Bienvenue

Trois listes ont été déposées en préfecture pour le second tour des élections régionales. Chaque liste comporte un certain nombre de candidats par département. Pour le Val-d’Oise, cela représente 23 noms.

 

A droite et au Front national, il n’y a pas de changements par rapport au 1er tour. La liste Bartolone ...

 

Dans ces élections régionales, Nicolas Sarkozy se pose comme le rempart face au Front National. Ce n'est pas nouveau. Il a toujours été l'avocat du métissage du peuple français et l'expliquait déjà en 2008 peu après son élection à la Présidence de la République dans une vidéo de 51 secondes qu'il faut absolument avoir vue. Il a été le Président de la Vème République le plus immigrationniste.

 

Le 29 août, Marion MaréchalLe Pen était l’invitée des universités d’été du diocèse de Fréjus-Toulon. Une initiative qui avait créé des remous. Trois mois plus tard, un sondage Ifop* pour l’hebdomadaire « le Pèlerin » montre que 32 % de catholiques ont voté pour le FN. Au premier tour des départementales de mars, ils étaient 26 %. Le PS et les Républicains restent stables auprès de cet électorat (19 % contre 20 % en mars et 33 % contre 34 %). Mais les enseignements de l’étude Ifop viennent davantage des catholiques pratiquants réguliers. C’est dans cette catégorie précise que le FN enregistre la plus forte progression (9 % aux départementales de mars contre 24 % dimanche dernier). Et que l’ensemble des listes de droite hors FN perd treize points, de 69 % à 56 %. Dans le détail, les Républicains perdent cinq points (de 51 % en mars à 46 % dimanche). A noter que les catholiques pratiquants réguliers sont aussi assidus aux urnes qu’à la messe : ils sont 90 % à être allés voter dimanche au 1er tour. C.BR.

Source Le Parisien * Enquête réalisée le 6 décembre auprès de 2 904 personnes inscrites sur les listes électorales, extraites d’un échantillon de 3 065 personnes représentatif de la population française.

Aldo Sterone, commentateur algérien, donne son avis sur les Régionales

 

Source: Le Parisien

Jamais le Front national n’avait obtenu de tels résultats dans le département. En recueillant 25,1 % des suffrages exprimés, le parti de Marine Le Pen pointe à la deuxième place, juste derrière Les Républicains (26,6 %) et devant le PS (23,9 %). Il avait obtenu 24,18 % aux départementales de mars dernier.

Le premier tour des élections régionales a lieu dimanche prochain. Les candidats ont fait campagne, et, pour la plupart d'entre eux, ont été amenés à s'exprimer publiquement sur ce qu'ils pensent des grands enjeux nationaux. À cet égard, il nous a semblé intéressant d'examiner la situation de deux candidates de premier plan, aux responsabilités fort proches.

Pierre Gattaz, président du Medef, s’est enrôlé dans la bataille électorale en s’en prenant au Front national. Le président du Medef affirme sa volonté d’ouvrir nos frontières aux « migrants », « une opportunité pour notre pays », assure le patron des patrons. Il faut comprendre qu’avec ces immigrés il a à sa disposition un gisement de main-d’œuvre bon marché, au détriment des salariés français. C’est pourquoi la prise de position du patronat ne déplacera pas une voix : dans le Nord, comme ailleurs, les ouvriers, les employés, les chômeurs savent que ce n'est pas Gattaz qui les écoute et les défend. Vieille alliance du capital contre la nation, du profit contre l’intérêt supérieur du pays.

Source: Le Monde

Elections régionales : le FN est en tête des intentions de vote au premier tour dans 6 régions et pourrait remporter 3 régions au second tour. Lire ICI.

Source: Présent

Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Bourgogne-Franche-Comté, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Centre-Val de Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur : selon une enquête Ipsos/Sopra Steria, réalisée pour Sciences Po et Le Monde, le FN arriverait largement en tête des intentions de vote au premier tour dans ces six régions, et serait à égalité avec la liste de la droite et du centre en Normandie. Et ce n’est pas fini : dans toutes les régions (hors Corse et DOM), il serait présent au second tour. 

En tête au niveau national

En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, PACA et Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, le FN l’emporterait même au second tour. Parfois avec 7 à 10 points d’avance. Comme Marine Le Pen, qui arriverait en tête avec 40 % contre 30 % pour Bertrand et Saintignon. Ou Marion Maréchal-Le Pen, avec 41 % contre 34 % pour Estrosi.

Plus généralement, ce qui ressort de cette étude, c’est l’envolée du Front dans l’ensemble des régions de France. Y compris dans les bastions de l’UMPS. De sorte que, dans les résultats agrégés au niveau national, le FN arrive en tête devant la fausse droite, avec 30 % d’intentions de vote contre 29 %.

Mercredi matin, Nicolas Sarkozy a définitivement enterré sur Europe 1 la possibilité de fusions de listes gauche-droite entre les deux tours pour tenter d'enrayer la dynamique exceptionnelle du Front national. Restent deux options : la possibilité, problématique, des retraits de listes, ou bien celle de laisser faire le suffrage universel dans le cadre de triangulaires à hauts risques.

Les sondages se suivent et se ressemblent. Après le succès annoncé pour Marine Le Pen dans le Nord, et de sa nièce en PACA, un sondage ELABE pour Les Échos sur la grande région Est Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes place le FN et Florian Philippot en tête au premier tour, avec 34 %, et gagnants au second, de peu, devant la liste LR-UDI-MODEM, dans le cas d’une triangulaire.

Bien sûr, la prudence s’impose face à ces sondages, et ce d’autant plus que les scores, notamment au second tour, sont annoncés serrés, et que l’on ne sait pas quelle sera l’attitude du PS, dimanche soir.

Mais, quelle que soit l’issue exacte de ces élections régionales, un fait est certain : le FN va s’imposer comme le premier parti de France et réaliser de très hauts scores dans certaines régions, comme en ALCA, pour plusieurs raisons...