Bienvenue

La France est le seul pays au monde qui n'a pas jugé bon d'informer sur les révélations fracassantes du "Climategate" (voir l'article ci-dessous ) !  Manipulation, intimidation, destruction de preuves, cela semble-t-il vraiment relever de la méthode scientifique ? C'est une vaste fumisterie utilisée par des idéologues pour transformer le monde selon une utopie dangereuse. Alors qu'Internet regorge de contributions sur le sujet "Climategate", la presse française est muette ! Pourquoi ?

Les témoignages s'accumulent indiquant que le thème du réchauffement climatique dû à une accumulation de CO2 est l'objet d'une désinformation mondiale organisée, comme le montrent de nombreuses publications de scientifiques qui refusent de marcher dans la combine. Les scientifiques du Hadley Research Center et du GIEC auraient truqué les données pour faire apparaitre le CO2 comme étant la cause de la hausse des températures. Vous trouverez ci-après une vidéo étonnante sur ce sujet et des articles publiés sur internet attestant la manipulation. Qui sont les principaux organisateurs et bénéficiaires de cette intoxication à l'échelle du globe ?
- Les Nations Unies qui souhaitent médiatiser l'existence de problèmes mondiaux pour promouvoir et justifier la nécessité d'un gouvernement mondial
- Une communauté assez réduite de scientifiques fonctionnant en circuit fermé et dans leur sillage quelques 30 000 personnes qui prospèrent sur cette thématique et dont la carrière et la rémunération en dépendent.

Voici une conférence à ne manquer sous aucun prétexte faite par Vincent Courtillot, professeur de géophysique à l'université de Paris-Diderot, aux 2e journées scientifiques de l'Université de Nantes (durée 51 mn): 



Voici également des indices lourds de la manipulation des données scientifiques par le GIEC/IPCC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)

Le 24 septembre dernier, les membres du conseil municipal décidaient de créer un groupe de travail pour rédiger une motion commune contre l'échangeur. Ce groupe s'est réuni le 14 octobre. Il semble qu'il ne soit pas arrivé à un consensus. L'association Défense Environnement Saint-Leu a décidé de continuer son combat contre l'échangeur. Pour elle, les termes retenus par M. le Maire pour la motion  ("s'opposent au projet d'échangeur tel qu'il est engagé aujourd'hui") sous-entendent que la municipalité ne s'oppose pas à un échangeur sur le territoire de la commune, mais attend qu'on lui propose d'autres projets.

L'association DESL persiste à ne vouloir aucun aménagement d'échangeur et d'accès autoroutier sur le territoire de la commune. Elle appelle à signer une pétition à partir de son site: http://echangeur-saint-leu.perso.neuf.fr

Défense Environnement Saint Leu - association apolitique Loi 1901 - 77 rue du Bois d'Aguère - Saint-Leu-la-Forêt. Tel: 01 39 95 37 21.

Pour notre part, nous ne voyons pas quels bénéfices les saint-loupiens peuvent retirer de cet échangeur et ne voyons que trop les inconvénients qui peuvent en résulter. Nous encourageons notre maire à s'opposer sans réserve aucune à cet échangeur qui ne contribuera en rien au Bien commun des saint-loupiens.

Je voulais simplement vous signaler que cet article  http://www.bienvivreasaintleu.org/content/blogcategory/3/12/  est toujours d'actualité puisqu'aujourd'hui (21/10/2009), j'ai eu la visite de personnes passant pour les étrennes des « ferrailleurs-encombrants » dans le quartier de la rue Nungesser et Coli, avec certificat douteux à l'appui. Il va de soi qu'il s'agit une fois de plus d'une arnaque et je pense que vous devriez faire à nouveau apparaître cet article afin de prévenir le plus grand nombre ! Je vous remercie de m'avoir lu. Cordialement. M. R.R.

Comment tenir les engagements du Grenelle et protéger l’environnement ? Un récent rapport sur la publicité extérieure et les enseignes conseille d’ouvrir à la concertation l’élaboration des règlements locaux de publicité et de donner plus de moyens à la police de l’affichage. Ceci alors qu’une nouvelle taxe locale sur les publicités extérieures doit être mise en œuvre par les communes ou les intercommunalités.

avion.jpgIls ont chanté la «Roissyllaise», une parodie de la «Marseillaise», pour protester contre les nuisances aériennes. Vétus de T-shirt rouges avec des inscriptions «Stop vols de nuit» et «Stop airport expansion» entre 150 personnes selon la police, et 450 selon les organisateurs, ont manifesté ce samedi en chantant à l'aéroport de Roissy.

Cette manifestation n'était pas la seule. Dans toute l'Europe, ce samedi 16 mai est une journée d'action contre les nuisances. Des manifestations similaires devaient ainsi avoir lieu dans les aéroports de Londres, Dublin, Francfort, Bruxelles et Amsterdam, à l'initiative de l'Union européenne contre les nuisances aériennes (UECNA).

«Nous avons choisi le jour du concours de l'Eurovision pour montrer que le problème des nuisances aériennes n'est pas uniquement français mais européen», a expliqué à l'AFP Alain Péri, vice-président de l'Advocnar (Association de défense contre les nuisances aériennes), l'une des associations françaises participant à ce mouvement.

«A Roissy, il y a entre 165 et 170 vols de nuit par jour de 22H00 à 6H00, alors qu'il existe un couvre-feu à l'aéroport d'Orly et des mesures très strictes à Londres. On ne peut pas accepter que la priorité soit donnée à la puissance économique au détriment de la santé des riverains», a-t-il ajouté.

En septembre dernier, 94 communes proches des aéroports de Roissy Charles-de-Gaulle et du Bourget avaient tenu un conseil municipal géant place du Trocadéro à Paris. Parmi les élus présents, Yves Duteil avait réagi au micro du Parisien.fr (Voir la vidéo en cliquant ici). Les élus avaient voté symboliquement une délibération pour l'arrêt des vols de nuit.

Le Parisien 16.05.2009

Depuis plusieurs mois, ce sont plus de 1400 m² de tags qui ont déjà été effacés par la municipalité sur le territoire public comme sur le territoire privé de Saint-Leu-la-Forêt. En effet, la ville s’est engagée dans une lutte anti-tags en proposant aux particuliers de prendre en charge gratuitement l’enlèvement des graffitis qui se situent en limite des voies publiques.

Une fois le particulier inscrit préalablement auprès des Services Techniques de la ville et une fois une convention établie et signée pour l’occasion, le nettoyage du tag est effectué par un prestataire dédié. En cas de récidive, le particulier a juste une demande de renouvellement d’intervention à remplir.

Renseignez-vous sur le site web de la ville de Saint-Leu ou auprès des Services Techniques de Saint-Leu-La-Forêt au : 01 30 40 22 53.

 

Saint-Leu a-t-elle vocation à rester une petite ville agréable et tranquille ou à imiter les faubourgs des grandes agglomérations ? Pas de nouvelles de la Mairie sur ce thème cher à notre association.
 
                                   p1010108.jpg

Notre commune donne des signes contradictoires. Charmante ville à bien des égards - on dit parfois que Saint-Leu est un "village" - quelques voies routières donnent des signes d'inquiétude du fait d'une pollution visuelle qui ne faiblit pas

Les panneaux publicitaires sont nombreux sur deux des grands axes routiers qui la traversent: entre Taverny et Saint-Leu (Bld André Brémont) et sur l'avenue Jean Rostand qui remonte vers le Rond-Point de la Croix du Jubilé.

Voici quelques photos d'un désastre annoncé si des mesures de sauvegarde du paysage ne sont pas prises pour restaurer un environnement abîmé. Ce sujet mériterait d'être pris en compte dans une révision du PLU que nous attendons avec impatience.

 Voyez ces photos:  Pollution visuelle à Saint-Leu

 

--->>> Voici l'article que nous aimerions voir insérer dans le PLU révisé:

Lutter contre les nuisances

  • visuelles : interdire tout panneau publicitaire ou enseigne, dans le domaine public comme dans le domaine privé, sauf ceux qui sont sur les magasins correspondants, mais aussi favoriser quelques affichages signalétiques qui permettent de se repérer dans la ville ou d’en connaître les caractéristiques positives.
  • ......

 

Sébastien Meurant s’engage dans la lutte contre les nuisances aériennes. Nouvellement élu vice-président de l’Association des communes d’Ile-de-France pour la protection de l’environnement et la limitation des nuisances aériennes (A.P.E.L.N.A.), il va contribuer à renforcer le rôle de cette structure créée par les élus de la Vallée de Montmorency en 1992. A l’instar des riverains de Roissy-Charles de Gaulle, l’association demande notamment la réduction significative des vols de nuits.

bitume.jpgLa vitesse des voitures accroît le bruit de roulement et crée des nuisances sonores que l’on cherche à diminuer car il s’agit d’une vraie pollution.

Si les murs ant-bruits se développent avec des formes de plus en plus sophistiquées pour absorber les ondes sonores polluantes,  le laboratoire transport environnement de l’INRETS, l’institut national de recherche sur les transports et leur sécurité, précise qu’en dessous de 40 km/h ce sont les bruits issus du moteur qui prédominent, mais au-delà, ce sont les bruits qui proviennent de la liaison entre le véhicule et la chaussée. Aussi, la qualité du revêtement de cette dernière prend de l’importance dans la lutte contre le bruit.

L’hydrogommage est un procédé écologique de nettoyage par micro abrasion, qui consiste en une projection à basse pression d’un mélange d'eau, d'air et de micro granulats.

L’hydrogommage est basé sur l’action combinée de 3 éléments

  • Des granulats d’origine naturelle aussi neutres que possible dont la dureté est adaptée au support à traiter.
  • De l’eau en faible quantité, pulvérisée pour adoucir l'effet abrasif du granulat et diminuer la poussière et les projections.
  • Un volume d’air important, qui véhicule le granulat jusqu'à la buse de gommage. Le volume et la pression de sortie influent sur le rendement et la qualité du travail.
L’utilisation d’abrasif (micro granulats biodégradables), une pression plus douce et donc moins agressive permet de respecter le support traité .