Bienvenue

Si l'on classe Macron et Fillon dans les "européo-mondialistes" et Dupont-Aignan, Le Pen, Lassalle, Mélenchon, Asselineau dans les "gaullo-souverainistes", on obtient un visage des saint-loupiens répartis à 60 % en faveur des européo-mondialistes et à 40% en faveur des gaullo-souverainistes.

Mais cette statistique globale recouvre des différences selon les quartiers...

Les Coteaux et le Centre-ville sont habités par des populations qui sont plus fortunées et craignent pour leur épargne ou encore sont plus à l'aise dans la mondialisation. Le Sud de la Plaine regroupe des populations plus sensibles aux thèses de Dupont-Aignan, Le Pen, Mélenchon, exprimant une défiance envers l'Union européenne et un attachement à la nation rappelant Jean Jaurès et de Gaulle.

Depuis longtemps - et cela continue - la ville a construit ou fait construire les logements sociaux dans le sud du territoire communal plutôt que dans le nord près de la forêt. Cela se ressent - les militants souverainistes nous le disent - selon qu'ils tractent à la Gare de Saint-Leu côté Sud où ils sont bien accueillis, ou côté Nord. Au Nord de la voie ferrée, Les Dourdains, la Croix blanche, sont des quartiers où "les bobos" se sentent à l'aise, votant massivement pour les européo-mondialistes Macron ou Fillon.

En résumé, on constate que Saint-Leu n'échappe pas au vote sociologique identifié dans d'autres territoires par les sociologues entre ceux qui sont à l'aise dans le système et en profitent et ceux qui en souffrent et s'y opposent.