Bienvenue

Source Europe 1

Pour la première fois à une élection nationale, une enquête donne le FN en tête au premier tour, avec 24% des intentions de vote aux élections européennes de 2014, devant l'UMP à 22% et le PS à 19%. Il y a huit jours, l’institut BVA avait demandé à un panel d’électeurs de droite leur préférence entre Marine Le Pen et François Hollande : 63% d’entre eux ont désigné la présidente du Front national, contre 29% pour le président de la République

La communication du gouvernement

© DR

44% des ouvriers votent FN. Olivier Duhamel (photo), spécialiste de droit constitutionnel, a commenté cette étude au micro d’Europe 1. Et le politologue, qui a pris le temps d’étudier dans le détail ce sondage de l’Ifop, a décelé un autre signe de la bonne période traversée par le FN : "il y a quelque chose qui frappe tout de suite : le Front national pourrait arriver en tête aux Européennes. Mais j’ai trouvé quelque chose d’encore plus impressionnant : les intentions de vote en faveur du FN chez les ouvriers, qui est de 44%."

baguette

Vous vous souvenez de cette époque où la baguette était à 0,90 Franc = 0,15 Euro ?

Les Suisses ont décidé, par referendum, de mettre fin à « l'immigration de masse » en se prononçant à 50,34% pour le refus d'accueillir de nouveaux immigrés. La Confédération helvétique va donc dénoncer l'accord qui la liait à l'Union européenne depuis 2002 prévoyant la libre circulation des personnes entre la Suisse et les pays de l'Union.

Voilà un acte exemplaire de démocratie directe : le peuple souverain décide lui-même de son destin. Son gouvernement, le patronat et les media étaient « contre » ; les électeurs ont dit « oui. » Bruxelles qui n'a que le mot « démocratie » en bouche devrait se réjouir de ce qu'un peuple européen manifeste ainsi sa liberté de disposer de lui-même. Pas du tout ! 

Ce droit, que l'on a reconnu aux peuples colonisés du tiers-monde, ceux du Vieux-Continent devraient en être privés !

Sondage : Les Européens voudraient davantage freiner l’immigration que les Suisses: les 13 et 14 février, deux questions ont été posées à ce sujet à 1100 personnes de chacun des trois pays choisis: l’Allemagne, la France et l’Angleterre.
Il en ressort que 61,8% des Allemands, 69,7% des Français et 77,5% des Anglais voudraient limiter l'immigration.  Source: Blick.

Les Suisses viennent pour la troisième fois en quelques mois de donner une leçon de démocratie à la France et à l'Europe. Alors que le peuple français avait refusé à 55% le traité de Lisbonne, N. Sarkozy a encouragé la trahison du peuple par ses représentants à l'Assemblée nationale. En Suisse, au lendemain de la votation sur l'immigration, le gouvernement - qui était opposé à ce résultat -  annonce qu'il va mettre en oeuvre les décisions de son peuple. La politique d’immigration sera décidée en Suisse et par les Suisses. Aucun traité international qui contrevienne à ce principe ne pourra être signé. La préférence nationale sera un critère prépondérant dans la mise en oeuvre de cette politique. La votation de ce dimanche pourrait n’être qu’une première étape. A l’initiative d’un mouvement écologiste classé à droite, Ecologie et Population, un autre référendum sera bientôt organisé. Au menu, rien moins que fixer une hausse maximale annuelle de 0,2 % du nombre d’habitants de la Suisse. Sachant que la population de souche est stable, il s’agit tout simplement de quasiment stopper le nombre d’entrées d’étrangers. Objectif: moins de voitures et donc moins de pollution; moins d’équipements, de logements et donc moins d‘empreinte sur la terre suisse… 

Tout ceci constitue évidemment un fantastique espoir pour les français et les européens qui n'auront qu'à changer leurs représentants au Parlement de Strasbourg aux prochaines élections européennes pour obtenir le même genre de résultat.

Normaliser la contenance des cuves de WC dans l'Union. Après 3 ans de recherches, la Commission a trouvé LA solution, et vient de l'exposer dans un rapport de 122 pages : ce sera 5 litres pour l'évacuation dans les toilettes et 1 litre pour les urinoirs. "122 pages pour ça ?" 

On croit rêver en songeant que des gens payés plus de 10.000 € par mois (avec notre argent) s'occupent plus de ces problèmes de toilette que du chômage en Europe... Ce sont les mêmes qui se réunissent pour définir le calibre des bananes...
Pensez-y quand vous voterez aux élections européennes !

La Grèce préside l’Europe

Cela ressemble à un gag et pourtant, ça n’en est pas vraiment un ! Durant six mois, laps de temps incluant les élections européennes du 25 mai prochain, la Grèce pleine de plaies et de bosses, avec financièrement pour toute vêture une feuille de vigne payée par la troïka (banque centrale européenne, Fond monétaire international et Commission européenne) va présider l’UE. Quelle farce et quel symbole !

L’état de délabrement dans lequel se trouve la Grèce (dû en partie à la faiblesse d’un Etat déficient, incapable de faire rentrer les impôts et de réguler son administration) annoncerait-il ainsi, dans un futur proche, celui de la zone euro ? Un futur qui est déjà, d’ailleurs, en grande partie et à des degrés bien sûr divers selon les pays, celui du présent de la zone euro. Zone grise s’il en est. Chômage, extension de la pauvreté, amenuisement du niveau de vie pour de très larges couches de populations laborieuses, destruction, par rabotage continu, des classes moyennes, niveau de vie sans cesse corrodé par l’atonie de l’économie réelle phagocytée par la finance, croissance en berne, dettes toujours en hausse… Et pour tout horizon des politiques d’austérité qui s’enchaînent les unes aux autres.

Un spectre hante l’Europe des technocrates, Bruxelles s’inquiète et Strasbourg frémit : et si, à l’occasion des élections européennes, les souverainistes et les nationalistes devenaient majoritaires ? Ou si l’importance du nombre de leurs élus faisait d’eux une minorité de blocage qui empêcherait, ou rendrait plus difficile, d’européaniser en rond,entre soi ? La perspective n’est point théorique, si l’on se réfère aux scores électoraux des partis hostiles à une Europe qui veut se bâtir sur la ruine des nations souveraines....

« Le Bulletin des Amis de l 'Information Libre » Ass.1901 – 23, rue Paul Vaillant-Couturier, 94700 MAISONS-ALFORT – Tél & Fax : 01 49 777 333 E-mail :   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Le président du Conseil européen s’inquiète de la montée des populismes au sein de l’Union européenne.  Jacques Delors, a évoqué la volonté des partis politiques européens, notamment les socialistes et les conservateurs du PPE, de désigner une tête de liste commune qui serait ensuite leur candidat à la présidence de la Commission. En vertu du traité de Lisbonne, le choix du futur président de la Commission doit refléter les résultats des élections européennes. Jacques Delors a fait valoir le risque de «déception» des opinions publiques, et même de «clash» si les dirigeants européens ne choisissent pas la tête de liste du courant arrivé en tête des élections.