Bienvenue

Le projet de séparation entre Ermont et Eaubonne ne sied ni à Grégoire Dublineau (UMP) ni à Hugues Portelli (UMP).

«Non au démantèlement de Val-et-Forêt». Pour le maire d’Eaubonne, Grégoire Dublineau (Ump), «scinder en deux la Cavf (communauté d’agglomération Val et Forêt) et séparer ainsi les communes d’Ermont et d’Eau- bonne», comme le prévoierait le projet du préfet, serait «une erreur».

Depuis que la loi du 27 janvier 2014 impose des agglomérations de plus de 200 000 habitants, un nouveau schéma de l’intercommunalité se dessine au niveau régional. Ce dernier doit être discuté et avalisé en préfecture de région le 28 août. Dans le Val-d’Oise, la communauté d’agglomération Val-et-Forêt, qui compte 85 000 habitants et six communes, serait appelée à disparaître. Ermont, Saint-Leu, Le Plessis-Bouchard, et Frépillon, (actuellement dans la communauté de communes de la Vallée de l’Oise et des Impressionnistes), seraient rattachées à la communauté d’agglomération du Parisis (Calp), qui passerait ainsi à quatorze communes et de 183 000 à 239000 habitants, tandis qu’Eaubonne, Saint-Prix et Montlignon rejoindraient une nouvelle agglomération formée par la Cavam (communauté d’agglomération de la Vallée de Montmorency) et la communauté de communes de l’Ouest de la Plaine de France (Ccopf).

«Impensable»

Un démantèlement que le maire d’Eaubonne juge «impensable» car cela reviendrait à «bouleverser les équilibres»», et à «remettre en cause la cohérence territoriale et le bassin de vie que constituent ces deux communes unies par un projet commun important débuté en 1996, celui de la Zac et de la gare d’Ermont-Eaubonne, nœud de communication stratégique pour notre département», et cela, «pour des considérations purement arithmétiques».

Le sénateur-maire d’Ermont, Hugues Portelli (Ump), ne dit pas autre chose. «J’ai rencontré le 28 juillet le préfet de région pour lui dire que nous n’acceptions pas une partition de Val-et-Forêt. Nous sommes favorables à un regroupement de notre agglomération avec celle du Parisis.»

En ce qui concerne la séparation d’Ermont et Eaubonne, «qui forment un seul canton, et qui sont liées par une Zac et des syndicats intercommunaux, ce serait aberrant. Si le préfet devait persister dans sa volonté, ce serait compliqué car il faudrait dissoudre Val-et-Forêt, ce qui nécessite un décret en Conseil d’État».

Pour Hugues Portelli, ce projet est motivé par des questions purement «arithmétiques, pour parvenir à des agglomérations de 200 000 habitants, mais ça ne prend pas en compte la logique des territoires, ni les projets».