Bienvenue

Le Collectif "Catholiques en campagne" prend position sur l'Union européenne. Extraits:  "Une autre Union européenne est possible ! Oui, cette construction prendra du temps, plus de temps que la construction actuelle faite à marches forcées et que les peuples et les nations d'Europe réprouvent. Ce faisant, la construction sera plus sûre. Et partant, plus utile au final."                  Le Manifeste complet est  ICI.

Source: Le Figaro

Seuls 51% des Français soutiennent encore l’appartenance de la France à l’Union européenne, contre 67% il y a dix ans, selon un sondage CSA pour BFMTV et le Groupe Nice Matin.

La confiance à l’égard de l’Europe continue de se détériorer. À moins de deux semaines des élections européennes, seuls 51% des Français soutiennent l’appartenance de la France à l’UE, selon un sondage CSA pour BFMTV et le Groupe Nice Matin. Un chiffre certes stable sur un an, mais en forte baisse sur dix ans: en 2004, 67% des Français pensaient que la France avait sa place en Europe. Conséquence de cette évolution: le scepticisme à l’égard de Bruxelles progresse également. Alors que 25% des Français s’opposaient en 2004 à une France intégrée à l’UE, ils sont aujourd’hui 38% dans ce cas. Parmi eux, les plus incrédules sont les catégories les moins favorisées. Les ouvriers ne sont que 30% à se dire pro-européens, contre 78% des cadres et 62% des retraités. [...]

Depuis vingt ans, la défiance de l’opinion s’est aussi accentuée à l’égard des institutions européennes. 52% des sondés estiment qu’elles ne sont pas assez démocratiques contre seulement 40% en 1994 et 78% qu’elles sont trop éloignées des préoccupations quotidiennes des gens (+10). [...]

Source: Boulevard Voltaire

C’est bien la première fois que les sismologues pourront annoncer un tremblement de terre. Il interviendra dans la quasi-totalité de l’Europe, le 25 mai, aux alentours de 23 heures !

Léa Salamé aura alors le décolleté tristounet, le Playmobil Pujadas sera tendu comme un Lego, pendant que, errant entre deux plateaux, Rama Yade annoncera sans doute la fin du monde. Le FN aura fait un score stratosphérique, dépassant pour la première fois de l’histoire le fameux plafond de verre des 20 %. Le gros souci, c’est que dans les autres capitales, les Audrey Pulvar locales feront aussi grise mine, parce que les « eurosceptiques » seront à un niveau inédit, souvent premier ou deuxième du scrutin…

L’étendue des dégâts risque d’être impressionnante ; voici, en tout cas, ce que prédisent les sondages : au Royaume-Uni, l’UKIP de Nigel Farage, crédité de…30 %, domine pour la 1re fois. Un véritable big bang quand on sait que l’homme se réclame de l’anti-immigrationniste Enoch Powell, nom plus que maudit sur les rives de la Tamise ! On peut dire qu’outre-Manche, le pays est déjà virtuellement sorti de l’Union.

Chez nos amis vikings, le Parti populaire danois est en tête des enquêtes d’opinion (25 %), en Autriche, le parti frère du FN (FPÖ) joue lui aussi la victoire (21 %), tandis qu’aux Pays-Bas, l’allié de Marine Le Pen, Geert Wilders (18 %), occuperait aussi la tête des sondages.

Une telle situation ressemble à un renversement historique. D’autant qu’en Hongrie, le score des anti-européens (partisans du président Orbán + parti Jobbik) sera probablement largement majoritaire, tout comme en Grèce (gauche Syriza et Aube dorée confondus à 40 %). Les démocrates suédois, et leurs homologues norvégiens ou finlandais, battront quant à eux certainement leur record. Même en Allemagne, cœur de la citadelle euro, le tout jeune parti Alternative für Deutschland, dont les affiches et les coups médiatiques détonnent, fera une entrée fracassante.

Alors, est-ce vraiment une horrible vague « populiste » qui se prépare à déferler, ou simplement une vague « populaire » ? Le second terme serait plus honnête. Car, à part les néo-nazis grecs, les mouvements prônant l’alternative ne sont pas extrémistes. Ou sinon, osons le dire : mon boucher, la jeune serveuse de chez McDo, l’instit’ du coin, le cantonnier, le jeunot qui va voter pour la première fois, la femme au foyer, l’ouvrier au chômage, tout le monde est devenu extrémiste !

« Le mot “populisme” est utilisé abusivement de manière péjorative par ceux qui pensent que le peuple doit être maintenu à distance, et que les grandes décisions doivent être prises par la technostructure qui connaîtrait mieux l’intérêt général qu’un peuple soi-disant peu éduqué et volatile », explique Jean-Yves Camus dans Le Figaro (1er mai). En 2014, le véritable extrémisme est plutôt du côté des fanatiques pro-européens, prêts à tout sacrifier pour leur idéologie.

L'UMP gaulliste Henri Guaino confirme qu'il ne votera pas pour l'UMP fédéraliste Alain Lamassoure, tête de liste UMP en Ile-de-France. Comme on le voit, à l'intérieur des grands partis, on finit par admettre que le vrai débat de société n'est plus le débat Droite-Gauche, mais le débat Souverainistes-Fédéralistes.

Le Parisien : Sondage après sondage, la tendance se confirme : après avoir réussi une percée aux dernières municipales en raflant une douzaine de mairies, le Front national pourrait à nouveau créer la sensation aux élections européennes du 25 mai. C'est en tous cas ce qui ressort de notre sondage Harris-Interactive pour LCP AN et « le Parisien »- « Aujourd’hui en France ». Des trois principales listes, celle soutenue par Marine Le Pen arriverait en tête avec 22 % des suffrages, suivie de près par l’UMP à 21 %, et le PS distancé à 17 %. 

Le nombre de listes présentes aux élections européennes bat tous les records. On dénombre pas moins de 24 listes (!) par région en moyenne (31 en Ile de France). Les listes sont consultables ici.

L’Union européenne  vient de porter un nouveau coup à la sécurité et à l’identité des peuples européens. L’accord dit de réadmission prévoit en effet qu’à l’horizon 2017 les ressortissants turcs pourront se rendre dans l’espace européen sans visa préalable. Si après les Roms, les Bulgares, les Roumains, vous voulez voir arriver les Turcs, beaucoup beaucoup plus nombreux, continuez à voter pour les mêmes députés au Parlement européen.

Source: Atlantico

Pour éviter cela, il est absolument nécessaire de changer les députés français UMP et PS au Parlement européen et d'en élire de nouveaux !

La pratique du principe de subsidiarité : L’UE s’est construite sur le principe de la subsidiarité qui veille à ce que l’unité de l’ensemble ne se fasse jamais au détriment de la légitime responsabilité des états membres, ni de leurs traditions respectives. Ce principe édicte que toute chose doit être faite au niveau le plus local possible, réservant à l'échelon européen ce qui ne peut pas être bien fait aux échelons nationaux, régionaux, locaux. 

Or, dans les faits, l’Union européenne se construit contre le respect du principe de subsidiarité qu'elle a elle-même édicté. La souveraineté est grignotée par l’Union européenne, dont le fonctionnement n’est pas vraiment démocratique. En effet, les députés élus au Parlement européen n’ont pas, comme en France, le pouvoir de déposer des propositions (mais uniquement des rapports). C’est la Commission européenne, composée de membres non élus mais nommés par les chefs de gouvernement, qui a le pouvoir d’initier un texte règlementaire. Et elle ne s’en prive pas.

Aymeric Chauprade, tête de liste FN-RBM pour l’Ile-de-France et les Français de l’étranger, était l’invité du Lundi politique. Sujets traités: Alstom, l'Ukraine, l'Euro, Les Eurosceptiques, l'Ile-de-France...


Lundi Politique - Aymeric Chauprade par francebleu1071

Comment faut-il crier pour avoir des débats pour les élections européennes ? Actuellement, seuls les souverainistes mènent campagne (Le Pen, Dupont-Aignan, Mélenchon). Les fédéralistes (qu'ils soient socialistes ou UMP) sont à peu près muets. Pourquoi ? Leur bilan européen leur fait-il peur, ou honte ? Savent-ils ce qu'ils veulent promouvoir ? Comment pourrait-on les écouter si on ne les entend pas ? Par contre dans les émissions organisées par les télévisions (type Yves Calvi), les "experts" invités sont tous fédéralistes. Les hommes politiques auraient-ils transféré leur campagne aux journalistes et experts auto-proclamés ?