Bienvenue

Il était logique qu'un président élu avec les voix de droite en 2007 soit battu, dès lors que:

- il avait dit "Faites moi confiance, je ne vous trahirai jamais"

Or:

- Il avait renoncé à combattre l'esprit de mai 68, trahissant ainsi ses électeurs
- il avait laissé sans réagir 95% des journalistes être à gauche, trahissant ainsi ses électeurs
- il avait confié des ministères à des hommes de gauche, trahissant ainsi ses électeurs et avait dit qu'il voulait recommencer
- il avait confié de hauts postes à des hommes de gauche, trahissant ainsi ses électeurs
- il avait laissé son parti être sous la domination intellectuelle, culturelle et morale de la gauche
- il avait laissé, sans réagir ni sanctionner, des ministres de son gouvernement dire leur préférence pour le PS plutôt que le FN
- il avait permis pendant 5 ans l'immigration à un niveau très élevé
- il ne prévoyait pas une inversion des flux migratoires, mais au contraire une nouvelle augmentation de 100 000 immigrés par an
- il avait contourné cyniquement la volonté des Français exprimée à 55% dans un referendum sur l'Europe
- il avait laissé la franc-maçonnerie écrire les lois de son gouvernement et les avait approuvées.


Un tel président a rapidement perdu sa droite et ne l'a jamais retrouvée. Ce n'est que dans les 15 derniers jours de la campagne qu'il a retrouvé ses idées de 2007.
Trop tard !  Pas crédible ! Pas cru ! Et "quand on n'est pas cru, on est cuit !"

Gare aux Législatives:

Les députés de l'UMP actuellement aux affaires sont soumis aux mêmes affres que Nicolas Sarkozy. Députés classés à droite, ils doivent proposer une politique de droite, sans tabou du politiquement correct, sans tabou sur l'immigration.

Ils doivent se rendre compte que l'UMP n'est actuellement qu'un conglomérat électoral dont on ne sait pas quelles sont les "valeurs". Pendant ces 5 ans, il a toujours été difficile de prévoir quel genre de texte de loi l'UMP allait sortir du chapeau.

Ceux qui ont fait perdre Sarkozy s'appellent: Kosciusko-Morizet, Copé, Fillon, Jouanno, Guéant, Vauquier,... tous ceux qui, intellectuellement culpabilisés par la gauche, ne savent voir qu'avec les prismes imposés par la gauche. Ils ont justifié par avance le vote PS.  Par sa prestation hautaine, sa langue de bois, ses choix pour le PS, la porte-parole du candidat,  Kosciusko-Morizet a été en fait l'illustration vivante de l'UMPS et  un très puissant repoussoir des électeurs !

Pas besoin non plus de Juppé, de Baroin, de Pécresse, qui ne sont pas de droite.

Si les députés de l'UMP ne procèdent pas à un examen lucide et courageux de la situation, les Législatives les renverront chez eux. Si l'UMP se laisse enfermer dans l'absence d'alliance avec le FN (vieux piège de Mitterand apparemment pas usé, vu la faiblesse intellectuelle et le manque de courage de l'UMP), elle restera dans l'opposition pendant longtemps. La France a besoin d'une droite qui soit à droite.

Sinon, elle vote ailleurs ! Sinon, comme avec Sarkozy, qui n'a été à droite qu'en paroles et qui n'a été à droite que pendant ses campagnes électorales, elle sera battue.