En avril 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

«Si nous voulons un État en capacité d’assimiler les nouveaux venus, il faut d’urgence réguler l’afflux de nouveaux migrants», avant de dérouler une démonstration chiffrée que ne renierait pas l’inventeur du concept de «grand remplacement», le théoricien d’extrême droite Renaud Camus.

«En 5 ans, la France a accueilli près d’un million d’immigrés légaux (…) le nombre de titres de séjour accordés a encore augmenté en 2016 pour atteindre 227.550. Le nombre d’immigrés légaux annuels a ainsi explosé de 32,3% par rapport à il y a 10 ans! À cette immigration légale s’ajoute l’ensemble des clandestins qui vivent sur notre territoire en bénéficiant de l’appel d’air social, tout en profitant du laxisme socialiste en matière d’expulsions: au moins 300.000 au regard des bénéficiaires de l’AME», dénonce le député, communiqué à l’appui.

«L’obsession» pour la démographie africaine...

Pour la France, Cuba est plus important que les Etats-Unis

Tout le monde se souvient du voyage du ministre Ségolène Royal à Cuba pour honorer le sanguinaire communiste Fidel Castro, récemment décédé.

Nous apprenons aujourd'hui qu'aucun responsable politique français n'assistera à l'investiture de Donald Trump le 20 janvier à Washington. 

François Fillon, vainqueur des primaires de la « droite » et possible futur Président, a inscrit dans son programme la volonté de supprimer 500.000 fonctionnaires en cinq ans. Cette mesure est brandie comme un épouvantail par la gauche, évidemment, et aussi par le FN. Beaucoup y voient une mesure antisociale, ordolibérale, de la casse ou Dieu sait quoi.

Le mille-feuille administratif concerne environ 20 % des emplois en France, soit 5,4 millions, dont 3,8 millions de personnes ayant le statut de fonctionnaire. Cela représente environ 30 % de plus qu’en Allemagne. Quel rapport avec l’euro, me direz-vous ?

La question centrale est de savoir si la France et l’Allemagne peuvent avoir la même monnaie. En l’état actuel des choses, la France ne peut pas avoir la même monnaie que l’Allemagne pour la raison qu’elle a 30 % de fonctionnaires en plus....

Eric Zemmour a accepté de donner un long entretien à TV Libertés. Interrogé par Martial Bild, le journaliste et écrivain évoque 3 thèmes essentiels : le grand défi de l’Islam, la liberté d’expression et le débat politique actuel. Après avoir rappelé que l’Islam est incompatible avec la démocratie et la France, Eric Zemmour revient sur sa condamnation pour “provocation à la haine raciale” et dénonce une accélération de la restriction des libertés publiques et tout particulièrement de la liberté d’expression. Très librement, il juge les actions et les propositions des différents dirigeants politiques de Le Pen à Mélenchon en passant par Hollande et Fillon. Pour la première fois, il évoque le travail de la réinformation en France. Un entretien exclusif de haute tenue. 

 

Cette large victoire remportée auprès des électeurs de droite ne doit pas nous faire oublier que François Fillon fut, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, l’un des artisans du déclassement de la France : avec l’adoption du traité de Lisbonne et le retour de notre pays dans le commandement intégré de l’OTAN, il a accentué notre dépendance européenne et consolidé notre assujettissement aux Etats-Unis ; avec la sanctuarisation de l’espace Schengen et la déstabilisation de la Libye, il a organisé les conditions objectives du chaos migratoire qui frappe brutalement notre continent ; avec la politique de libre échange imposée par les institutions de Bruxelles, il a accéléré la désindustrialisation de notre pays et œuvré au démantèlement partiel de nos services publics…

Devant tant de motifs de déception, c’est dire à quel point que le candidat François Fillon devra très vite convaincre les Français de la sincérité de son programme présidentiel, prouver sa capacité à s’émanciper véritablement du Nouvel Ordre Mondial (UE ; OTAN ; système bancaire international, réseau Bilderberg…) et aussi clarifier ses réponses politiques pour affronter réellement les défis de ce temps : mise sous tutelle de l’islam sur le sol de la République ; défense des racines culturelles chrétiennes de la France ; rupture radicale avec le modèle institutionnel européen de l’UE ; protection absolue de la famille et de la dignité humaine ; mainlevée des entraves qui étouffent notre société et enchainent notre économie... 

Dans le Val d’Oise, sur 149 des 156 bureaux de vote, François Fillon arrive en tête avec 62,7% des voix contre 37,3% pour Alain Juppé. 64.604 Valdoisiens se sont déplacés pour participer à ce second tour contre 66.687 au premier tour.

Dans le Val d'Oise comme ailleurs en France, le Clinton français, chantre du multiculturalisme, soutenu par les lobbies, les médias, la finance internationale et certains imams, a été renvoyé dans sa mairie de Bordeaux.

par François Billot de Lochner  Le débat surréaliste qui agite le monde politico-médiatique sur les « valeurs » défendues par les deux finalistes de dimanche prochain aboutit à une confusion générale des esprits. Pour le système politico-médiatique majoritaire, Fillon est un conservateur réactionnaire, un catholique intégriste jusqu’au-boutiste, et représente un danger mortel pour toutes les « avancées sociétales », quand Juppé est un homme de progrès, garant de l’évolution heureuse d’une société libérée. Est-ce la réalité ?

Analysons par exemple les valeurs dites sociétales, défendues par les deux candidats : elles sont à peu près les mêmes. Juppé comme Fillon sont de farouches partisans de l’avortement libre et inconditionnel, du « mariage » homosexuel et de l’adoption, de la loi Claeys-Leonetti qui ouvre des possibilités d’euthanasie...

Reynald Secher :  "Nous sommes à la fin d’un cycle qui a commencé en 1789, un cycle de déconstruction systématique au nom de l’homme nouveau. Pour créer cet homme nouveau, il n’y a que deux solutions : la régénération ou la mort. C’est ce qui explique les grands massacres commis par la Révolution et le génocide des Vendéens, mais ce n’est pas le seul, et les crimes de masse commis par les régimes similaires : communiste, fasciste, nazi etc.

Bon nombre de nos hommes politiques, sans qu’ils le sachent d’ailleurs pour certains, se situent dans le sillage de la Révolution. Certes, on ne peut plus tuer physiquement à l’heure actuelle, mais on a créé une autre forme de mort, la mort sociale pour ce qui est différent. On est, il faut en avoir conscience, dans une dictature molle qui annihile complètement nos libertés et qui se reproduit par un système incroyablement efficace, dont l’arme absolue est la cooptation à grande échelle mise en place en 1945 dans bon nombre de domaines notamment l’enseignement. Pourquoi 90 % des enseignants sont à gauche ? Personne ne se pose la question et pourtant. À l’heure actuelle, il est impossible pour moi d’accéder aux médias à l’exception des nouveaux médias privés. Pourquoi ? Regardez comment sont traités des hommes d’exception comme Philippe de Villiers ou des journalistes de talent comme Éric Zemmour. La réponse est toujours la même : parce que toutes ces structures sont confisquées par ceux qui veulent imposer l’homme unique, qui pense petit.

Cependant, ce système a une limite que nous voyons aujourd’hui mais lourde de conséquences...

Alain Juppé, un délinquant peut-il être président de la République ?

Source: Kavink'a         Par crainte du pire les Français peuvent élire Alain Juppé en 2017 s’il gagne les primaires des Républicains. Mais on est en droit de se demander si un délinquant peut un jour être élu à la fonction suprême et devenir président de la République. La question se pose franchement pour Alain Juppé qui dans l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris, a été condamné en 2004 par le tribunal correctionnel de Nanterre à 18 mois de prison et à une peine de 10 ans d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêt avec inscription au casier judiciaire. Il était accusé comme on peut le lire sur Wikipédia « d’avoir en tant que secrétaire général du RPR et maire adjoint de Paris aux finances, de 1983 à 1995 été l’un élément clé d'un système de financement occulte d'emplois au sein du RPR financés par la mairie de Paris et des entreprises désireuses de passer des contrats publics ». Le tribunal a estimé notamment qu'Alain Juppé a « délibérément trompé la confiance du peuple souverain » ce qui est franchement inquiétant s’il est élu président de la République...

 

L’homme donné en tête dans les sondages, adoubé par tous les médias de la bien-pensance, qui se rêve président de la République, se comporte ouvertement en agent de l’islam, et en complice, sur le territoire français, des Frères musulmans. Nous ne doutons pas que les nombreux « amis » qu’il compte au sein des « Républicains », feront à cette vidéo toute la publicité qu’elle mérite, pour débarrasser la France du péril Juppé. Plusieurs grands moments sur cette vidéo :

– Le terrible réquisitoire d’Eric Zemmour contre la politique étrangère d’Alain Juppé. Le journaliste du Figaro lui rappelle le catastrophique bilan de la politique qu’il a mené en Libye, avec Nicolas Sarkozy et BHL. On y voit le même Juppé militer ouvertement pour que la France, contournant l’Onu, attaque la Syrie, pour le plus grand bonheur des Frères musulmans.

– On voit son implication dans la construction de la Grande Mosquée de Bordeaux, qu’il livre clés en mains au recteur UOIF Tarecq Oubrou.

– Le grand moment de ce document exceptionnel demeure une longue intervention de Tarecq Oubrou, il y a quelques années. Il y fait l’apologie du Califat, et appelle les musulmans à mettre tout en oeuvre pour le reconstituer au plus vite, approuvant sans réserve la lecture du Coran dont se réclament les wahabbites, les salafistes et Daesch. Un discours fort différent que celui qu’il tient sur les plateaux de télévision, ou lorsque le même Juppé lui remet la Légion d’honneur.

– Enfin, sur la fin, on voit à l’oeuvre le porte-parole du maire de Bordeaux, Benoit Apparu. Celui-ci, devant Bourdin stupéfait, milite ouvertement pour mettre fin à la loi de 1905, afin de pouvoir financer avec l’argent public la construction de mosquées, dont il juge le nombre insuffisant. On l’entend ensuite défendre jusqu’au bout la présence de Black M à Verdun, et reprocher aux socialistes d’avoir reculé devant l’extrême droite.

Source: Résistance Républicaine