En avril 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Il aura fallu un peu plus de temps que pour d’autres circonscriptions, mais la commission nationale des investitures (Cni) des Républicains a tranché. Mercredi 1er février, la nouvelle est tombée et a été rapidement diffusée. Claude Bodin a été investi comme candidat sur la 4e circonscription (cantons d’Ermont, Eaubonne, Franconville, Saint-Leu-la-Forêt).

Le conseiller régional d’Île-de-France, adjoint au maire de Franconville et secrétaire départemental des Républicains du Val-d’Oise était face à Sébastien Meurant, maire (Lr) de Saint-Leu-la-Forêt et conseiller départemental.

 

Une bataille qui a fini par tourner à l’avantage de l’élu de Franconville, qui avait déjà été député de cette circonscription entre 2007 et 2012. Avant de perdre (de 204 voix) face au socialiste Gérard Sebaoun.

Dans ce combat interne aux Lr pour l’investiture, Claude Bodin ne partait pas forcément favori. Les deux « poids lourds » politiques de la circonscription, les sénateurs-maires de Franconville et Ermont, Francis Delattre et Hugues Portelli soutenaient Sébastien Meurant.

Une bonne partie du conseil municipal de Franconville s’était prononcé en faveur de Sébastien Meurant. Sur cette circonscription historiquement à droite, longtemps détenue par Francis Delattre, la bataille risque d’être âpre au premier tour, en juin prochain puisque Sébastien Meurant est déterminé à être candidat, au risque sans doute d’être suspendu des Républicains.

« Loin de moi l’idée de renoncer. Je ne suis pas un bon petit soldat. Je défend des idées et celles-ci ne sont pas négociables », confie Sébastien Meurant.

Le soutien de Florence Portelli à son ami Sébastien Meurant

Les messages de soutien se sont en tout cas multiplié sur les réseaux sociaux. Et parmi eux, ceux de responsables politiques, dont le délégué Lr de la circonscription, Loïc Drouin, qui lui apporte son soutien « sans réserve », rappelant sa « loyauté » et sa « fidélité » à celui qui l’a pris sur sa liste saint-loupienne en 2014 (conseiller délégué à la communication, il est benjamin du conseil municipal de Saint-Leu).

Le maire (Lr) de Taverny et conseillère régionale, Florence Portelli, porte-parole de François Fillon, apporte également son « soutien plein et entier à [son] ami (…) qui est le meilleur candidat pour battre la gauche et reconquérir ce territoire que nous n’aurions jamais du perdre ». Elle indique qu’elle serait « très honorée de présider son comité de soutien. Le parlement aura besoin d’élus de terrain. Sébastien est maire, le mieux élu au Conseil départemental et soutenu par les deux maires parlementaires des plus grosses communes de la 4e. Nous allons mener une campagne magnifique à ses côtés et en route pour la victoire !».

Un soutien que salue Sébastien Meurant. “Florence est une amie, elle a du courage, elle n’hésite pas à aller contre les caciques”.

Claude Bodin souhaite le « rassemblement »

Claude Bodin, de son côté, se dit « satisfait » de la décision de la commission nationale d’investiture, prise « à l’unanimité », rappelle-t-il. Il y voit dans cette décision « le constat de la réalité de mon travail de parlementaire de 2007 à 2012 et le fait que je sois resté sur le terrain depuis 2012. Je n’ai rien lâché. Je fais le travail ».

Dans la circonscription, au vu des commentaires et soutiens des uns et des autres, la bataille sur le terrain risque d’être âpre entre les partisans des deux élus. « Je ne veux pas aller sur ce terrain de la polémique. Je conçoit la déception mais on peut exercer son talent politique via bien d’autres mandats. Moi, je souhaite travailler au rassemblement », commente Claude Bodin, tandis que Sébastien Meurant, lui, dénonce son “adversaire” comme un “bon petit soldat”, un “apparatchik”, qui a “été battu quatre fois sur son nom : deux fois aux municipales à Pierrelaye, à Eaubonne en 2008 et aux législatives en 2012″.

Claude Bodin, lui, explique qu’il « ne veut pas polémiquer. Il y a un candidat officiellement investi. Quand on a des responsabilités au sein du parti, on doit respecter cette légitimité ». Claude Bodin indique avoir lui aussi “beaucoup de monde” pour le soutenir. Il dévoilera ses soutiens prochainement.

Daniel Chollet, La Gazette