Bienvenue

Jean Tirole est l’un des économistes les plus influents de notre temps. Né le 9 août 1953, il est président de la Fondation Jean-Jacques Laffont – Toulouse School of economics (TSE), directeur scientifique de l’Institut d’économie industrielle (IDEI) à Toulouse et membre fondateur de l’Institute for Advanced Study in Toulouse (IAST). Il est aussi professeur invité au MIT et membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis le 27 juin 2011. Depuis 1995, il est directeur d’études cumulant à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Le 13 octobre 2014, Jean Tirole reçoit le prix Nobel d’économie pour son « analyse de la puissance du marché et de la régulation ». Il fit d’importantes contributions dans plusieurs domaines de recherche, mais il a surtout clarifié comment nous pouvons comprendre et réglementer les secteurs qui sont dominés par une poignée d’entreprises.

 

La réglementation est complexe

Il est toujours pertinent de se demander quelles activités doivent être réalisées par l’Etat et quelles activités doivent être laissées au secteur privé. Plusieurs gouvernements ont ouvert des monopoles publics aux actionnaires privés, aussi bien dans les secteurs des réseaux ferroviaires, de distribution d’eau, de la poste, des télécommunications, que de l’éducation ou des soins de santé.

Les expériences tirées de ces privatisations ont été contrastées et il a été bien souvent plus difficile que prévu d’inciter les entreprises privées à adopter le comportement attendu.

Il y a deux grandes difficultés. Premièrement, plusieurs marchés sont dominés par un nombre réduit d’entreprises qui influencent alors les prix, le volume et la qualité du produit. La théorie économique traditionnelle n’est pas adaptée à cette situation, qualifiée d’”oligopole”. Elle est davantage adaptée à une situation de monopole ou à une situation connue sous le nom de “concurrence pure et parfaite“.
La seconde difficulté est que les autorités régulatrices manquent d’informations à propos des coûts des entreprises et à propos de la qualité des biens et services qu’elles offrent. Ce manque d’information donne souvent un avantage naturel aux entreprises réglementées.

Avant Tirole

Dans les années quatre-vingt, avant que Tirole ne publie son premier travail, la recherche dans la réglementation était bien maigre et les rares travaux sur ce thème portaient essentiellement sur la manière par laquelle les gouvernements doivent intervenir et contrôler la fixation des prix dans deux situations extrêmes: le monopole et la concurrence pure et parfaite.

A cette époque, les chercheurs et les responsables politiques cherchaient des principes généraux qui pourraient s’appliquer à chaque secteur. Ils conseillaient une règle simple pour les politiques de réglementation, par exemple en imposant des prix plafonds pour les monopoleurs et en interdisant la coopération entre concurrents sur un même marché, tout en permettant une coopération entre les entreprises qui sont situées à différentes étapes de la chaîne de valeur.

Les études de Tirole ont montré que de telles règles fonctionnent sous certaines conditions, mais qu’elles font plus de mal que de bien sous d’autres conditions. Les plafonnements de prix peuvent inciter les entreprises dominantes à réduire leurs coûts (une chose bénéfique pour la société), mais aussi leur permettre de réaliser des profits excessifs (ce qui est une mauvaise chose pour la société).

La coopération sur la fixation des prix dans un marché est en général nocive, mais la coopération en ce qui concerne les regroupements de brevets (patent pools) peut bénéficier à chaque partie prenante. La fusion d’une entreprise et de son fournisseur peut mener à une innovation plus rapide, mais elle peut aussi nuire à la concurrence.

Afin d’arriver à ces résultats, une nouvelle théorie était nécessaire pour les marchés en situation d’oligopole, parce même une large privatisation peut ne pas créer suffisamment de marge pour que plusieurs entreprises soient présentes sur le marché. Il était aussi nécessaire de construire une nouvelle théorie de la réglementation pour les situations d’information asymétrique, parce que les régulateurs ont souvent peu d’informations concernant les conditions sous lesquelles évoluent les entreprises.

De nouveaux outils théoriques

Pour élaborer ses recherches, Tirole s’est appuyé sur de nouvelles méthodes scientifiques, notamment la théorie des jeux et la théorie des contrats. On espérait vraiment que ces méthodes aident à améliorer la politique sur le plan pratique. La théorie des jeux devait aider à étudier plus systématiquement la manière par laquelle chaque entreprise réagit à différents conditions et au comportement des autres entreprises.

La prochaine étape aurait été de proposer une réglementation appropriée qui se serait fondée sur la nouvelle théorie des contrats incitatifs entre des parties ne disposant pas des mêmes informations. Cependant, même si beaucoup se posaient les bonnes questions, il était bien difficile d’y répondre. Jean Tirole commença ses recherches sur la réglementation et l’oligopole au début des années quatre-vingt.

Il avait déjà été diplômé en ingénierie à l’École Polytechnique et à l’École Nationale des Ponts et Chaussées à Paris, ainsi qu’en mathématiques à l’Université Paris-Dauphine. En 1981, il finit son doctorat d’économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge, aux États-Unis. Les nouveaux outils de la théorie économique (…) donnèrent à Tirole une base solide sur laquelle il pouvait renouveler et approfondir l’analyse de la réglementation et du pouvoir de marché.

Les problèmes d’information du régulateur

En 1986, Tirole et son collègue Jean-Jacques Laffont firent une importante contribution à la théorie de la réglementation. Ils démontrèrent comment un ensemble précis de contrats de production permettait de contourner le problème d’information asymétrique sur un marché où le réglementateur ne sait pas précisément quels sont les coûts et les choix de techniques de production qui s’imposent au monopoleur.

Le problème central est de fournir une compensation qui soit suffisamment importante pour que la production soit rentable, sans utiliser les recettes fiscales pour des profits inutilement élevés. Laffont et Tirole démontrèrent comment le réglementateur pouvait résoudre ce dilemme. Les autorités pouvaient palier leur manque d’informations relatives aux conditions auxquelles l’entreprise est soumise en lui imposant de choisir un contrat à partir d’un ensemble précis de contrats.

Qu’importe le type de producteur, ce dernier va choisir le genre de contrat qui lui bénéficie le plus. Un producteur dont les coûts sont élevés et difficilement compressibles va choisir un contrat avec un dédommagement élevé pour ses coûts et il aura donc peu intérêt à les réduire. Un producteur pour qui il est plus facile de réduire les coûts va choisir un contrat avec une compensation relativement faible pour ses coûts, mais avec un prix plus élevé pour les services qu’il fournit et il sera donc fortement incité à réduire ses coûts.

Un unique contrat qui chercherait un compromis entre ces deux aspects se traduirait par des profits inutilement élevés s’il est facile pour l’entreprise de réduire ses coûts. Durant les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, Laffont et Tirole appliquèrent leur théorie à tout un éventail de problèmes.

Ils résumèrent leurs résultats dans un livre sur les marchés publics et la réglementation, publié en 1993, un livre qui a grandement influencé la pratique de la réglementation. Les résultats théoriques sur l’efficacité des différents types de réglementation ont été plutôt bien vérifiés dans les études empiriques des différents secteurs pris isolément.

La dynamique de la réglementation

Dans plusieurs cas, des questions se posent à propos du calendrier de la réglementation : pour quelle période le premier ensemble de règles doit-il être conçu et comment doit-il être revu et renouvelé ? Laffont et Tirole se sont penchés sur ces questions dans deux articles importants publiés en 1988 et en 1990, où ils se basaient sur les travaux réalisés précédemment par Freixas, Laffont et Tirole en 1985.

Supposons que le réglementateur et le producteur ne peuvent signer un contrat de long terme, mais seulement une série de contrats de court terme. Cela signifie que les actions courantes du producteur peuvent affecter sa future réglementation. Si un producteur à faible coût travaille dur et réalise de larges profits durant la première période du contrat, le réglementateur peut resserrer les exigences dans le prochain contrat de façon à réduire le profit potentiel.

Le risque est alors que le producteur anticipe cela et travaille moins, ce qui pénalise l’activité. Si les autorités ne peuvent fixer des contrats de long terme, il est impossible d’obtenir du producteur qu’il choisisse l’effort approprié à un coût raisonnable, si bien qu’il ne révélera pas ses coûts. En fait, les autorités doivent utiliser de plus faibles incitations et apprendre graduellement ces conditions, ce qui va se faire rapidement si l’activité est complexe et peu rentable, mais lentement si elle est simple et lucrative.

L’indépendance du réglementateur

Dans la plupart des pays, le cadre de la réglementation est tout d’abord décidé à un niveau supérieur (par exemple par le gouvernement) et une administration publique a alors pour tâche de préciser les termes de la réglementation. En 1986, Tirole a analysé le système de récompense optimal dans une relation hiérarchique similaire, en étudiant un cas plus général avec un principal (le propriétaire), un superviseur (le contremaître) et un agent (le travailleur).

Le problème est que l’administration publique et l’entreprise ont plus d’information à propos de l’activité que le gouvernement. Avec un cadre laxiste, il y a un risque que tous deux se mettent d’accord pour dissimuler l’information au gouvernement, et ce au profit de l’entreprise : l’autorité administrative se fait l’avocate de l’entreprise. En 1991, Laffont et Tirole ont examiné comment la réglementation doit être conçue pour minimiser ce risque.

Le principal résultat de leur analyse est que le gouvernement doit établir un cadre qui considère explicitement le risque que le régulateur dissimule l’information et soit de mèche avec l’entreprise réglementée. Même avec un cadre bien conçu, un régulateur va quelques fois se faire l’avocat de l’entreprise, mais cependant il ne va pas se permettre d’être corrompu ou de taire activement l’information.

La concurrence et les investissements stratégiques

Les monopoles ne sont pas les seuls à requérir une réglementation ; il y a aussi les marchés d’oligopole. Notamment avec ses coauteurs, Tirole a fourni plusieurs contributions importantes aux théories du droit de la concurrence, notamment les analyses des effets des brevets, des avancées technologiques et des investissements stratégiques sur la concurrence. Les brevets peuvent donner aux entreprises un avantage stratégique.

En 1983, Tirole, en collaboration avec Drew Fudenberg, Richard Gilbert et Joseph Stiglitz (un lauréat du prix en 2011), a analysé les conditions d’une course au brevet entre les entreprises. Ils prédirent des courses intenses dans les situations où plusieurs entreprises sont à peu près au même niveau, mais de plus faibles niveaux d’investissement dans la recherche-développement lorsqu’une entreprise est fortement en avance sur les autres.

Dans un article de 1984, Fudenberg et Tirole utilisèrent la théorie des jeux pour analyser comment une entreprise peut influencer stratégiquement ses concurrents. Un investissement stratégique a des effets de long terme sur la profitabilité de l’entreprise. Une question importante est si les investissements rendent l’entreprise plus (ou moins) agressive dans la concurrence à venir. Un exemple est un investissement qui réduit le coût marginal d’une entreprise.

La question suivante est comment les entreprises en concurrence peuvent réagir face à une telle concurrence. Sur certains marchés, les investissements agressifs vont être payants, comme les concurrents vont perdre des parts de marché. Sur d’autres marchés, de tels marchés ne se révèlent pas profitables, puisque les concurrents vont à leur tour adopter un comportement agressif.

Il est donc nécessaire de comprendre de façon plus détaillée les conditions particulières d’un secteur spécifique pour déterminer quel type de stratégie est le plus profitable pour les entreprises de ce secteur. Certaines intuitions sont importantes pour les praticiens et les autorités de la concurrence.

Les praticiens peuvent commettre des erreurs s’ils essayent d’appliquer aveuglément les enseignements tirés d’un marché à un autre et les autorités peuvent commettre des erreurs si elles régulent les entreprises sans prendre en compte les conditions de marché spécifiques au secteur.

La concurrence sur des marchés spécifiques

Il n’y a pas de solutions simples et standards pour la réglementation et la politique de la concurrence, puisque celles qui se révèlent les plus appropriées vont être différentes d’un marché à l’autre. Par conséquent, Jean Tirole a aussi étudié les conditions de marchés spécifiques et a contribué à de nouvelles perspectives théoriques.

Traditionnellement, vendre à pertes était interdit par la loi de la concurrence, parce que fixer des prix à un niveau inférieur aux coûts de production est une manière de se débarrasser des concurrents. Cependant, ce n’est pas nécessairement vrai sur tous les marchés.

Considérons le marché du journal, par exemple, où distribuer des journaux gratuitement peut être une manière d’attirer des lecteurs et donc de nouveaux publicitaires pour couvrir les pertes associées à la production et à la distribution. Dans ce cas, on peut contester l’idée que la vente à pertes doit être bannie. Avec Jean-Charles Rochet, Tirole nous a permis de mieux comprendre ces marchés de plateforme où il y a un fort lien entre les différentes parties prenantes de la plateforme technique, telles que les lecteurs et les publicitaires dans le cas des journaux.

La concurrence et les restrictions verticales

Que se passe-t-il lorsque quelqu’un jouit d’un monopole dans un domaine qui constitue un maillon important dans une chaîne de production ? Ce problème classique est illustré par un phénomène moderne : le logiciel ou système d’exploitation d’une entreprise devenant dominant dans son domaine.

Formellement, on croyait que de telles entreprises peuvent bien réaliser des profits de monopole dans leur propre domaine, mais que la concurrence les empêche de bénéficier de leur position dans le maillon suivant de la chaîne de production.

Dans deux études (l’une réalisée avec Patrick Rey en 1986 et l’autre réalisée avec Oliver Hart en 1990), Tirole a démontré que cette idée n’était pas justifiée. Maîtriser un maillon de la chaîne offre à un monopoleur la possibilité de réaliser des profits sur le marché du maillon suivant. En réalité, c’est souvent en perturbant la concurrence sur un marché voisin qu’un monopoleur est capable de faire du profit. Un exemple est le producteur d’une innovation brevetée qui réduit les coûts.

Si les entreprises qui sont de potentiels acheteurs de cette innovation opèrent sur un marché où la concurrence est forte, le producteur va trouver difficile de gagner beaucoup d’argent s’il vend son innovation à toutes les entreprises en même temps ; la concurrence génère de faibles profits, même après la réduction des coûts, donc le producteur doit maintenir un faible prix.

Cependant, si l’innovation est vendue à une seule entreprise, cette entreprise fait un profit élevé parce qu’elle devient plus compétitive que ses concurrentes. Le producteur peut alors fixer ses prix à un niveau considérablement plus élevé.

Cependant il est loin d’être clair que le producteur peut s’engager à vendre à une seule entreprise. Une fois la vente réalisée, le producteur est incité à vendre à d’autres entreprises, mais si le premier client prend conscience de ce risque, il va préférer payer un prix plus faible.

Le producteur doit donc par conséquent promettre de ne pas réaliser d’autres ventes. Pour que cette promesse apparaisse crédible, il est nécessaire soit de signer une forme de contrat exclusif, soit de faire fusionner les deux entreprises. Les règles de la concurrence doivent donc mettre en regard ces deux considérations: d’un côté, les contrats verticaux peuvent limiter la concurrence mais, d’un autre côté, ils encouragent l’innovation.

Ce type de raisonnement a fourni une fondation nouvelle et robuste pour la législation et l’usage légal en ce qui concerne les contrats verticaux et les fusions. Donc, c’est encore un autre exemple du même résultat général : les politiques de concurrence les plus désirables diffèrent d’un marché à l’autre.

L’Académie Royale des sciences de Suède, « Market power and regulation », traduit par Martin Anota