Bienvenue

Obama - comme nos politiciens - a laissé prospérer les délocalisations sans se préoccuper autrement que par une compassion verbale du sort de salariés condamnés à la misère. Qu’il ne s’étonne pas que le petit peuple ait voté Trump puisque Hillary Clinton faisait campagne sur le thème « Four years more » – quatre années de plus – laissant entendre qu’elle mettrait ses pas dans ceux du président noir. Les Démocrates prétendent toujours être plus sociaux que les Républicains, comme chez nous la gauche par rapport à la droite.

Si les multinationales ont cédé face à Trump, c’est qu’elles ont compris qu’elles n’avaient pas face à elles un politicien ordinaire qui oublie le lendemain de son élection ce qu’il avait promis la veille ou qui fait même le contraire....

Il n’a pas le souci de faire carrière, de plaire aux instances du parti ou aux puissances d’argent. Il agit à l’égard des multinationales comme il le faisait en affaires, durement, ce qui lui a profité. D’ailleurs, ce fut l’une des raisons qui poussèrent nombre d’électeurs à voter pour lui afin qu’il fasse réussir l’Amérique comme il a réussi sa carrière d’entrepreneur.

On ne saurait prédire ce que donnera son mandat dans l’avenir mais constatons qu’il n’a pas mal commencé, malgré les clameurs, les manifestations, les injures de ceux qui se prétendent démocrates mais n’acceptent pas le verdict des urnes quand il leur est défavorable..