Bienvenue

La République tchèque ne prendra aucun « migrant » au-delà des 12 demandeurs d’asile déjà accueillis dans le cadre du programme de redistribution des immigrants clandestins arrivés en Italie et en Grèce selon les quotas obligatoires convenus en 2015.

Lors du Conseil européen qui avait étendu, en septembre 2015, ces quotas pour couvrir 160.000 immigrants arrivés illégalement dans l’Union européenne, la Tchéquie avait manifesté son opposition comme la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. La Pologne avait ensuite rejoint ces pays après les élections d’octobre 2015 qui avaient porté les conservateurs au pouvoir à Varsovie. Dans une interview publiée dimanche, le ministre de l’Intérieur tchèque Milan Chovanec estime que son pays choisira probablement de subir des sanctions financières plutôt que d’accueillir de nouveaux « migrants », même si ces sanctions se chiffrent en millions d’euros.      Source: Réinformation.TV