Bienvenue

Le premier ministre hongrois Viktor Orban était à Malte pour assister au congrès du Parti Populaire Européen qui fédère les principales formations politiques de centre-droit de l’UE. Le leader hongrois, qui s’y est exprimé, a tenu à « parler franchement et ouvertement » des dangers menaçant l’Europe. En tête : l’invasion islamique.

Viktor Orban a évoqué une série de crises qui frappent le continent, parmi lesquelles la menace migratoire, djihadiste et sécuritaire. Le premier ministre hongrois a ainsi déclaré :...

« L’immigration s’est révélée être un cheval de Troie pour le terrorisme. L’immigration s’est révélée être une illusion pour les problèmes de manque de main d’œuvre. L’immigration est apparue être d’abord un business pour ONG. L’immigration a révélé que les nouveaux venus préfèrent vivre dans des sociétés parallèles plutôt que de s’intégrer dans la société majoritaire […] Le discours de gauche, politiquement correct, s’est montré incapable d’identifier les véritables dangers représentés par l’immigration. »

Il a poursuivi :

« Nous, Européens d’Europe Centrale, nous nous estimons, si les choses continuent ainsi, qu’il y aura une présence musulmane majoritaire en Europe de l’Ouest du vivant de notre génération. Je comprends que la Gauche nous mette une pression idéologique pour que l’Occident se sente coupable des croisades et du colonialisme. Mais cet intellectualisme gauchiste désarme l’Europe face à l’invasion migratoire islamique. »

Il a donné un aperçu de la politique de l’Europe Centrale face à cette menace :

« Nous, Européens d’Europe Centrale, réformons notre politique migratoire. Les frontières doivent être totalement sous contrôle. Ne croyez pas ceux qui vous disent que c’est impossible. Nous, Hongrois, protégeons les frontières de l’Union Européenne sur des centaines de kilomètres sans soutien de l’UE. Et en fait, avec les critiques de Bruxelles. Nous sommes la preuve vivante que se défendre est possible. »

Il a pointé du doigt le rôle destructeur de la « Cour Européenne des Droits de l’Homme », essentiellement d’influence néo-communiste :

« Nous devons urgemment réformé la Cour Européenne des Droits de l’Homme car ses jugements mettent en danger la sécurité du peuple européen et une invitation pour les migrants clandestins […] La Gauche a un plan très clair pour la transformation de l’Europe. Ils veulent laisser des millions de musulmans entrer. Ils veulent en finir avec l’autonomie des états. Ils veulent imposer des règles bureaucratiques sur notre marché du travail. Ils veulent augmenter les taxes et, au final, les socialistes veulent établir le socialisme en Europe. Ce serait fatal pour l’Europe. Nous perdrions notre identité chrétienne, perdrions notre compétitivité, perdrions notre espoir de plein emploi. Nous devrions pas avoir peur des critiques de la gauche et d’être qualifiés de populistes. »