Bienvenue

24/02/2017 – 04h00 Berlin (Breizh-Info.com) – 6 millions de clandestins aux portes de l’Europe ! Un rapport des services de renseignements allemands met en garde contre la présence de ces clandestins sur les côtes méditerranéennes, prêts à tout pour venir en Europe. L’absence de politique européenne commune et de détermination des Etats membres risquent de favoriser l’arrivée de millions d’Africains.

 

Le journal allemand Bild s’est procuré des documents des services de renseignement qui affirment que près de 6 millions de clandestins veulent rejoindre l’Europe coute que coute. Les pays connaissant la plus forte proportion de clandestins sont la Turquie avec près de 3 millions d’individus et la Libye avec 1 200 000.

L’important contingent de clandestins présents en Turquie explique la faiblesse de la diplomatie européenne face à Ankara tandis que la question des migrants présents sur le sol Libyen est une conséquence directe de l’assassinat de Mouammar Kadhafi voulu par l’ancien président de la république française Nicolas Sarkozy.

La très grande majorité des clandestins sont d’origines algériennes ou d’Afrique subsaharienne et sont de religion musulmane. On retrouve donc sans surprise de très nombreux individus originaires d’Afrique de l’Ouest et tout particulièrement du Mali et du Niger.

Ces 6 millions de clandestins qui sont aux portes de la Méditerranée ne pourraient être qu’un avant goût de ce qui attend l’Europe dans les années à venir. Sur la seule période 2015-2035 l’Afrique devrait produire 800 millions d’habitants supplémentaires soit 1 fois et demi la population des 28 pays qui composent l’Union Européenne, des populations que l’Afrique ne pourra pas nourrir et que la faiblesse des dirigeants européens pourrait pousser à franchir la Méditerranée.

Au problème démographique que pose cette crise migratoire s’ajoute la question du djihadisme puisque la majorité des nouveaux arrivants sont de religion musulmane.

L’absence d’une politique commune de lutte contre l’immigration des Etats de l’Union Européenne ne devrait pas faciliter la gestion de cette crise mais la poussée des populismes un peu partout sur le Vieux Continent pourrait profiter à de nouveaux réflexes politiques.