En 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

L'information est tellement verrouillée dans les médias français qu'il faut toujours se tourner vers internet pour se ré-informer. Le dernier exemple de manipulation de masse par les médias français est l'opération Je suis Charlie, dont les observateurs libres font l'analyse sur internet. La survenue d'un nouvel intervenant dans le domaine de l'information est toujours un événement. Le nouveau venu vient de l'Est. Comme si Poutine ou ses confrères voulaient offrir aux français une source d'information alternative aux médias des milliardaires français aux ordres et aux médias du système : Le Monde, avec Pierre Bergé, Libération avec Rothschild, Le Figaro avec Dassault, TF1 avec Bouygues, France Télévision avec l'UMPS,...

Sputnik France, c'est ICI

Les gendarmes du Val-d’Oise sont désormais sur Facebook. Un clic à 10h45, ce mercredi matin, et voilà leur page intitulée “Gendarmerie du Val-d’Oise” officiellement lancée.  Celle-ci est destinée à mieux informer la population et améliorer la proximité avec les citoyens...

Source: Réinformation-TV
 
Eric Zemmour, en montrant du doigt le déclin de la France, les conséquences de l’immigration, celles de la mondialisation, l’Europe et la France ruinées par l’ouverture des frontières et l’angélisme, le chamboulement des mœurs, us et coutumes, la démission, voire la trahison des élites, reprend des thèmes et des observations que d’autres ont fait, souvent avec plus de précision, voilà vingt et trente ans.
 
Si le système dénonce aujourd’hui la zemmourisation de la société comme il dénonçait dans les années quatre-vingt-dix la lepénisation des esprits, c’est parce qu’il craint que le peuple comprenne ce qu’il ne doit pas comprendre. C’est-à-dire que notre pays et notre civilisation sont engagés dans une rupture qui va tout bouleverser et sur laquelle on ne l’a pas consulté.
 

Les médias français se proclament « contre-pouvoir ». Mais la presse écrite et audiovisuelle est dominée par un journalisme de révérence, par des groupes industriels et financiers, par une pensée de marché, par des réseaux de connivence. Un petit groupe de journalistes omniprésents (par exemple à "C dans l'air") impose sa définition de l'information-marchandise, tels sont les nouveaux chiens de garde du système économique.

 

Selon l'INSEE :

"Au total, entre 2004 et 2012, c’est donc 1,6 million d’immigrés qui sont arrivés en France soit deux fois l’équivalent de la population de la ville de Marseille, deuxième ville la plus peuplée de France !  Cependant, l’enquête de l’INSEE ne prend pas en compte les estimations de l’immigration illégale, ni les personnes qui résident en France pendant moins de douze mois."

Coup de gueule d'un ingénieur  responsable EDF concernant le 20h sur TF1 :   

"Un illuminé nous a donné une série de leçons sur les économies d'énergie. Nous prenant pour des  débiles mentaux profonds ou des séniles précoces, il nous a expliqué qu'en coupant toutes les veilleuses  de nos appareils électriques,...

"Le suicide français", que vous devez vous procurer d'urgence si vous ne le possé­dez pas encore, n'est pas seulement un livre: c'est le symbole de la reprise du pouvoir culturel par la droite de conviction. Nicolas Domenach parle de zemmourisme. Jean-Chris­tophe Cambadélis agite l'épouvantail de la zemmourisation des esprits. L'un et l'autre, le journa­liste démo-chrétien de gauche et l'actuel secrétaire du Parti socialiste disent la même chose avec ces néologismes embarrassés : les idées de Zemmour sont devenues les idées de tout le mon­de. Ils n'osent d'ailleurs pas se poser la vraie question: savoir si ce n'est pas l'inverse, si ce ne sont pas les idées du peuple que Zemmour a su ramasser sur le sol et catalyser dans ce livre somptueux sur nos Quarante piteuses, 1970-2010. Le populisme, dont Zemmour se réclame désormais explicitement, c'est pourtant bien cela: donner une voix au peuple...
 
Ceux qui s'affolent de la prise de parole d'Eric Zemmour, ce sont ceux que le peuple affole :
 
Jean-Yves Le Gallou a ouvert les travaux en posant la question « Qui sont les censeurs ? Qui sont les dictateurs ? ». Reprenant les exemples qu’il citait dans la présentation de la Journée diffusée sur son site le 16 octobre, il a mis en évidence que c’est en France qu’un Jack Lang avait pu instaurer un corps d’inspecteurs de la création artistique, qu’un libraire se voit cloué au pilori sur une radio d’Etat pour avoir diffusé des ouvrages de Dominique Venner ou d’Alain de Benoist, qu’un directeur d’un grand musée est « recadré » pour être intervenu sur Radio Courtoisie. C’est encore en France que les mondes des bibliothèques municipales et des livres pour enfants sont aux mains des « petits flics de la pensée », qui font peser sur eux la chape du politiquement correct.

A Saint-Leu, on se souviendra de la protestation du conseiller municipal Malacain qui, dans sa tribune de "Dans ma ville", demande que tous les courants de pensée soient représentés à la médiathèque Georges Pompidou.

"J'ai dû constater par moi-même à la médiathèque de Saint-Leu l'absence totale de publications favorables au RBM, qui a pourtant eu les faveurs d’un électeur saintloupien sur cinq.

J’attends de la médiathèque une sélection équilibrée de la Presse, reflétant la diversité des opinions politiques de l'électorat. J'ai adressé une lettre en ce sens au Président de Val-et-Forêt et au Maire de Saint-Leu."

Une discussion passionnante !