Bienvenue

L'économiste Jacques Sapir estime, dans Le Monde, qu'"il est urgent de dissoudre la zone euro" :

S"La crise de la zone euro a atteint un point critique. Quelles que soient les solutions envisagées, qu'il s'agisse de la mutualisation de la dette ou des mesures dites "non conventionnelles" que la Banque centrale européenne pourraient prendre, elles ne peuvent apporter de solution durable. A cela une bonne raison : cette crise n'est pas une crise de la dette souveraine mais une crise de compétitivité aggravée par l'effet pervers de l'euro sur la croissance. Les différentes mesures prises depuis le début de 2010 ont été globalement inopérantes. [...] Alors que le chômage recommence à fortement monter en France, il est temps de changer de politique, sinon nous nous imposerons l'équivalent d'une grande dépression par notre propre stupidité. [...]

S"Pour comprendre ce qui se passe dans l'Euroland, il est recommandé de revoir ou de relire les aventures des Shadoks. Tout devient limpide. La culture française a de beaux restes et son influence demeure intacte.

«S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème»

«Quand on ne sait pas où on va, il faut y aller… et le plus vite possible», disent-ils. C'est la doctrine de nos ministres, notamment français, se rendant sans relâche aux «Eurogroupes».

 «Si ça fait mal, c'est que ça fait du bien Voilà l'alpha et oméga des plans d'austérité.

C'est dans Le Figaro.

"Croire que la richesse vient de la création de monnaie, au lieu de comprendre que c'est la monnaie qui est la contrepartie de la richesse créée : cette illusion monétaire est pathétique. Elle est surtout tragique. Un jour ou l'autre, cela se traduira en inflation. Cette année, la zone euro va emprunter plus de 800 milliards.

Ceux qui dénoncent les partisans de la sortie de l'euro en estimant que ce serait le retour de la planche à billets, ne voient pas que cette planche fonctionne à pleine régime sous nos yeux."

Source: l'économiste Jean-Yves Naudet sur Nouvelles de France

« Je dénonce la stratégie diabolique des Verts qui ont convaincu la Suède, l’Allemagne, la Belgique et l’Italie de sortir progressivement du nucléaire en deux ou trois décennies. Ils vont créer au centre de l’Europe une véritable famine énergétique au moment où les quantités de pétrole et de gaz vont baisser. C’est suicidaire. On ne peut imposer une telle brutalité, cela va conduire à la guerre civile. »
 
Michel Rocard, dans  son livre, Mes points sur les « i », Ed. Odile Jacob

Alors que le Gouvernement a fait ses meilleurs efforts pour faire reconnaître par les Turcs le génocide arménien, il persiste à nier le génocide vendéen. Pari hasardeux !   Reynald Secher en a démontré l’existence à partir des ordres donnés par les grands hommes de la République, dont certains reposent au Panthéon. Alain Duhamel, lors d’un entretien qu’on peut retrouver sur Youtube, a affirmé : « Après tout, si on cherche absolument un génocide, on n’a qu’à travailler sur le génocide français en Vendée pendant la Révolution, parce qu’il a existé. »

Source : Point de vue/Le Monde/ 23/12/2011

La véritable cause de la crise de l'euro, c'est la montée inexorable de la dette extérieure dans la moitié des pays de la zone. La nécessité de faire appel à des capitaux étrangers indique que la question cruciale est que leurs ressources propres n'ont pas été utilisées suffisamment pour développer les capacités productives des pays concernés et les rendre compétitives. Si l'on retranche les créances que possède chacun des pays, une dette extérieure nette touche les deux tiers des membres de la zone euro.

L'obstination des gouvernants à foncer, à marche forcée, dans l'impasse de l'euro ne peut conduire qu'à une aggravation générale de la situation économique en Europe. Bien que nos concurrents américain et chinois aient intérêt à la survie de la monnaie unique européenne, celle-ci est condamnée, tôt ou tard, à une explosion incontrôlable. C'est pourquoi, afin d'éviter ce désastre, les signataires de ce texte proposent qu'une concertation européenne soit engagée en vue d'aboutir au démontage nécessaire de l'euro. Celui-ci pourra se faire selon les six modalités suivantes....

De Reynald Secher sur Atlantico :

Jeudi dernier, les députés ont adopté la proposition de loi sur la pénalisation de la négation des génocides. Le texte remet ainsi le génocide vendéen, occulté dans les livres d'histoire, au cœur des discussions. La France a-t-elle une mémoire sélective ?

"La France aime donner des leçons au monde notamment dans le domaine des droits de l’homme, au titre qu’elle en serait à l’origine. Elle oublie de dire qu’en même temps, elle est aussi l’actrice du premier génocide idéologique en Vendée...  Tout dans ce crime de masse a été essayé, y compris l’horreur absolue comme l’utilisation de gaz, de fours… On y retrouve l’indicible comme les tanneries de peaux humaines, la fonte des corps pour la graisse… [...]

"L’Euro est en train d’amener l’Europe dans un désastre....Le retour au Franc est inévitable. "
Charles Gave, économiste

On sait que l'on dit désormais « IVG » pour avortement « demandeur d'emploi » pour chômeur, « plan social » pour plan de licenciement, « technicienne du sol » pour femme de ménage, « préposé des P et T » pour facteur... croyant ainsi n'offenser personne. Dans la liste de ces euphémismes lénifiants, il faudra désormais inclure « souveraineté partagée » pour abandon de souveraineté.

La confusion entre l’Union européenne (institution politico-bureaucratique politiquement correcte) et l’Europe (héritage culturel et mythologique) est un mensonge qui fait beaucoup de mal. Car ce qui va de travers est attribué à l’Europe alors que ce qui est en cause, c’est l’Union européenne et son idéologie néfaste. L’Europe a des concurrents, des adversaires, des prédateurs et même des ennemis. Son problème c’est que l’Union européenne ne veut pas en tenir compte.