Bienvenue

Pouvoir à nouveau boire de l’eau de source de Saint-Leu-la-Forêt, comme d’antan ! C’est l’ambition affichée par les élus. La source Méry, du nom de son découvreur, Auguste Méry, avait alimenté jusqu’en 1973 l’usine d’embouteillage, qu’il avait fondée, rue du Château. L’entreprise avait ensuite été reprise par la société des eaux d’Évian. L’usine a fermé en 1973 et une partie des bâtiments est occupée depuis par la Maison pour tous Pierre-Boudinet.

«Plus de 100 personnes y travaillaient, beaucoup de Saint- Loupiens s’en souviennent,explique Loïc Drouin. Ce travail pour remettre en bouteille cette eau sera long, comme pour le label “Ville d’art et d’histoire”. Il faudra déjà commencer par des analyses en laboratoire pour s’assurer en terme de qualité sanitaire de la faisabilité, puis séduire un groupe privé pour se lancer.»

 

Ce ne sera pas une mince affaire. Il y a quelques années, la Ville de Montigny a tenté la même chose.

Une source (issue de la même nappe que l’eau de Franconville, commercialisée sous la marque Cristaline jusqu’en 2012) alimentait l’usine installée au Village, rue Jacques-Verniol, d’où sont sorties des millions de bouteilles, jusqu’à la fermeture en 1993. “Boire de l’eau de Montigny, c’est prolonger la vie”, disait la pub de l’époque. Dans les années 2000, la Ville, comme aujourd’hui Saint-Leu, tente de faire revivre sa source. Nestlé Waters, qui en était le propriétaire jusqu’en 2007, ne s’y était pas risqué. Les normes draconiennes imposées pour que l’eau soit potable et commercialisable, ont fait capoter le projet.

La Ville a néanmoins pu faire rejaillir la source à travers un réaménagement des lieux devant le bois, avec cascade et aire de promenade.

Source: La Gazette du Val d'Oise