Bienvenue

Dans la liturgie catholique de l'Epiphanie, toute la place est faite aux Mages venant de l'Orient pour adorer l'Enfant de la Crèche. Suivant l'étoile, ils viennent de loin, portés par les chameaux. "Tous les habitants de Saba viendront, portant de l'or et de l'encens, et ils publieront les louanges du Seigneur. Lève-toi, Jérusalem, et brille d'un vif éclat, car la gloire du Seigneur s'est levée sur toi". La pièce grégorienne ci-dessous est vraiment expressive. Sa mélodie exprime de façon extraordinaire le rythme de la caravane de chameaux s'avançant lentement dans le désert, vers Bethléem.

GRADUAL • Epiphany from Corpus Christi Watershed on Vimeo.



A l’heure des devoirs de son fiston en CM 1, Amélie est tombée sur la leçon sur le prédicat dans le cahier de français, elle s’est longuement gratté la tête. « Je n’avais jamais entendu parler de ça. En plus, la leçon, qui tenait en six lignes, était un peu floue. Ce terme ne disait rien à mon autre fils, en 6e. J’ai alors surfé sur Internet pour tenter de comprendre », raconte-t-elle.

Amélie est allée voir la maîtresse. « Elle m’a répondu : Moi non plus, je n’y comprends pas grand-chose, je suis un peu perdue, c’est pour ça que la leçon était assez succincte. J’ai discuté avec une autre enseignante qui m’a dit, elle, qu’elle ne l’appliquait pas », décrit-elle.

La quadra juge la situation aberrante « On parle d’égalité des chances. Mais il y a en fait égalité de rien du tout », observe celle qui fustige un « nivellement par le bas » [...]

Le Parisien

Une vidéo émouvante... Adieu Monsieur le professeur, il y a encore des élèves qui aiment et respectent leurs enseignants. Cela est rassurant.  Haie d'honneur de tout un collège de Côte-d'Or pour un prof qui part à la retraite.



L’archevêque de Marseille et président de la Conférence des Evèques de France (CEF), Mgr Pontier, a profité de ses voeux pour faire un peu de propagande électorale et dénoncer ceux qui osent encore lutter contre l’immigration délirante, se positionnant ainsi clairement en rupture de la doctrine sociale de l’Eglise catholique...

Selon la philosophie politique, une cause essentielle de toute société est « l'unité sociale », c'est-à-dire le fait d'avoir une action commune. Or le principe de cette unité sociale est l'autorité. En effet, un membre d'une société quelconque poursuit spontanément ses buts personnels. Si chacun était laissé à sa volonté propre, il n'y aurait aucune action commune. Le propre de l'autorité, au contraire, est de déterminer l'action commune à laquelle chacun participera, permettant aux membres de « faire société ».

Le rappel de ces principes nous fait comprendre que la déliquescence de l'autorité constitue un problème pour une société. Et que cela devient un drame majeur lorsque cette éclipse de l'autorité atteint les sociétés qui construisent l'être humain, principalement la famille et la nation.

Or, c'est malheureusement ce que nous vivons aujourd'hui. Nous subissons la ruine de l'autorité : les chefs renoncent à commander, les sujets refusent d'obéir...

Introït de la Messe du Jour de Noël 

 

 

TV Libertés soutient les crèches de Noël, et vous ?

Madame, Monsieur

En cette fin d'année, et à la veille de Noël, les offensives se multiplient en France et en Europe émanant des ayatollahs de la laïcité cherchant à effacer notre civilisation et notre patrimoine chrétien.

Ainsi, ces gens - dont une partie importante de nos gouvernants et des hauts responsables de l'Etat - s'offusquent de la présence de crèches de Noël dans nos écoles, nos rues, nos institutions. Des procédures pénales lancées par des associations subventionnées par l'Etat et visant à les faire interdire se multiplient.

Souhaitez-vous, vous aussi, encourager avec vos impôts ces associations subventionnées qui n'auront de cesse d'attaquer notre héritage chrétien et nos traditions ?

Dans ce cas, n'hésitez pas à payer l'intégralité de vos impôts au gouvernement (cliquez-ici)
Ou bien, enfin, souhaiteriez vous plutôt aider une télévision qui se fait le relai, chaque jour, du combat pour la préservation des crèches de Noël, que ce soit celui de Robert Ménard à Béziers, de Laurent Wauquiez à Lyon, de Julien Sanchez (maire FN de Beaucaire) ou des fiers citoyens d'Espagne à Madrid ?
C'est à TV Libertés qu'il faut offrir un cadeau de Noël (cliquez-ici) tout en réduisant vos impôts .

71% des français sont favorables à la crèche dans les lieux publics, car la crèche constitue avant tout élément de notre culture. La décision du Conseil d’Etat en date du 9 novembre 2016 établit que l’installation d’une crèche de Noël, à titre temporaire, à l’initiative d’une personne publique dans un emplacement public, est possible du moment qu’elle présente un caractère culturel et festif.

La crèche est un très beau symbole d’unité et de solidarité familiale. Il ne s’agit pas  d’une lubie, ni d’un étendard identitaire, mais d'un héritage culturel qui fait partie de notre patrimoine, depuis Clovis jusqu’à aujourd’hui.

Les enfants scolarisés dans les écoles maternelles de Huningue, dans le Haut-Rhin, seront privés de la visite habituelle de deux personnages emblématiques du folklore national, particulièrement dans notre région du Grand-Est : saint Nicolas et son compère le « méchant » père Fouettard. Chaque année, nos plus petits compatriotes se font une joie de recevoir saint Nicolas à l’école ; ils en seront privés au nom d’une vision dévoyée de la laïcité, punitive et opposée à nos traditions séculaires.

Il faudra maintenant expliquer à des enfants de quatre ans que saint Nicolas, patron des écoliers qui leur apporte des cadeaux et des bonbons, et le père Fouettard qui les réprimande s’ils n’ont pas été assez sages, ne passeront pas les voir au nom du « principe de laïcité » et de l’ouverture à l’autre…

Dans quel monde vit-on ? Quelle France allons-nous léguer à nos enfants ?

Le droit à l’avortement vu par le démographe.

Une saignée des peuples d’Europe bien supérieure à celle déjà énorme de la première guerre mondiale (feu Jacques Dupâquier, démographe pontoisien mondialement connu, auteur de nombreux ouvrages sur la démographie)

En France, avant la loi Veil, les études les plus sérieuses font état d’environ 65 000 avortements par an (les plus larges vont jusqu’à 100 000). Deux ans après la loi Veil, on dépassait les 150 000 avortements par an…le nombre d’avortements tourne aujourd’hui autour de 215 000.

Le droit à l'avortement est l'un des deux piliers du Grand Remplacement des populations occidentales, voulu et organisé par la franc-maçonnerie mondialiste. La loi Veil et le regroupement familial furent d’ailleurs votés à quelques mois d’intervalle.