Bienvenue

Loeiz Rapinel vient d’annoncer son départ d’Europe Ecologie Les Verts. Une décision qui intervient en pleine crise au sein de la formation politique, qui a déjà perdu de nombreux cadres.

rapinel« Après plusieurs mois de réflexion, j’ai décidé de démissionner d’EELV ». C’est par ces mots que Loeiz Rapinel, co secrétaire départemental d’Europe Ecologie Les Verts, a annoncé son départ du parti écologiste. En cause, une divergence d’opinion avec la politique nationale de la formation. « La voie d’une alliance avec la gauche de la gauche voulue par de plus en plus de militant-e-s, même si elle ne se traduit pas encore par un accord électoral national, est désormais explicite dans tous nos débats internes et de plus en plus perceptible dans notre expression publique, justifie-t-il. Ce chemin là, qui représente un choix politique qu’il convient de respecter, n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais le mien : à la protestation stérile j’ai toujours préféré l’action réformiste »...

Le parti a perdu de nombreux représentants... Une situation qui n’a pas épargné les rangs d’EELV 95 avec les départs des conseillers régionaux Guillaume Vuilletet et Sylvain de Smet. François Delcombre, ancien secrétaire départemental des Verts/EELV pendant 5 ans, avait pour sa part annoncé qu’il ne voterait pas pour son parti aux prochaines élections régionales de décembre.   Source VONews

Le président du SIEL, Karim Ouchikh, déclare :

"Notre arme principale ? L’inquiétude de la classe politique. Ce sentiment anxiogène que nous devons susciter et entretenir en permanence dans l’esprit de nos dirigeants de l’UMPS, lesquels doivent se persuader en effet qu’ils ne pourront bientôt plus contenir une colère populaire qui s’exprimera sous peu dans les urnes… Seule cette angoisse taraudant perpétuellement nos dirigeants, à Paris mais aussi ailleurs en Europe, sera de nature, au-delà des échéances électorales, à peser sur les choix technocratiques européens concernant les « migrants » : cette pression populaire doit en somme neutraliser le sentiment d’impunité politique qui prévaut actuellement dans les couloirs de Bruxelles.

De ce point de vue, il nous faut mobiliser tous azimuts, dans les médias bien sûr, mais aussi dans la rue afin de faire entendre la colère des peuples européens. C’est dans le cadre de cette stratégie maîtrisée de montée des tensions politiques que s’inscrit le rassemblement du 7 novembre prochain à 15 heures devant l’ambassade de Hongrie, que le SIEL organise à la fois pour soutenir à la politique d’indépendance nationale de Viktor Orban mais aussi pour résister à l’invasion migratoire actuelle."

Au centre Rachid Temal et Elvira Jaouen (à sa droite) respectivement n° 1 et n° 2  de la liste emmenée par le Parti socialiste dans le Val-d’Oise.

Une conférence de presse en plein cœur du site universitaire des Chênes, à Cergy. «Un symbole, selon Rachid Temal, tête de liste Ps pour les élections régionales de décembre. Le symbole de la jeunesse, du dynamisme et de l’avenir.» Ainsi, lundi 2 novembre, le patron du Ps 95 a dévoilé la liste qu’il conduit pour les Régionales des 6 et 13 décembre. « Une liste à la fois jeune (Ndlr : presque 44 ans de moyenne d’âge), renouvelée et expérimentée. Et surout une liste représentative de tout le territoire valdoisien, à l’inverse de nos adversaires», estime l’élu d’opposition de Taverny. Expérimentée, en effet, puisque pas moins de quatre élus régionaux sortants se retrouvent en position éligible (Ndlr : Elvira Jaouen, Ali Soumaré, Isabelle Beressi et Laurent Dumond).

“La majorité sortante a fait le boulot”

«Il faut s’appuyer sur notre bilan pour convaincre les électeurs», ajoute Elvira Jaouen, maire de Courdimanche. Transports, enseignement supérieur : deux thèmes où la majorité sortante a «largement fait le boulot», constate Rachid Temal.

Ambitieux et optimistes, les colistiers espèrent ne pas pâtir du contexte national comme lors des élections municipales de mars 2014 et Départementales du printemps dernier. «Certains voyants repassent au vert», se félicite la tête de liste...

Liste emmenée par le  PS dans le Val-d’Oise 

Rachid Temal, Elvira Jaouen, Ali Soumaré, Isabelle Beressi, Laurent Dumond (Mouvement des progressistes), Adélaïde Piazzi, Philippe Doucet, Malika Yebdri, Christophe Rossignol (Union des démocrates et écologistes), Ayda Hadizadeh, Luc Broussy, Malvina Laloux (Génération écologie – Prg), Antoine Raisséguier, Anne Charlet, Abdelkhader Syah, Wisall Ayadi, Julien Dos Santos, Malika Caumont, Alain Fabre, Radia Leroul, Christophe Dieu, Valérie Zwilling et Jean-Pierre Béquet.

Source: La Gazette - Julien Ducouret

La liste Lr, Udi et MoDem a été officiellement présentée vendredi 30 octobre,  au siège Les Républicains à Ermont.

La liste Lr, Udi et MoDem a été officiellement présentée vendredi 30 octobre, au siège Les Républicains à Ermont. Ambiance décontractée puis studieuse à la Fédération Les Républicains d’Ermont en ce vendredi 30 octobre au soir. Avant une réunion de travail, Stéphanie von Euw a présenté la liste Lr, Udi et MoDem pour les élections régionales de décembre...

Élus locaux sur la liste
 
Fait marquant de cette étape dans la campagne : la droite (Lr) et le centre (Udi et MoDem) la jouent main dans la main. Passage quasiment obligé pour faire basculer la Région capitale, tenue par la gauche depuis dix-sept ans. «Certains adversaires, comme le Ps, nous taxent de cumulards. Si j’étais ironique, je dirais qu’en face ils présentent une liste de losers. Nous nous appuyons juste sur les compétences de nos élus locaux et notamment des maires qui figurent sur la liste. Dans cette dernière ligne droite et pour gagner l’élection, nous misons sur une  campagne de terrain afin de répondre aux préoccupations des citoyens», conclut Stéphanie von Euw.  

Liste Lr-Udi-MoDem dans le Val-d’Oise

Stéphanie von Euw, Jérôme Chartier, Jacqueline Eustache-Brinio, Claude Bodin, Florence Portelli, Benjamin Chkroun (Udi), Nathalie Elimas (MoDem), Thibault Humbert, Samira Aidoud, Benoît Gimenez (Udi), Nathalie Groux (Udi), Xavier Péricat, Élodie Thabourey, Grégoire Dublineau, Dominique Petitpas (Udi), Modeste Marques, Nicole Lanaspre, Jean-Michel Levesque, Patricia Petit, Abdel Bouchouicha, Anne-Estelle Lhote (MoDem), Philippe Debruyne et Michèle Berthy.

Source: La Gazette - Julien Ducouret
 
Jean-Michel Dubois (au centre), accompagné de six de ses colistiers.
 
Jean-Michel Dubois (au centre), accompagné de six de ses colistiers.À quelques semaines des élections régionales, le Fn 95, «premier parti politique du Val-d’Oise» selon la tête de liste Jean-Michel Dubois, se prépare au combat.
 
Lundi 26 octobre, au Pavillon du Lac à Enghien-les Bains, le conseiller régional de Haute-Normandie et conseiller municipal d’opposition d’Enghien a dévoilé la liste des candidats frontistes, en présence des six premiers colisitiers, dont  Karim Ouchikh, numéro 3 et président du micro-parti Siel (Souveraineté, indépendance et liberté).

Ambitions

Le Fn espère  obtenir au minimum cinq élus régionaux. «Nous sommes le seul parti à pouvoir résoudre les problèmes», assure Jean-Michel Dubois. Ce dernier a ensuite présenté le programme «ambitieux» du Fn. Sans surprise, le chômage, l’insécurité et la culture sont en tête de gondole. Dans les propositions énoncées : la mise en place de deux agents de sécurité, armés, dans chacune des gares d’Île-de-France, «pour contrecarrer la hausse de la délinquance dans le département».
 
Autre axe important : la culture, pointée du doigt par Corinne Berthaud, écrivain et numéro 2 de la liste valdoisienne. Le Fn entend valoriser les patrimoines culturels locaux. «L’idée est de redonner du pouvoir aux gens talentueux, en créant, par exemple, un festival régional francophone», insiste-t-elle.
 
Source: La Gazette - Julien Ducouret

Source RTL - Olivier Bost

Le Front national caracole en tête des intentions de vote pour les régionales, les Républicains sont juste derrière et puis, bien plus bas, il y a le Parti socialiste. C'est l'enseignement du sondage RTL / Le Figaro / LCI réalisé par TNS Sofrès et le groupe OnePoint. La dynamique Front National est vraiment flagrante : 28% des intentions de vote au niveau national, le Front National, c'est un peu l'outsider qui, comme aux européennes, comme aux régionales, se retrouve au centre du jeu. C'est l'analyse de notre sondeur Emmanuel Rivière de la TNS-Sofrès. 

En fait, ce que vient surtout confirmer ce sondage, c'est la solidité du vote Front National. Ceux qui ont un jour voté pour le Front national revotent Front national les élections suivantes...

Henri Guaino n’avait pas sa langue dans sa poche ce matin dans l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV/RMC. Il a persisté et signé dans sa volonté d’interdire le syndicalisme dans la magistrature et de créer une responsabilité des magistrats. Pire encore, il a affirmé respecter Marion Marechal Le Pen et ne refuserait pas de travailler avec elle ! Vite que la police de la pensée l’arrête !

Défense des artisans taxis contre la société Uber, volonté de normalisation des relations diplomatiques avec la Russie, Henri Guaino commence son émission assez fort, refusant l’ultralibéralisme et l’alignement atlantiste.
La meilleure façon pour l’Europe de contribuer à la paix du monde, c’est de parler et d’avoir des relations convenables avec la Russie »

Mais c’est sur la magistrature que Guaino tape fort...

Le dernier sondage BVA pour les régionales vient confirmer ce que tout le monde sent : le parti de MM. Juppé et Sarkozy peine à convaincre et à créer une dynamique. Pire : il semble avoir enclenché la machine à perdre. D’après ce sondage, le parti n’emporterait avec certitude que quatre régions, contre trois pour le PS et deux pour le Front national. Et les scores seraient serrés dans les autres. Ce serait là une piètre victoire, presque une défaite.

Comment le principal parti d’opposition, alors que le pouvoir socialiste connaît une impopularité historique, en est-il arrivé là ?

Première raison : les électeurs, et maintenant les cadres, ne se reconnaissent plus dans la ligne, ou plutôt l’absence de ligne du parti et de ses chefs sur les questions essentielles de l’immigration, de la préservation de notre société et de notre culture. L’affaire Morano en est l’illustration la plus criante. Et on ne compte plus les responsables locaux ou nationaux qui ont démissionné ou sont passés directement au Front national. Il y a là certainement des calculs opportunistes de la part de certains, mais le phénomène traduit le glissement massif et continu de l’électorat vers une droite jugée plus crédible...

Voyez la légende au bas de cette carte postale...

Foire aux socialistes en Bretagne

« Foire aux socialistes » : comme le démontre cette carte postale humoristique, au début du siècle dernier, la Bretagne n’était pas encore la terre d’élection du PS qu’elle est devenue aujourd’hui. En Bretagne, Il y a un siècle, à chaque début de mois, Plouha était le théâtre d'une foire aux cochons baptisée "la foire aux socialistes". L'emplacement de ce marché se trouvait, au niveau de l'actuelle mairie, sur un terrain vaste et bordé d'arbres. Il semble que le parallèle entre les socialistes et les porcs ne soit pas propre à Plouha mais plutôt au Goëlo, le terme "marché au socialiste" étant également présent à Kerfot et, semble-t-il, à Lanvollon. Le verrat (cochon mâle) que l'on gardait pour engraissement ou pour reproduction était appelé "socialiste" car il ne faisait rien d'autre que manger et accessoirement s'occuper d'une truie. Lorsque cette carte postale a été postée, beaucoup étaient encore sous le choc de la loi de séparation des Églises et de l’État, une loi adoptée le 9 décembre 1905 à l’initiative du député républicain-socialiste Aristide Briand.

 

Source: Le Parisien et VONews

LE FRONT NATIONAL en ordre de marche dans le département. Lundi soir, au pavillon du lac d’Enghien-les-Bains, Jean-Michel Dubois, tête de liste 95 aux élections régionales, a présenté ses colistiers...

Jean-Michel Dubois, qui n’hésite pas à qualifier le FN de « premier parti politique du département », attend « un minimum de 5 élus dans le Val-d’Oise ». Et de s’appuyer sur les scores des départementales. Avec un taux d’abstention très élevé, « le FN est arrivé au second tour dans 16 cantons, sur 21 », insiste-t-il.

 

La sécurité dans les transports : thème important pour le FN 95...

Régionales : Le FN veut des agents armés dans... par vonews95