Bienvenue

Il faut distinguer la prière du Rosaire, dévotion populaire, de la fête du Rosairesolennité liturgique.

La fête se rattache initialement à le Confrérie du Rosaire, d’inspiration dominicaine, qui se proposait de diffuser la dévotion au chapelet. En 1571, le pape saint Pie V institua une fête de Notre-Dame de la Victoire, en action de grâce pour la victoire de Lépante remportée par don Juan d’Autriche sur les Turcs, victoire attribuée à la récitation du chapelet.

Grégoire XIII lui donna le titre qu’elle porte aujourd’hui, en fixa la fête au 7 octobre et la solennité au premier dimanche d’octobre.  Sous Clément XI, elle devint universelle (1716), en mémoire de deux nouvelles victoires remportées sur les Turcs.

Notons au passage que - à Saint-Leu-la-Forêt - nous avons rencontré de nombreux élèves de l'école du Rosaire qui ignoraient ce qu'était le Rosaire. Il y aurait comme un problème, non ?...

le-souvenir francais

Le Souvenir Français vous invite à la Messe Départementale du Souvenir Français du Val d'Oise le samedi 10 octobre 2015 à Bessancourt . Messe solennelle à l'Eglise Saint-Gervais et Saint-Protais à 10h.

 

La transmission de l’héritage de mémoire aux générations plus jeunes se poursuit de façon constante depuis la création de l’association. Il s’agit de leur transmettre progressivement le flambeau en leur inculquant, par le maintien du Souvenir, le sens du devoir, l’amour de la Patrie et le respect de ses valeurs.

Que veulent les parents ? Ils veulent que leurs enfants soient autonomes, instruits et aptes à envisager leur futur de médecin, pompier, fleuriste, boucher, astronome ou institutrice, sans crainte.

Alors qu’en 2011 on comptait près de 500 écoles indépendantes actives et 20 ouvertures, les nouvelles écoles en 2014 étaient au nombre de 51 pour 67 en 2015 ! Quelle mouche a donc piqué ces parents qui se passent du service public ?

Nous sommes inquiets pour Anne Hidalgo qui, samedi, organise, avec la RATP, une « nuit blanche » à Paris.

Cette persistance à appeler « blanche » une nuit noire depuis toujours, ne dissimulerait-elle pas un racisme latent ?

 

abbaye-de-Royaumont-172326« Cadre enchanteur »... c'est le cliché qui vient instinctivement à l'esprit quand on approche ce lieu extrêmement singulier.  Tout, ici, est fascinant. L'histoire : celle d'une abbaye cistercienne fondée par le roi Saint Louis sur la volonté testamentaire de son père Louis VIII, peu à peu dévoyée de sa fonction monastique et finalement transformée, après la Révolution, en site industriel puis en noviciat. L'espace : ici, pas de « sens de la visite », pas de surcharge en meubles et en tableaux, mais de gigantesques espaces presque nus (le cloître, le réfectoire, les cuisines), des ruines éloquentes sur les conséquences de la Révolution (l'église abbatiale) ou un jardin d'inspiration médiévale (plantes magiques). Juste un regret: una abbaye sans moines, c'est comme un lieu où l'esprit ne souffle plus; c'est pourquoi il faut aussi visiter Fontgombault, Triors, Randol ou Le Barroux.

Il est conseillé de venir profiter de ces trésors en petit comité, aux heures de moindre affluence. Mais comme l'histoire du lieu est fort intéressante, vous pouvez également revenir le week-end pour une visite guidée qui permet de mieux se repérer dans le fonctionnement complexe du microcosme abbatial, de comprendre l'ingéniosité du système hydraulique et de suivre l'implication de saint Louis dans la vie de l'abbaye. 

Source: Riposte catholique

Le Père Michel Viot, prêtre catholique au service du diocèse de Versailles et aumônier national des Anciens combattants vient de faire un commentaire à la fois humoristique et plein de bon sens, sur une actualité brûlante d’un été qui ne le fut pas moins… Il a pour habitude – mais quelle impertinence ! – de dire et d’écrire ce qu’il pense… Nous imaginons que les lecteurs de Riposte Catholique – qui manifeste aussi, parfois, de l’impertinence… – apprécieront de découvrir le dernier post du Père Viot qu’il nous a aimablement permis de reproduire ici (31 août 2015)

Quand j’étais jeune, il y a longtemps, plusieurs “bestioles” ennuyaient les prêtres et les chrétiens pratiquants : les punaises de sacristie et les grenouilles de bénitier ! Elles existent encore, mais sont bien vieilles, et beaucoup plus rares, subissant la loi du genre dans son double sens, l’élimination naturelle et la présence des deux sexes ! Les femmes ne sont pas seules visées. En ce domaine, la vérité exige la parité.

Même remarque pour la nouvelle espèce animale, nuisible au témoignage de l’Église : les autruches. Les chrétiens et les chrétiennes qui ne veulent pas voir ! Et aussi ne pas entendre, du moins ce qui heurte leur idéologie. Ils s’enfouissent la tête dans le “bénitier” de ce qui leur sert de religion, et ce à l’image de ceux qui nous gouvernent.

 

C’est un moment attendu avec impatience par tous les catholiques. La Sainte Tunique d’Argenteuil, le vêtement porté par le Christ pendant son chemin de croix, sera exposée au public du 25 mars au 10 avril 2016 dans la basilique Saint-­Denys. Un événement annoncé ce mardi et souhaité par l’évêque de Pontoise, Mgr Stanislas Lalanne, à l’occasion de l’année de la Miséricorde voulue par le pape François.

Conservée à Argenteuil depuis plus de 1 200 ans, la Sainte Tunique est l’une des reliques les plus sacrées du christianisme. Elle n’a pas été exposée depuis 1984. A l’époque, 80 000 personnes étaient venues la voir. Cette fois, 150 000 personnes sont attendues à la basilique.
 
En 1995 le cercle d'études COSTA (Comité Œcuménique et Scientifique de la Sainte Tunique d’Argenteuil) se crée pour promouvoir l'étude et la vénération de la tunique. A la suite de cette création, de nombreuses études sont produites. A la suite d'un incroyable déni de l'évêque de Pontoise d'alors sur l'authenticité de la tunique, en 2005, les pèlerinages publics à la Tunique d'Argenteuil reprennent spontanémént, généralement le premier dimanche de la Passion, pèlerinages préparatoires à la Semaine sainte, organisés par l'UNEC (Union des Nations de l'Europe Chrétienne), une association valdoisienne de renommée internationale.  L'évêque actuel, Mgr Lalanne, semble revenu à de meilleures dispositions puisqu'il annonce cette exposition publique.

Source: Bulletin des amis de l'information libre

François Hollande, hostile aux « quotas », a néanmoins accepté il y a quelques mois d’accueillir 9.000 migrants sur notre sol. Désormais favorable à ce qu’il refusait hier, il a donc poussé plus loin son ouverture en en acceptant 24.000 de plus, ce qui fait au total 33.000. Ce n’est pas fini ! Car il est d’accord avec Mme Merkel pour alléger le fardeau de l’Allemagne, fardeau qu’elle s’est mis elle-même sur le dos en déclarant son pays ville ouverte à tous avant de s’affoler et de fermer subitement ses frontières dans la panique et la confusion.

Mais elle n’a pas renoncé à son projet initial, elle se laisse seulement un délai pour enregistrer ceux qui sont déjà là. Elle parlait de 800.000 il y a quinze jours, ce sera un million au bas mot ! Mais comme il n’y a pas de limite dans le temps, que son message « Venez tous, vous serez reçus à bras ouverts » s’est propagé sur toute la planète, le flux ne peut que grossir chaque jour davantage. Or la France, par la voix de François Hollande, s’est engagée à accepter 25% de tous ces réfugiés !

Au-delà des bons sentiments avec lesquels on fait parfois de la mauvaise politique, les Français se demandent : où va-t-on les mettre ?

Brocante d’automne :

 
Plus de 750 exposants, des espaces de gourmandise, des manèges, des chanteurs de rue et un esprit de fête. L’association « Saint-Leu Priorité Commerces » organise le dimanche 20 septembre, la traditionnelle brocante d’automne où chacun pourra trouver de véritables trésors. Un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de la chine avec des animations tous azimuts en centre-ville.

Pour réservez votre stand vous pouvez télécharger le bon d’inscription sur le site de la ville (www.saint-leu-la-foret.fr)
Renseignements : 06 07 84 22 68 – Contact : //priorit%C3%Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser./" target="_blank" style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; vertical-align: baseline; font-family: inherit; color: rgb(19, 56, 93); transition: all 0.4s ease-in-out;">prioritéCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Journées européennes du patrimoine :

 
Les 19 et 20 septembre, Saint-Leu-la-Forêt sera l’objet des meilleures curiosités au fil d’un circuit de visites. Avec des animations culturelles gratuites, et souvent adaptées aux enfants.

Samedi 19 septembre de 10h à 12h30 et de 14h30 à 17h30 :
– Au jardin de la croix du Prince de Condé : l’Ahgevo vous contera l’histoire de cette famille illustre qu’étaient les Condé.
– A la chapelle Sainte-Geneviève : l’ Ahgevo vous entraînera sur les traces de ce bâtiment crée en 1333.
– A l’église : l’organiste Alain Madec vous fera découvrir l’orgue Cavaillé-Coll. Michel Ebroussard vous ouvrira le chapier (au-dessus de la sacristie) où vous pourrez voir des ornements et vêtements sacerdotaux du 19e siècle.
Guy Barat vous entraînera dans la crypte et vous racontera l’histoire napoléonienne de Saint-Leu-la-Forêt.
– Place de la Forge : Départ à 14h du petit train touristique pour un circuit sur les hauteurs de Saint-Leu-la-Forêt. Un départ est prévu toutes les heures. Arrivée rue de Chauvry, à l’angle du marché.
– A travers les plus vieilles rues de la ville : promenade commentée en char à banc. Départ toutes les heures, à partir de 14h30, de la place de la mairie.

Dimanche 20 septembre de 14h30 à 17h30 :
– A l’église : visite de la crypte commentée par Guy Barat.
– Dans les sentes : balade historique et littéraire en Plaine.

Ce circuit à travers les sentes permettra, entre autres, de découvrir la Maison Rellys (avenue des Tilleuls), celle d’Olivier Larronde (rue Cognacq Jay), l’atelier Bartholdi (rue du Château de Boissy), la maison Wanda Landowska (rue du Général de Gaulle) pour finir devant la mairie de Saint-Leu-la-Forêt.
Départ à 15h place Cyrille Lecomte (gare). Durée : 2h.
Réservations au Syndicat d’initiative ou par téléphone au 01 39 95 63 04

Le samedi 12 septembre de 10h à 19h au gymnase Jean Moulin, retrouvez les associations de la ville (une centaine) qui se tiendront à votre disposition pour vous informer de leurs activités et fonctionnement.

Un rendez-vous qui sera également l’occasion de découvrir la programmation culturelle à venir, les activités proposées par l’école municipale du sport, les accueils de loisirs ou encore les actions du groupe culture jeune…