Bienvenue

Selon la philosophie politique, une cause essentielle de toute société est « l'unité sociale », c'est-à-dire le fait d'avoir une action commune. Or le principe de cette unité sociale est l'autorité. En effet, un membre d'une société quelconque poursuit spontanément ses buts personnels. Si chacun était laissé à sa volonté propre, il n'y aurait aucune action commune. Le propre de l'autorité, au contraire, est de déterminer l'action commune à laquelle chacun participera, permettant aux membres de « faire société ».

Le rappel de ces principes nous fait comprendre que la déliquescence de l'autorité constitue un problème pour une société. Et que cela devient un drame majeur lorsque cette éclipse de l'autorité atteint les sociétés qui construisent l'être humain, principalement la famille et la nation.

Or, c'est malheureusement ce que nous vivons aujourd'hui. Nous subissons la ruine de l'autorité : les chefs renoncent à commander, les sujets refusent d'obéir...

Dans la famille, les parents démissionnent tandis que leurs enfants contestent. Dans les associations civiles, les entreprises, personne ne veut obtempérer s'il n'a examiné auparavant l'ordre donné, tandis que les chefs évitent de commander et « ouvrent le parapluie ». Dans la nation, les élus sont à la remorque des électeurs, tandis que ces derniers se rebellent à tout instant.

Les conséquences de cette destruction de l'autorité sont terribles. D'abord, puisque l'autorité est la cause de l'unité sociale, l'absence d'une autorité claire et ferme engendre le fractionnement de la société. Chacun « fait ses petites affaires » dans son coin, tandis que le bien proprement commun est négligé voire contredit.

Ensuite, cela crée un trouble profond dans la société. Le 13 juin 1849, le Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte proclamait : « Il est temps que les bons se rassurent et que les méchants tremblent. » Quoi qu'il en soit du futur « Empereur des Français », ce slogan décrit l'ordre normal d'une société. Au contraire, lorsque l'autorité se délite, la situation inverse s'installe : les méchants prennent de l'assurance dans leurs méfaits, tandis que les bons se découragent et se mettent à craindre. Pis que cela, cet affaiblissement de l'autorité bloque la société, car les hommes moyens, ni bons ni mauvais pourrait- on dire, du fait qu'ils ne sont plus dirigés, tombent dans la négligence. L'activité de toute la société ralentit, l'inertie (symptôme de mort) gagne progressivement.

Ne nous laissons donc pas emporter par cette vague de mépris et de contestation de l'autorité. Quant à ceux qui ont reçu l'autorité, ils doivent courageusement et humblement « remplir tous les devoirs de leur ministère », « reprendre, exhorter, menacer, en toute patience et doctrine », même si le temps semble venu où les hommes rejettent la saine doctrine et veulent vivre selon leurs désirs sans supporter aucune autorité.

Prions donc pour que 2017 nous apporte de vrais chefs capables de prendre leurs responsabilités et d'exercer avec justice et force leur autorité dans la nation.

D'après C. Bouchacourt.