Bienvenue

eglisernoveoct2010_1198.jpgUne grande nouveauté, d'un point de vue musical et liturgique, vient d'avoir lieu chez nos voisins du Plessis Bouchard :
 
Le 18 novembre dernier, dans l'église Saint-Nicolas, récemment réhabilitée en plein centre-ville, le Père Jean-Pierre Mangès, curé de la paroisse, y a, pour la première fois, à la demande d'un groupe de paroissiens et d'autres fidèles de la Vallée de Montmorency et en accord avec l'ancien évêque de Pontoise, Mgr Riocreux, célébré la messe dans sa forme traditionnelle, latine et grégorienne (rit tridentin).
 
Des services liturgiques se sont alors improvisés, qui ne demandent qu'à s'étoffer pour les prochaines messes.
Nombre de bonnes volontés sont donc recherchées
pour contribuer à la beauté de la liturgie dont : ....

La Paroisse du Plessis-Bouchard a annoncé dans son bulletin du 10 novembre 2012 "une messe telle que célébrée avant 1964". C'est-à-dire une messe de rit tridentin ou encore "selon la forme extraordinaire du rit romain".  Une messe face à Dieu, avec latin et chant grégorien. La messe sera dite (chantée) à l'église Saint-Nicolas du Plessis-Bouchard une fois par mois, le dimanche, la première messe étant le dimanche 18 novembre prochain à 18h.

Même si cela fait déjà trop longtemps que de nombreuses familles en ont fait la demande, c'est aujourd'hui une bonne nouvelle qui sera bien accueillie à Saint-Leu et dans la vallée de Montmorency...

 Il n'y a vraiment pas de quoi !  Le bilan de Vatican II est catastrophique : vieillissement du clergé, raréfaction des vocations.

Extrait d'une conférence de Mgr Fellay:

Je me souviens de mes premières visites à Rome, lorsque j'essayais de dire que cela n'allait pas dans l'Eglise, on me répondait : « Mais non, tout va bien ! » J'étais obligé de me munir d'exemples, de documents à montrer pour appuyer mes dires. Maintenant, Rome admet qu'effectivement certaines choses ne vont pas, peut-être parce que la crise est plus visible. Ce malaise se fait ressentir cruellement, notamment au niveau des vocations... Et si l'on regarde les diocèses de France, d'Allemagne, de l'Europe entière, c'est une catastrophe sans nom....

concile_vatican_ii.jpgSi ce n'est pas une revanche de l'histoire cela y ressemble. Le cinquantième anniversaire du Concile Vatican II qui va être célébré dans l'Eglise catholique en 2012 pourrait paradoxalement marquer le crépuscule de..."l'esprit du Concile" qui fut pourtant sa grande promesse...

Si "l'esprit du Concile" se meurt, serait-ce "l'esprit catholique" qui revient ? 

Profanations : l'indignation à sens unique des politiques est de plus en plus mal perçue

L’église de Cormery et la mosquée de Limoges ont été profanées. Manuel Valls condamne la profanation de la mosquée. Pour l’église, pas un mot : article à lire ici.

LCP - La Chaîne Parlementaire - est financée avec vos impôts, comme France 2 et sa série Inquisitio. C'est à un grand moment de journalisme d'Etat que les téléspectateurs ont pu assister avec l'émission "Que veut le Pape". Pendant plus d'une heure, ce sont les habituelles attaques contre Benoît XVI qui ont été formulées. Sur la chaîne parlementaire, c'est encore plus agaçant.

Pour contacter LCP, c'est ici.
 

La soutane revient: ce furent les jeunes prêtres de 1962 qui l'enlevèrent. Ce sont les jeunes prêtres de 2012 qui la remettent. C’est à chaque fois une affaire de jeunes....
Source: Jean Mercier - La Vie - 29 juin 2012


Dans le jeu des chaises musicales du jour, il y a un coup à droite et un coup à gauche. Le coup à droite, c’est la nomination de Mgr Roland à Ars. A gauche, c’est Mgr Vingt-Trois, qui a obtenu que Mgr Jean-Yves Riocreux, évêque de Pontoise, soit écarté en Guadeloupe. Mgr Riocreux, pourtant ancien curé parisien, notamment à St Ferdinand des Ternes, n’est pas dans la ligne du cardinal-archevêque de Paris. Lequel souhaite vraisemblablement le remplacer par l’un de ses actuels auxiliaires.

Les astuces françaises pour tuer le latin : Histoire et faits actuels

C'est très volontairement que n'est pas évoquée ici la forme de la messe, mais uniquement le recours au latin, que la messe soit sous la forme "ordinaire" (Concile Vatican II) ou "extraordinaire" (d'avant le Concile). Car curieusement, ce n'est pas contre la messe "traditionnelle" que se dresse un certain nombre de prêtres et évêques, mais contre le latin, même - et surtout ! - lorsqu'il s'agit de l'utiliser dans la messe du Concile. On est tenté de dire "comprenne qui pourra !". En fait, c'est à la fois plus simple et plus tordu...

La christianophobie se porte bien, merci !  Une lamentable émission anticatholique à été projetée hier soir sur France3.