Bienvenue

Un journal catholique américain très connu demande au Président Trump d'ordonner une enquête sur des agissements présumés des agences gouvernementales américaines en faveur de l'élection du pape François :

Voici une traduction de la lettre publiée par The Remnant qui demande au Président Donald Trump une enquête sur une présumée collusion entre le Parti démocrate et les circonstances qui ont conduit à l'élection de François : 

"Cher Président Trump :

Le slogan de campagne « Make America Great Again » [ « Rendons l’Amérique grande à nouveau » ], résonnait avec des millions d'Américains ordinaires et votre ténacité à repousser plusieurs des tendances les plus nocives récentes a été des plus inspirant. Nous sommes tous impatients de constater un renversement continu des tendances collectivistes des dernières décennies.

À inverser les tendances collectives récentes exigera, par nécessité, un renversement de beaucoup des actions prises par l'administration précédente. Parmi ces actions, nous croyons qu'il y en a une qui reste masquée dans le secret. Plus précisément, nous avons des raisons de croire qu'un « changement de régime » du Vatican a été conçu par l'administration Obama.

Obama - comme nos politiciens - a laissé prospérer les délocalisations sans se préoccuper autrement que par une compassion verbale du sort de salariés condamnés à la misère. Qu’il ne s’étonne pas que le petit peuple ait voté Trump puisque Hillary Clinton faisait campagne sur le thème « Four years more » – quatre années de plus – laissant entendre qu’elle mettrait ses pas dans ceux du président noir. Les Démocrates prétendent toujours être plus sociaux que les Républicains, comme chez nous la gauche par rapport à la droite.

Si les multinationales ont cédé face à Trump, c’est qu’elles ont compris qu’elles n’avaient pas face à elles un politicien ordinaire qui oublie le lendemain de son élection ce qu’il avait promis la veille ou qui fait même le contraire....

Après la cérémonie d’investiture du 45e président des États-Unis, on comprend mieux la détestation qu’il soulève dans le microcosme politico-médiatique français.

Son discours inaugural, qui a respecté les formes traditionnelles du passage de pouvoir, avec les remerciements d’usage à l’égard du couple Obama, a sur le fond été clairement révolutionnaire.

Quel plaisir d’entendre le chef d’État de la démocratie la plus puissante au monde prononcer des paroles qui sont devenues politiquement incorrectes en France depuis les années 1980.

Les attaques contre D. Trump ne sont pas que de nature politique. Alors qu’il lutte contre le chômage et les délocalisations, l’hystérie des obsédés de la race ne veut pas se calmer…

Les seuls perdants : les peuples européens et les Américains.

Cet article est dédié à ceux qui ont perdu leur usine et leur emploi

À Davos, c’est le bouquet ! Qui aurait pu imaginer qu’un jour, un président chinois communiste capitaliste serait le seul à défendre, avec les multinationales, le libre-échange mondialiste et l’ouverture au monde ?

Hypocrite et grand défenseur des seuls intérêts économiques chinois, Lui Xi Jinping s’écrie : « Toute tentative de stopper les échanges de capitaux, de technologie et de produits est impossible et serait à rebours de l’Histoire. » Il est à noter qu’il n’y a pas plus nationaliste que les Chinois pour défendre leurs entreprises et leur marché intérieur. La Chine et les pays émergents souhaitent que ce jeu de dupes depuis 40 ans continue, que les Européens, Allemands inclus à terme, se retrouvent « cocufiés » et au chômage.

Maurice Allais enseignant à l'École des Mines

Les libre-échangistes viennent de subir leur première défaite et le nouveau président américain vient de marquer son premier point.

Ford, pris à partie depuis des mois par Donald Trump, a renoncé à son projet de nouvelle usine mexicaine de 1,6 milliard de dollars pour investir dans le Michigan. Les libre-échangistes viennent de subir leur première défaite et le nouveau président américain vient de marquer son premier point.

C’est vrai, le libre-échange intégral n’est pas forcément intelligent. Ainsi, Maurice Allais qui, avant de décrocher son prix Nobel d’économie, avait été major de l’École polytechnique, faisait l’analyse suivante.

Pour lui, la crise actuelle avait deux origines : le libre-échangisme et l’organisation financière internationale. « Parmi les multiples vérités qui ne sont pas abordées se trouve le fondement réel de l’actuelle crise : l’organisation du commerce mondial, qu’il faut réformer profondément, et prioritairement à l’autre grande réforme également indispensable que sera celle du système bancaire. »

Maurice Allais distinguait deux formes de protectionnisme : « Il en existe certains de néfastes, tandis que d’autres sont entièrement justifiés. Dans la première catégorie se trouve le protectionnisme entre pays à salaires comparables, qui n’est pas souhaitable en général. Par contre, le protectionnisme entre pays de niveaux de vie très différents est non seulement justifié, mais absolument nécessaire.

C’est en particulier le cas à propos de la Chine, avec laquelle il est fou d’avoir supprimé les protections douanières aux frontières. »...

Ce soir, les cloches sont en train de sonner dans les églises de la ville d’Alep pour célébrer le départ des terroristes de plus de 80 nationalités qui avaient envahi le pays. Si cela ne tenait qu’à la Russie, les monstres qui décapitaient, violaient, massacraient…. auraient été nettoyés jusque dans les chiottes selon la formule de Poutine.

Néanmoins, la France et d’autres pays occidentaux - dont les élites sont vendues aux mêmes puissances qui financent le terrorisme islamiste - sont montés au créneau pour demander un passage sûr pour les « rebelles ». Dans un coup d’échec diplomatique sans précèdent, Poutine vient d’accepter de laisser partir les milliers de terroristes qui se pullulaient dans la région de Alep. Beaucoup ont des passeports Européens et vont refluer en toute sécurité vers leurs pays respectifs pour continuer ce qui a été interrompu à Alep.

A force de voter continuellement pour des corrompus et des crétins, les Français se retrouvent aujourd’hui en danger. Interpellez vos politiques ! Ceci est plus important que les 35 heures, l’Euro ou le trou de la Sécu.

C’est de votre vie dont il s’agit !

Aldo Sterone

Voici comment sont gérés les présidents européens, ils sont cooptés par le lobby qui n’existe pas (le groupe Bilderberg). D’un coup de baguette magique, les médias soutiennent sa candidature et des sondages commandés très favorables sont commentés, sans oublier le fait de discréditer l’adversaire. Bref, une routine bien huilée et installée depuis un moment, que l’on dénonce depuis 10 ans maintenant. Tout ça ne vous rappelle-t-il pas la campagne contre le Brexit, la campagne de Madame Clinton, la campagne d'Alain Juppé ?

À par ça, le complot n’existe pas, ce sont juste des clubs philosophiques… On nous prend vraiment pour des billes...

En 2015, lors d’un entretien télévisé, Philippe de Villiers évoquait une confidence que lui avait faite François Fillon :  » Les Bilderberg ? Ce sont eux qui nous dirigent…  »

 

Communiqué de presse de Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire, sur l'élection de Donald Trump :

« Après le Brexit, une nouvelle victoire des électeurs contre le système ! »

Si je dois trouver des raisons de me réjouir dans l’élection de Donald Trump, ce n’est pas en raison de son résultat mais du fait qu’il se confirme que les électeurs sont souverains face aux choix préfabriqués qu’on leur impose.

Les élections aux Etats-Unis se terminent le 8 novembre au soir. A moins d’une semaine de ces élections, les sondages semblent encore donner une avance en terme de nombre de sièges de grands électeurs à Clinton, tandis que Trump s’approche et dépasse parfois cette dernière en pourcentage d'intentions de vote. Le résultat est incertain et à cette heure, rien ne permet d'anticiper les résultats. Mais quoi qu’il en soit, cette élection marquera un tournant de l’histoire du monde et ce, pour plusieurs raisons.

D’une part, au cœur de la puissance politique, économique et militaire de notre époque, une véritable opposition s’est manifestée. Les élections, qui étaient depuis 30 ans l’occasion d’une opposition factice entre membres modérés d’une élite globalement solidaire, ont laissé la place à un affrontement direct, dur et sous l’œil de l’opinion publique internationale, entre deux candidats que presque tout oppose (Voir Centurie News n°2). Cette opposition fixe la ligne de fracture entre deux destins devenus irréconciliables pour l’Amérique : redevenir une nation ou rester le bras armé d’un empire financier transnational.

« Immigration : Le Pape corrige François » par Ivan Rioufol

Le pape François tempère ses propres légèretés face à l’immigration. Il y a peu, il déclarait, sous les vivats des mondialistes et des mélangistes : « Nous sommes tous des migrants »... Et voilà que, rentrant d’un voyage en Suède, pays bousculé par l’immigration musulmane, le Pape appelle cette fois les pays à « la prudence ». Comme le rapporte Le Figaro de ce mercredi, François a déclaré hier : « Qu’est-ce que je pense des pays qui ferment leurs frontières ? En théorie, on ne peut pas fermer son cœur à un réfugié. Mais il y a aussi la prudence des gouvernements : ils doivent être très ouverts pour recevoir, mais ils doivent aussi faire le calcul de savoir comment les recevoir. Parce qu’on ne doit pas seulement recevoir un réfugié, mais il faut aussi l’intégrer (…) Si le réfugié n’est pas intégré, il se « ghettoïse » ». Ces propos plus réalistes corrigent la troublante naïveté de François. L’esprit irénique et un brin démagogique l’habite-t-il encore ?