Bienvenue

Source: Le Parisien

C’est le paradoxe. Les élections départementales intéressent peu, et pourtant leurs conséquences politiques risquent d’être majeures. A trois semaines du scrutin, la dynamique semble bien du côté du FN. Selon le sondage Odoxa que nous publions en exclusivité, il arrive largement en tête des intentions de vote (33 %) pour le premier tour du 22 mars.

Le parti de Marine Le Pen recueillerait même le vote d’un jeune de 25 à 34 ans sur deux participant au scrutin. Avec 7 points de plus que dans la dernière enquête, il y a un mois, le FN devance l’UMP allié à l’UDI (27 %) et surclasse le PS et ses maigres 19 %. Pour les socialistes, qui pensaient que l’effet 11 janvier remobiliserait les leurs, c’est la douche froide.

Source: Libération

Selon notre sondage «Libération»-Viavoice, 36% des Français estiment que le Front national «incarne bien les valeurs républicaines». «République et Front national apparaissent de moins en moins comme deux idées antagonistes, juge François Miquet-Marty, président de Viavoice. Un mouvement qui doit à la stratégie de Marine Le Pen, qui a intégré à son discours nombre de références républicaines, comme la laïcité ; mais aussi à certains dirigeants de l’UMP, comme Nicolas Sarkozy qui déclarait en 2012 que "Le Pen est compatible avec la République". C’est une donnée importante, parce qu’elle mine l’idée d’un front républicain UMP-PS, qui défendrait ce modèle face au Front national. Le concept a d’ailleurs montré ses limites dans le Doubs, avec le bon score du FN au second tour.»  46,7% des 18-24 ans sondés jugent que le FN «incarne bien les valeurs républicaines».
 

 Le 22 mars et, en cas de second tour, le 29 mars, vous serez appelé à élire vos premiers conseillers départementaux (anciens conseillers généraux). Vous voterez pour un binôme homme/femme qui vous représentera au sein d’une assemblée départementale dont les compétences restent encore à définir. 


L’actuel canton de Saint-Leu-la-Forêt, devenu canton de Domont, est composé de 11 communes membres : Baillet-en-France, Béthemont-la-Forêt, Bouffémont, Chauvry, Domont, Le Plessis-Bouchard, Moisselles, Montsoult, Piscop, Saint-Leu-la-Forêt et Saint-Prix. Ce nouveau bassin de population concernera 60 000 habitants environ.

Source: Linternaute: "Cela ne fait (presque) aucun doute : le PS va se prendre une claque lors des prochaines élections départementales 2015, les 22 et 29 mars. Le FN est au plus haut dans les sondages, les candidats de gauche sont désunis et le nouveau mode de scrutin rend une qualification au second tour très compliquée. Bref, tous les ingrédients de la déroute sont réunis. "

Est-ce pour cela que Le chef du gouvernement l'assure, «l'extrême droite, c'est notre adversaire principal». Et «pas seulement l'adversaire principal de la gauche mais du pays», a-t-il insisté. Sans doute M. Valls n'a-t-il pas entendu parler de l'Etat Islamique, des attentats, des drones  !?!

 

Le Front de Gauche présente des candidats dans 19 cantons du Val d'Oise sur 21. Il ne présente pas de candidats à Montmorency et à Domont (donc à Saint-Leu).
 

Tout sonne faux dans ce scrutin : un redécoupage des cantons mené tambour battant, une parité caricaturale, des candidats ignorant des compétences futures de l’assemblée départementale qu’ils ambitionnent de rejoindre, une réforme territoriale en cours et dont on ignore l’issue …

Tout à sa frénésie de réforme territoriale, le gouvernement a imposé un nouveau découpage des circonscriptions électorales avec un avantage au secteur urbain et parfois des délimitations artificielles, voire purement électoralistes. On a évoqué le chiffre de plus de 2 600 contentieux devant le Conseil d’Etat !

Autre marotte, la parité, cette nouvelle « déesse Raison » censée combler le fossé entre le peuple et les élus. Elle a pris la forme d’une obligation de présenter un couple de candidats par canton, un homme et une femme : étonnant, non, à l’heure du « mariage » dit « pour tous » ? … Sans compter que comme dans toute politique de discrimination positive de ce genre, le sexe se trouve préféré à la compétence.

 

Source: Le Figaro :  Un pas de plus vers un grand bouleversement du paysage politique. Le sondage réalisé par l'Ifop pour Le Figaro à un mois des départementales vient confirmer les tendances constatées scrutin après scrutin depuis cinq ans. Avec 30 % des intentions de vote mesurées, le FN devancerait l'alliance des forces UMP et UDI (28 %), reléguant les candidats du PS à la troisième place avec 20 %. Aucune des autres propositions ne passe la barre des 10 % : EELV recueillerait 7 %, le Front de gauche 6 %, l'extrême gauche 2 %.

Lire l'article en intégralité en cliquant ici.

Selon son responsable, Europe Ecologie-Les Verts sera en piste dans 950 des 2054 cantons (46%), un niveau "inédit" pour cette formation. Il sera seul dans 17% des cas, associé au Front de gauche dans 43%, au PS dans 17% des cantons.

Source: L'Obs    

Il y avait la "liste noire" des candidats UMP à battre aux législatives de 2012 : ceux qui avaient dit qu'ils préféraient voter PS plutôt que Front national. Une "blacklist" révélée par Bruno Gollnisch, mais aussitôt niée par Marine Le Pen.

2015 devrait être l'année du "changement" : la liste change de couleur. Elle devient blanche. Au sein du parti d'extrême droite, l'idée d'alliances s'installe durablement, surtout pour les élections locales, comme les départementales de mars.

Source: AFP   Le Parti socialiste revendique le titre de "parti le plus présent" pour les élections départementales de mars, indiquant dans un communiqué soutenir des candidats dans 97 % des cantons de métropole, soit 1 935. Sur ces 97 % de cantons "où l'on soutient un candidat, il y en a 73-75 % (1 456) où nous soutenons un candidat socialiste ou apparenté", à savoir divers gauche, a expliqué à l'AFP le secrétaire national du PS aux élections, Christophe Borgel.

Selon le communiqué, "le PS sera donc pour ces élections le parti le plus présent, plus encore que ceux qui, comme le Front national, prétendaient pouvoir l'être dans tous les cantons sans finalement y parvenir". Le FN sera présent dans un peu plus de 95 % des cantons de France métropolitaine (93 % de la totalité des cantons). La gauche dispose à l'heure actuelle de 60 conseils généraux (départementaux), dont 49 PS, selon M. Borgel.

Un sondage BVA accorde au Front national un potentiel de 31% de votants aux départementales. Un autre sondage TNS Sofres montre que 43% des sympathisants UMP se disent favorables à un accord entre leur parti et le FN. 

Progressivement, les digues qui entouraient le Front National sont en passe de craquer, une par une. Jamais le parti de Marine Le Pen n'a semblé aussi populaire dans l'opinion publique... Et jamais autant d'électeurs ou de sympathisants de l'UMP se disent favorables à un accord national entre leur parti et le FN. C'est du moins ce qui ressort de deux récents sondages, alors que se profilent les élections départementales des 22 et 29 mars.