Bienvenue

Boulevard Voltaire communique:

Chère lectrice, Cher lecteur,

Ils sont prêts à tout pour museler ceux qui ne sont pas d'accord avec eux !

En ce moment, ce sont les sites d'information anti-IVG qui sont dans le collimateur du gouvernement. Leur tort ? Donner aux jeunes filles qui se renseignent sur l'avortement une information complète, large, qui donne à réfléchir.

Pour censurer cette voix alternative, le gouvernement les accuse de "délit d'entrave" à l'IVG et cherche à les faire fermer !

Quels seront les prochains sites d'information dans le collimateur ? Boulevard Voltaire pourra-t-il continuer à diffuser de l'information libre, alternative ?

Une chose est sûre : museler les médias traditionnels ne leur suffit plus. Ils s'attaquent maintenant à internet...

 

Nous devons resserrer les rangs si nous voulons préserver l'espace de liberté d'expression et d'opinion que nous avons réussi à créer depuis quatre ans.

Nous espérons que nous pouvons compter sur vous : nous avons besoin de l'aide de tous les citoyens décidés à ne pas laisser le gouvernement avoir la mainmise sur l'information et prêts à défendre la liberté des médias dans ce pays.

Vous le savez, les médias traditionnels sont pieds et poings liés. Et c'est bien pour ça qu'on n'y trouve que de l'information javellisée.

Ils sont tenus financièrement par les publicitaires – la controverse, c'est mauvais pour l'image des annonceurs – et par l'Etat : les aides à la presse, c'est 386 millions. Alors, mieux vaut filer doux. Surtout quand on se souvient que Fleur Pellerin a tenté de bâillonner Valeurs Actuelles en menaçant de leur couper ces aides !

Et quand ces laisses financières ne suffisent pas, il y a le gendarme des médias : le CSA. En 2014, il avait censuré à la télévision une vidéo où des enfants trisomiques disaient leur bonheur de vivre, parce que ce message pouvait... "troubler en conscience" des femmes ayant fait le choix d'avorter !

Reste l'information libre sur internet. Et le gouvernement a commencé à s'y attaquer.

Boulevard Voltaire doit s'y préparer.

Aujourd'hui, il n'y a plus qu'un seul espoir pour que nous soyons toujours en mesure, dans les mois et les années à venir, de préserver la liberté d'expression dans ce pays : que Boulevard Voltaire devienne très vite suffisamment puissant pour ne pas être emporté par la vague le jour où nous serons, à notre tour, dans le collimateur.

Nous devons toucher deux ou trois fois plus de lecteurs et, si possible, doubler notre budget pour avoir les moyens pour nous défendre judiciairement et assurer une diffusion encore plus massive.

Et avec votre aide, ça n'a rien d'impossible.

Vous savez à quel point il est important d'avoir accès à une information libre, complète, non censurée. A quel point c'est vital pour préserver la diffusion des idées, la confrontation des points de vue, le débat, ce dont tout pays libre a besoin pour aller de l'avant et offrir un avenir digne de ce nom à ses citoyens.

Alors, aujourd'hui, nous espérons que nous pouvons compter sur vous pour nous aider à nous renforcer suffisamment pour vivre et résister à la censure galopante.

Pour faire connaître notre média indépendant à 100.000 personnes supplémentaires pour leur diffuser notre contre-information, il  faut que nous arrivions à collecter un budget de 70.000 euros.

C'est pourquoi nous nous permettons de vous le demander : pouvez-vous soutenirBoulevard Voltairepar un don de 30 euros par exemple ? Vous pouvez aussi décider de vous engager plus avant dans notre action pour la liberté d'expression, et de donner 60 euros, 100 euros, 200 euros ou même plus.

C'est vous seul qui décidez du montant que vous souhaitez dédier à ce combat pour contrer la censure et préserver la liberté d'expression en France.

Vous pouvez aussi, si vous le préférez, choisir de soutenir notre média mois après mois, en donnant par exemple 5 euros ou 10 euros mensuels.

Nous avons préparé une page spéciale  où vous pouvez choisir de faire un don par carte bleue, par chèque, par Paypal ou par prélèvement, du montant de votre choix

Vous êtes totalement libre de choisir de soutenir Boulevard Voltaire ou non. Si vous ne souhaitez pas apporter votre soutien financier, personne ne vous en tiendra rigueur, et vous continuerez à recevoir chaque jour dans votre boîte mail l'information alternative que vous ne trouvez pas ailleurs.

Mais quand on voit les efforts déployés par  les gardiens de la pensée unique pour démolir la liberté d'expression et d'opinion, difficile de dire combien de temps nous serons capables de tenir sans le  soutien de nos lecteurs.

Alors, si c'est possible, aidez-nous à renforcer Boulevard Voltaire, et mettre notre média à l'abri pour pouvoir continuer à diffuser une information alternative, résister aux attaques et faire barrage à la censure qui avance au galop.

Merci par avance pour votre soutien.

Bien à vous,

L'équipe de Boulevard Voltaire