En avril 2017, les Français vont-ils reprendre leur destin en mains ?

Bourdin au pilori

L’animateur de RMC joue de malheur en ce moment : après s’être fait chahuter gentiment par Maître Collard et plus durement par Canteloup, le journaliste, imbu de sa personne, a cru qu’il pouvait sans dommage lancer un sondage en ligne. Notre intervieweur voulait simplement savoir si les utilisateurs de Twitter pensaient que les journalistes étaient des menteurs : « Est-ce que les médias nous mentent ? Votez ! »

Les réponses ne se sont pas fait attendre : manipulation, conditionnement, occultation de faits, hiérarchisation arbitraire de l’information… Les griefs contre les médias de masse énumérés par les participants au sondage furent innombrables. Jean-Jacques Bourdin ne s’attendait certainement pas à ce que 91 % des utilisateurs de Twitter répondent favorablement à la question qu’il posait, remettant ainsi massivement en cause la crédibilité de la caste médiatique.

Parmi ces réponses, un grand nombre étaient plutôt salées :

Blodwyn : « L’info est clairement orientée par les prêts-à-penser à un point tel qu’on n’a plus l’impression d’être informés mais conditionnés. »

Éric : « D’ailleurs, Jean-Jacques, il ne font pas que mentir, ils influencent les gens malléables sur plusieurs sujets ! »
Winston Smith : « Ils sont surtout dans la prise de position plutôt que dans l’information.

Les médias sont partisans et distillent une “information” biaisée. »
Marine 2B : « Et ça vous étonne ? Vous êtes des menteurs comme des arracheurs de dents ! Honte a vous ! »

Enfin, en un raccourci pittoresque, les internautes notaient :

« Un journaliste est, au pouvoir en place, ce que la prostituée est au proxénète ! »

Personnellement, je trouve cette comparaison odieuse pour la prostituée.

Une bonne claque, donc, mais comme cela ne suffisait pas, les oreilles de Bourdin ont dû siffler et jouer du tambour lorsque de nombreux auditeurs s’en sont pris directement au phénix des bois de RMC. Il a, notamment, été accusé de mentir « par omission » ou encore d’être un « manipulateur de masse », lorsqu’il n’a pas été qualifié d’« ordure «  :

Le rêveur français : « Oui, énormément, par omission et surtout toi, Jean-Jacques. »
Avner : « Oui, et toi le premier, or… »
Corvo : « Toi le premier, arracheur de dents ! »
Mafiox : « Bourdin, c’est pas un journaliste, il n’a jamais informé personne, c’est juste un manipulateur de masse. »

J’en passe et des meilleures, de quoi donner le bourdon au champion de la matinale qui se targue d’être apolitique mais qui avoue avoir, en 2012, voté Bayrou puis Hollande après avoir, dans sa jeunesse, affiché avec son père pour Tixier Vignancour.

Quelle leçon à tirer de cet épisode cocasse mais si révélateur d’une colère patente : que la France profonde, la France périphérique, n’en peut plus d’écouter et de découvrir, dans les médias, toujours et exclusivement des gens qui relatent des conclusions et des pensées opposées aux leurs.

Le seul reporter de la grande presse qui suscite une franche sympathie, c’est Tintin accompagné de son chien Milou. Hélas, les deux ont disparu entre les années 30 et 80, du côté de Moulinsart, du Tibet ou de l’ex-Congo belge.Source:

Boulevard Voltaire