Bienvenue

Véronique Besse, député de la Vendée et porte-parole du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, salue « la détermination du peuple britanniquequi a décidé, hier, par référendum de quitter l’Union Européenne »:

  • « Une leçon de courage : face aux élites financières et administratives déracinés et face à une Union européenne sans repères ni frontière, les peuples se réveillent et le font savoir ! »

  • « Une leçon de démocratie : l’Europe, ce n’est pas diriger autoritairement de Bruxelles. C’est respecter les peuples ! Le Royaume-Uni a choisi de laisser le peuple s’exprimer. Celui-ci s’est fait entendre. »

  • « Une leçon d’espoir : le diktat de Bruxelles et l’idéologie mondialiste ne sont pas des fatalités ! Ils ont trouvé leurs limites. Il faut désormais y apporter des remèdes. »

L’AGRIF, qui défend comme universelles les valeurs de l’identité et de l’enracinement, socles des libertés réelles, accueille avec une très grande joie le résultat du référendum en Grande-Bretagne.

C’est là une grande victoire de la liberté contre le néo-totalitarisme de plus en plus insupportable de l’inhumaine eurocratie bruxelloise.

Bravo aux Britanniques ! Un courageux peuple d'Europe relève la tête

et quitte l'Union Européenne

52% -  48%   Un million de voix d'avance !

A quand le peuple Français et le Frexit ?

Alors que les bookmakers ont toujours placé le Remain en tête des probabilités avec 75%, c'est le Brexit qui l'a emporté. Nigel Farage (UKIP), a revendiqué la victoire lors d'un discours célébrant "l'independence day" du Royaume-Uni :

 "L'aube se lève sur un Royaume-Uni indépendant. C'est la victoire des vraies gens, des gens modestes et dignes. Nous nous sommes battus contre les multinationales, contre les grands partis"

 A suivre...

 

À la veille du vote crucial du Royaume-Uni, qui décide jeudi 23 juin s'il souhaite rester dans l'Union européenne. Nicolas Dupont-Aignan souhaite que l'UE évolue vers un rôle de "syndic de copropriété" plutôt que d'institutions contraignantes. Le président de Debout la France et député-maire de Yerres (Yvelines) estime que l'UE est responsable de nombreux maux économiques que connaît la France. "L'UE est incompatible avec la démocratie", affirme-t-il en prenant exemple le traité transatlantique dont il estime qu'il est en train d'être négocié "dans le dos des Français".

Selon Nicolas Dupont-Aignan, un Brexit va permettre d'"accélérer la réorientation complète de la construction qui est en train de ruiner" la France. "S'ils sortent, on va pouvoir revoir ce fonctionnement", assure-t-il. Il ne veut pas "faire disparaître l'Europe" mais ne veut plus d'une Europe d'une "petite élite". Une des solutions pour changer cela selon lui ? "Rendre aux nations le contrôle de leurs frontières, de leurs budgets et de leurs lois."

Alors que le Val d’Oise vient d’accueillir une centaine de réfugiés venus de Paris, notamment sur les communes de Bezons et de Cergy, Jean-Pierre Enjalbert monte au créneau. Pour le maire DLF de Saint-Prix, dont la commune héberge elle-même 60 réfugiés afghans, « la communication de la mairie de Paris masque les efforts réalisés réellement par les maires d’Ile-de-France ».

migrantscergy

La ville de Paris doit accueillir un centre destiné aux réfugiés, après l’évacuation d’un campement près du jardin d’Eole. En attendant, sa construction quelques 2000 migrants ont été transférés dans les différents départements d’Ile-de-France, dont 300 dans le Val d’Oise. De quoi agacer Jean-Pierre Enjalbert, maire Debout la France de Saint-Prix pour qui « encore une fois, les maires de banlieue vont devoir assumer seuls l’accueil de personnes démunis de tout alors même qu’ils ne cessent d’être stigmatisés par le gouvernement ».

Houari Boumediene PortraitDans son discours à l'ONU en 1974, le président algérien Houari Boumediene avait déclaré :

"Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère Sud pour aller dans l’hémisphère Nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire"

Et pendant ce temps nous tuons au moins huit cents enfants par jour en France.

On ne pourra pas dire que l'Europe n'a pas été prévenue...

« L’élection autrichienne a valeur de test pour tout l’Occident. Elle précise les fondements économiques, géographiques, sociologiques, idéologiques de nos affrontements de demain : les grandes métropoles contre le rural et le péri-urbain, les classes supérieures, les jeunes diplômés, les femmes des grandes villes et les enfants de l’immigration contre les classes populaires, ouvriers et employés. Les vainqueurs de la mondialisation contre les vaincus. Les partisans de l’Union européenne contre ses adversaires. Le multiculturalisme contre l’identité […] Les partisans du mariage homosexuel contre les défenseurs de la famille traditionnel […] Le parti de l’Autre contre les patriotes. Les migrants contre les frontières. Les “pas d’amalgame“ contre les islamophobes. Le politiquement correct contre le populisme. »

« Cet affrontement sera impitoyable et inexpiable.[…] Le temps des gestionnaires et des technocrates est révolu. L’Europe va redécouvrir les joies de la guerre civile froide. Froide, au mieux. »

Eric Zemmour

Après le Nord-Pas de Calais, après PACA, l'oligarchie européiste et mondialiste sauve encore les meubles. Cette fois-ci, c'est en Autriche !  A 30.000 voix près. Grâce au vote par correspondance des expats et des maisons de retraite, le système sauve la mise. De fort peu toutefois.

Mais pour la première fois à une élection nationale en Europe de l’Ouest, un candidat populiste mobilise la moitié de l’électorat pour sa cause. C’est un fait majeur qui donne à penser que les peuples européens reprendront bientôt leur destin en main.

Prix charlemagne2Les présidents des trois principales institutions de l’Union, Jean-Claude Juncker pour la commission, Donald Tusk pour le Conseil et Martin Schulz, pour le Parlement européen, se rendent à Rome, vendredi 6 mai, pour remettre au pape François le prix Charlemagne.

 

pape-francois-turquie-mosque-bleue-priere

Alors que l’Europe traverse une crise existentielle, les dirigeants européens espèrent trouver auprès du pape un peu de soutien à leur tentative de maintenir ensemble des pays de plus en plus divisés. En cause, la crise migratoire qui a profondément creusé le fossé entre Etats membres ; certains, à l’Est et au centre (en Hongrie, Autriche, Pologne, Slovaquie…), refusant de « prendre leur part ». Plane aussi la menace terroriste, qui a durci la réaction des populations à l’égard des migrants. Et la montée, de plus en plus préoccupante, des résistants anti-Européens, désormais présents sur l’ensemble du continent.

 Voilà donc réunis quatre responsables du remplacement des populations européennes chrétiennes par les flots de migrants musulmans, qui se congratulent lançant des invitations aux peuples européens à « remplacer des murs par des ponts », c’est-à-dire à se laisser envahir.

Charlemagne doit se retourner dans sa tombe !

Nous sommes au bord du précipice, gouvernés par des traîtres. Il faudra un jour les juger.

Pour obliger les pays d’Europe à participer à l’invasion organisée du continent, la Commission européenne a proposé d’instaurer une« contribution de solidarité », dans le cadre de la révision du règlement de Dublin, prévoyant une amende de 250.000 euros par « migrant » refusé.

L’objectif affiché par l’instance supranationale non élue est simple : appliquer de force la mesure de répartition automatique des demandeurs d’asile dans l’Union européenne. Qui pourra donc refuser ? Par exemple, si la France décidait, demain, de ne pas recevoir son quota de référence de 30.000 « migrants », elle devrait payer une amende de 7,5 milliards d’euros. Colossal.

Le gouvernement des États-Unis et l’OTAN agissent comme si la Russie les menaçait, plutôt que de considérer qu’ils sont eux-mêmes une menace pour la Russie en l’encerclant – et leurs médias relaient ce mensonge comme s’il s’agissait d’une vérité digne d’être prise au sérieux.   L'analyse...