Bienvenue

03/05/2017 – 09H00 Rennes (Breizh-info.com) – Anne-Marie Le Pourhiet est juriste spécialiste de droit constitutionnel, professeur de droit public à l’Université de Rennes I ; elle est aussi membre du conseil scientifique de la Fondation Res Publica qui est présidée par Jean-Pierre Chevènement. Une éminente constitutionnaliste donc, qui peut difficilement être taxée d’appartenir à « l’extrême-droite ». Le 30 avril dernier elle a publié sur le site Boulevard Voltaire, une tribune libre intitulée « On n’a jamais vu candidature aussi éloignée des valeurs républicaines que celle de Macron », dans laquelle elle compare les positions d’Emmanuel Macron à celles de Marine Le Pen....

 

C’est à une charge sans concessions que se livre la juriste rennaise à l’encontre d’Emmanuel Macron : ‘’Repentance coloniale allant jusqu’à accuser la République de Jules Ferry de « crime contre l’humanité », généralisation des discriminations positives, déni stupéfiant et répété de la culture française, négation de toute continuité, culte de l’évanescence, de la mobilité, éloge du mondialisme et du sans-frontiérisme, saupoudrage de « droits » distribués à toutes les communautés, et même un programme pour l’enseignement supérieur résumé à la « généralisation d’Erasmus », c’est-à-dire du bougisme jeuniste et du tourisme estudiantin inconsistants. Tout n’est que désaffiliation républicaine et brouillage des repères dans la bulle macroniste’’. Et elle ajoute : ‘’La vacuité et la contradiction des propositions sont clairement assumées et revendiquées par un personnage hors-sol qui se dispense d’autant plus volontiers de programme qu’il ignore ce qui sortira des urnes aux législatives, et s’en moque d’ailleurs’’.

Anne-Marie Le Pourhiet émet des réserves sur le programme de Marine Le Pen ‘’Mais ni l’organisation d’un référendum européen, ni la limitation importante de l’immigration, ni les mesures accordant une priorité d’embauche aux nationaux (appliquées en Grande-Bretagne bien avant le Brexit) ne sont contraires aux valeurs républicaines’’ et elle ajoute : ‘’Il n’existe rien, dans la tradition et les principes républicains, qui impose le droit du sol, oblige à ouvrir les frontières sans limites, interdise les quotas d’immigration ou impose l’égalité entre nationaux et étrangers. Le Conseil constitutionnel le rappelle : « Aucun principe non plus qu’aucune règle de valeur constitutionnelle n’assure aux étrangers des droits de caractère général et absolu d’accès et de séjour sur le territoire national. » Le droit d’asile est strictement réservé par la République à « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté » et l’article 5 de la Constitution affirme solennellement que le président de la République est le « garant de l’indépendance nationale »’’.

La conclusion de son article ne manque pas de saveur  : ‘’Mais que l’on arrête cette imposture consistant à prétendre opposer un prétendu front républicain à une candidate dont les préoccupations sont sûrement moins éloignées de la tradition républicaine que la personnalité et le catalogue de son rival’’.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine