En 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Avant de nous pencher sur les finances pour le moins floues du sieur Macron, constatons que ce que nous écrivions dans votre dernier Bulletin a reçu une accablante confirmation. Nous évoquions comment l’ancien ministre s’efforçait de conquérir les voix musulmanes par sa complaisance à l’égard de l’islam, y compris dans sa version salafiste. Or, il s’est rendu à Alger pour y baiser les babouches du premier ministre et, surtout, y déclarer que la colonisation fut un « crime contre l’humanité » dont la France devrait se repentir.

Plaise à Dieu que nous n’ayons jamais à la tête du pays cet ovni inculte nourri au sein des réseaux sociaux et fabriqué entièrement par les media qui crache sur sa patrie, la diffame et insulte l’œuvre colonisatrice de la France !

Mais revenons à l’argent de ce médiocre individu. Emmanuel Macron, pour mieux se distinguer de François Fillon, prétend jouer la « transparence » ; c’est pourquoi, l’autre semaine, il a livré au Journal du dimanche l’état de sa fortune et de ses ressources, ce qu’il avait déjà dû faire auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) en tant que secrétaire général adjoint de l’Elysée puis de ministre. Mais au lieu d’éclairer, ses déclarations embrouillent car il demeure au moins une obscurité sur laquelle il n’a pas fait la transparence.

Le Premier secrétaire du PS 95, Rachid Temal, a été choisi par Benoit Hamon pour rejoindre son équipe de campagne en vue de la présidentielle. Le valdoisien prendra en charge le pôle « mobilisation », notamment des militants, sympathisants et fédérations du Parti socialiste. Il se chargera entre autre de l’organisation des meetings.
Source: VONews

Macron représente la nouvelle – dernière ? – étape de la déliquescence du système politique européen. Français grâce à une carte d’identité, il appartient surtout à la famille apatride des fossoyeurs de l’Occident. Sa tante se nomme Angela Merkel, sa grand-mère (morte dans un accident) se nommait Hillary Clinton et son grand frère Justin Trudeau. Tous ridicules cache-sexe dissimulant maladroitement la disparition du pouvoir politique face aux forces de l’argent.

Dimanche 29 janvier, les sympathisants socialistes sont invités à se rendre aux urnes pour le second tour de la primaire qui oppose Benoît Hamon et Manuel Valls. Dans le Val d’Oise, 108 bureaux ont été mis en place. Liste ICI

C’est une surprise pour les soutiens de Benoît Hamon dans le Val d’Oise. Le député des Yvelines vire en tête avec 33,40% devant l’ancien Premier ministre et ancien patron du PS95, qui totalise 31,87% des voix. L’écart entre les deux hommes est plus serré dans le département qu’au niveau national, où Benoit Hamon cumule 5 points d’avance sur son rival.

Face à la faible participation par rapport à la primaire de 2011, le député PS Dominique Lefebvre appelle les électeurs à se déplacer aux urnes et voter en faveur de l’ancien Premier ministre de François Hollande. Selon lui, il est le seul capable de donner une chance à la gauche de l’emporter à l’élection présidentielle.

«Si nous voulons un État en capacité d’assimiler les nouveaux venus, il faut d’urgence réguler l’afflux de nouveaux migrants», avant de dérouler une démonstration chiffrée que ne renierait pas l’inventeur du concept de «grand remplacement», le théoricien d’extrême droite Renaud Camus.

«En 5 ans, la France a accueilli près d’un million d’immigrés légaux (…) le nombre de titres de séjour accordés a encore augmenté en 2016 pour atteindre 227.550. Le nombre d’immigrés légaux annuels a ainsi explosé de 32,3% par rapport à il y a 10 ans! À cette immigration légale s’ajoute l’ensemble des clandestins qui vivent sur notre territoire en bénéficiant de l’appel d’air social, tout en profitant du laxisme socialiste en matière d’expulsions: au moins 300.000 au regard des bénéficiaires de l’AME», dénonce le député, communiqué à l’appui.

«L’obsession» pour la démographie africaine...

Pour la France, Cuba est plus important que les Etats-Unis

Tout le monde se souvient du voyage du ministre Ségolène Royal à Cuba pour honorer le sanguinaire communiste Fidel Castro, récemment décédé.

Nous apprenons aujourd'hui qu'aucun responsable politique français n'assistera à l'investiture de Donald Trump le 20 janvier à Washington.