Bienvenue

Les élections législatives de juin sont déjà dans toutes les têtes des politiques. Ainsi, Les Républicains du Val-d’Oise ont d’ores et déjà donné leur investiture sur neuf des dix circonscriptions que compte le département (lire encadré). Un seul dossier pose encore problème et attend le verdict du conseil national qui se réunira ce samedi. Il s’agit de la quatrième circonscription, visée par le maire de Saint-Leu-la-Forêt Sébastien Meurant et le conseiller régional Claude Bodin.

Les deux élus briguent en effet le fauteuil aujourd’hui détenu par le socialiste Gérard Sebaoun, par ailleurs candidat à sa propre succession sur une circonscription qui réunit Eaubonne, Ermont, Franconville et Saint-Leu-la-Forêt...

Un choc de générations entre Sébastien Meurant (45 ans), auquel tout réussit depuis qu’il a pris la mairie de Saint-Leu-la-Forêt en 2008, et Claude Bodin (64 ans) habitué du paysage politique.

Si Sébastien Meurant, également conseiller départemental depuis 2015, souhaite se présenter pour la première fois aux législatives, Claude Bodin, maire-adjoint de Franconville, veut retrouver le fauteuil qu’il a occupé de 2007 à 2012. « Les différences entre nous sont nombreuses », résume Sébastien Meurant, qui se définit comme « un élu de terrain ». « Je suis maire et j’ai gagné une ville qui était à gauche depuis 31 ans, précise le candidat. Je me suis présenté à des élections que j’ai toutes remportées. Je ne suis pas un apparatchik ».

De son côté Claude Bodin, secrétaire départemental des Républicains du Val-d’Oise, ne veut pas faire de commentaire avant le conseil national. « J’attends avec sérénité la décision de la commission », explique le candidat à la candidature.

Aucune personnalité ne s’est exprimée publiquement sur le dossier. « Il y a des soutiens de part et d’autre, mais tout le monde s’en remettra à la décision de la commission nationale d’investiture, explique Axel Poniatowski, le patron des Républicains du Val-d’Oise. Ensuite, tout le monde sera derrière le candidat désigné. »

Source: Le Parisien