ravages d’une terrible guerre civile...

Source: Bulletin des amis de l'information libre

"... L’Union européenne est condamnée à cause de ses contradictions internes. On songe ici à la fin de l’URSS : l’Union s’effondrera comme elle. En façade, les maîtres du Kremlin continuaient à professer les utopies marxistes mais, voyant que ça ne marchait pas plus de leur temps que du temps de Lénine, ils prirent leurs distances avec les grands principes. Ce fut l’opération Gorbatchev, dans l’espoir de sauver l’empire rouge. Mais cela n’a servi à rien ! Tout était vermoulu et le régime communiste s’est effondré comme une maison depuis longtemps minée par les termites.

Comment cela pourrait-il se terminer pour l’Union européenne ?...