Bienvenue

Cette femme est à la charnière du pouvoir médiatique, du pouvoir financier et du pouvoir publicitaire.

"Elle réunit, dans son salon peut-on dire, ou à diner, chaque semaine, avec son mari Arthur Sadoun, patron de Publicis, les grands du CAC 40, les grands du politiquement correct. Au fond, ces gens-là ont fait un petit « pou-putsch » sur France 2, en disant: «  ce sera Anne-Sophie Lapix qui est le mieux à même de nous remplacer ».

C’est d’ailleurs une journaliste qui a un certain talent, en même temps que de grandes qualités de politiquement correcte. Elle a à son crédit d’avoir défini, il y a plus de cinq ans maintenant, début 2012, la bonne stratégie d’attaque contre le Front National en insistant sur les failles ou les difficultés de son programme économique. Au fond, elle a fait un bon boulot pour le politiquement correct. Il est assez normal qu’elle soit récompensée." sic (NDLR)

Source: JY Le gallou sur Boulevard Voltaire

Jean Sévilla pour l'Homme Nouveau :

9782262021764R1Sommes-nous bien effectivement dans une situation de terrorisme intellectuel ?

Il y a quelques mois, un refrain courait sur certains sites et dans certains journaux : la gauche a échoué dans tous les domaines et, dans la guerre culturelle qui se déroule aujourd’hui, c’est la droite qui a gagné la bataille des idées puisqu’elle impose ses thèmes. Or je constate que nous assistons au spectacle exactement inverse. Que ce soit lors de la primaire de la droite où le système poussait la candidature d’Alain Juppé, un homme de droite aimé par la gauche, ou lors de la campagne présidentielle du premier tour où ce même système a poussé Emmanuel Macron et s’est employé à démolir la candidature de François Fillon, quoi qu’on pense de ce dernier par ailleurs, puis actuellement dans la campagne de l’entre-deux-tours où le système, toujours lui, considère par principe le vote Marine Le Pen comme illégitime, quoi qu’on pense de celle-ci également, on s’aperçoit que la mécanique du terrorisme intellectuel bat son plein.

Un terrorisme intellectuel dont les références puisent dans la pensée de gauche : il convient d’être moderne, ouvert, tolérant, partisan d’une société multiculturelle et adepte d’un monde fluide débarrassé des préjugés du passéC’est ce qu’Emmanuel Macron nomme le « progressisme ». Or toute la classe politique et médiatique partage cette vision ou s’y soumet par lâcheté ou par crainte des représailles. Les rares récalcitrants prennent le risque d’être politiquement et socialement ostracisés. 

Un documentaire Réinformation.TV

Un récent sondage Sofres/Kantar média publié par la Croix révèle que « la confiance dans l’information relayée par les différents médias est historiquement basse ». Avec 41 %, la télévision perd 9 points de confiance, la radio perd 3 points à 52 %. Ce sondage n’est que la confirmation d’une défiance de plus en plus grande des Français à l’égard de ceux que l’on appelle « les grands médias ».

Jean Claude Bourret, ancien présentateur des journaux de TF1 et de la Cinq

Défiance envers les médias : pourquoi un tel discrédit ? from Reinformation.tv on Vimeo.

Devant le succès de la Réinfosphère, de plus en plus de médias et journalistes se penchent sur ce phénomène qu'ils ont du mal à appréhender.

Mais de la part d’une presse vieillissante et sinistrée, la meilleure réponse reste l’attaque. C’est ce que vient de faire L’Express.Dans un article du 8 avril 2017, l’hebdomadaire se glisse « dans la tête des réinformateurs ». Citant TV Libertés, Boulevard Voltaire, Fdesouche, Egalité & Réconciliation ou encore Breizh-Info, L’Express interroge plusieurs figures de la réinformation...

L’idéologie actuelle des institutions de l’Union européenne

Mars 2017

Les membres du Parlement européen sont les porte-voix, naïfs ou conscients, d’une idéologie qui a en détestation tout ce qui constitue un attachement à la nation, à la terre, à nos ancêtres… Il n’y a plus de frontières, il n’y a plus de limites. Cela est valable aussi pour la famille.

Dans la continuité de Mai 68, les institutions européennes ont opté pour une rupture avec le passé, avec l’héritage chrétien de la civilisation européenne. A la place, l’Union européenne se fait le chantre d’un projet profondément individualiste et nihiliste. Selon sa philosophie relativiste, nous ne serions que des êtres interchangeables indépendamment des différences religieuses, sexuelles, ethniques… 

"Le brouillard de la guerre s’épaissit. Le pire n’est pas certain, mais tout devient possible"

PidvLe général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, adresse une brève lettre à ses soldats dans laquelle la clairvoyance s'allie au courage et à l'espérance : 

"Mon cher camarade,

Je vous écris ces quelques mots depuis l’Australie où je rencontre, en ce moment même, nos homologues militaires. Chaque semaine, des signaux, venus des cinq continents, accréditent l’idée d’une dégradation sécuritaire. Le monde semble, chaque jour, plus instable et plus incertain. Ici, à l’autre bout du monde, je le mesure tout autant. L’évolution n’a pas pu vous échapper ; vous êtes – ou vous serez bientôt – en première ligne.

Nous n'avons plus confiance du tout dans les journalistes. Pourquoi ? Parce que ceux-ci se comportent comme des militants politiques : incapables d'objectivité, ils trient l'information selon leur prisme idéologique, ce qui induit plusieurs types de comportement :

- mensonge flagrant ;
- mensonge par omission (auto-censure : certains sujets sont volontairement passés sous silence, le journaliste décidant, selon son idéologie, de ce que son public a le droit de savoir ou de ne pas savoir) ;
- à l'inverse, exagération de certains faits, pour tenter de susciter l'indignation de son public ;
- utilisation des médias publics à des fins de propagande idéologique (que l'on soit d'accord ou pas avec le FN, par exemple, il est très choquant de voir France Info réaliser des clips anti-FN, alors que le tiers de son auditoire, qui le finance, vote FN. Autre exemple : exposition démesurée du candidat des médias, Macron) ;

Oubliez vos médias de masse. Leur job c'est de vous informer, ils font exactement le contraire. Ils n'ont aucune crédibilité et sont dangereux. Ils ont essayé d'empêcher le Brexit, ils ont échoué. Ils ont essayé de faire élire Hillary Clinton, ils ont échoué. Et maintenant ils veulent se débarrasser de Marine Le Pen coûte que coûte.

 

Le Parlement européen a approuvé jeudi la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, réclamée par la justice française qui lui reproche d'avoir diffusé des images d'exactions de Daesh sur son compte Twitter.

Cette levée, à effet immédiat, ne concerne que cette enquête. Cette levée était demandée par le parquet de Nanterre, qui a ouvert une information judiciaire à l'encontre de Marine Le Pen pour "diffusion d'images violentes". En décembre 2015, la présidente du FN avait diffusé trois photos sur Twitter avec le texte "Daesh c'est ça!": un homme vêtu d'une combinaison orange sous les chenilles d'un char, un homme vêtu de la même manière enflammé dans une cage et un corps d'homme décapité avec la tête posée sur le dos. Elle protestait contre le "parallèle ignoble" effectué par le journaliste de RMC, Jean-Jacques Bourdin, entre Daesh et le Front national.

"Je suis députée, je suis dans mon rôle quand je dénonce Daesh", a-t-elle estimé. 

L'oligarchie politique, judiciaire, médiatique poursuit son combat multiforme contre Fillon et Le Pen...

Deuxième corporation la plus détestée après les politiques, les médias sont en position défensive totale devant Internet. Radios généralistes en perte d'auditeurs, journaux perdant leur lecteurs et ne vivant que de subventions et publicités, télévisions négligées au profit d'Internet. Tous ces perdants croient avoir trouvé la parade : Decodex, une invention du journal Le Monde pour décrédibiliser tous ceux qui s'attaquent au système médiatique en publiant de l'information non politiquement correcte sur Internet.

Cet outil est censé permettre à ses utilisateurs de trier le faux du vrai dans les différents sites. Nul ne contestera ici la nécessité de vérifier les sources. On pourrait penser que cet outil serait une tentative honnête pour aider le lecteur. Mais, elle s’avère, en réalité un outil de tri idéologique.

Une initiative pour établir la Pravda, la Vérité avec un grand V à un moment où les médias et les journalistes sont de plus en plus discrédités. .Quel en sera le résultat ? Le vent des réseaux sociaux se retourne déjà contre l’initiative. Feu vert, méfiance, ce doit être un média de l’oligarchie. Feu orange, à voir. Feu rouge, mérite le détour. De l’art de cracher contre le vent.

Selon Jean-Yves Le Gallou :

"Ils ont l’impression – plutôt juste, d’ailleurs – d’appartenir à une profession détestée.

Les plus sots ont décidé de s’en prendre à la réinfosphère, aux médias alternatifs et aux réseaux sociaux qui leur ont fait perdre le monopole de l’information. Au lieu de se remettre en question, ils réagissent comme des chauffeurs de taxi furieux de la concurrence d’Uber et des chauffeurs privés. C’est stupide. Ce n’est pas en labellisant les sites des médias officiels de pastilles vertes qu’on les crédibilise: bien au contraire! A la fin de l’Union soviétique la Pravda arborait la pastille verte pendant que les auteurs des samizdats étaient marqués au fer rouge. Cela n’a pas suffi à sauver le régime communiste.

Les journalistes les plus lucides devraient, eux, s’interroger sur la manière dont la majorité de leurs confrères exercent leur profession à coups de moraline : en prétendant dire le « bien », au lieu de chercher à découvrir le vrai, à décrire les faits.

Ce qui manque aux médias c’est le pluralisme. Pluralisme intellectuel et pluralisme politique.