Bienvenue

Dans le cadre de la prochaine rentrée scolaire, les fiches d’inscription concernant les inscriptions pour les accueils de loisirs, les études surveillées et la restauration scolaire (distribuées par l’intermédiaire des écoles début juin) devront êtreimpérativement retournées avant le 3 juillet.

Le premier projet financé par la Fondation Espérance banlieues est le Cours Alexandre-Dumas, école pilote de la Fondation à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, qui a ouvert ses portes en septembre 2012.

Ce projet est né de la rencontre de trois acteurs : des professionnels de l'enseignement, la Fondation Espérance banlieues et la commune de Montfermeil. Des professeurs et des éducateurs voulaient en effet s'engager pour l'instruction et l'éducation des jeunes dans les banlieues difficiles et dans un cadre leur permettant de s'adapter aux vrais besoins des élèves, sans pesanteur administrative et en étant certains d'être soutenus dans leur démarche.

L’école de la République sombre-t-elle dans un délabrement irréversible ? Patrimoines scolaires à l’abandon, violences, enseignants malmenés et démotivés, tous les voyants sont au rouge. Un état des lieux inquiétant…

Après les attentats de Paris, la classe politique tournait naïvement son regard vers l’école publique, l’investissant du devoir sacré de transmettre les valeurs de la République à une jeunesse en perte de repère. L’Éducation nationale a-t-elle la capacité ou seulement le désir de remplir ce sacerdoce ?

Jusqu’au milieu des années 1980, la France était réputée posséder le meilleur système d’éducation au monde. Puis elle décrochait du premier rang occupé pour chuter en 15ème position en 2000 (Classement PISA de l’OCDE). Douze ans plus tard la dégringolade continuait, occupant la 25ème position, derrière la Slovénie, le Danemark et la République Tchèque. La note française attendue en 2015 s’annonce minable, avec une probable relégation entre la 30ème et la 36ème place du classement. Comment en est-on arrivé là ?

Anne Coffinier : l'intelligence au service du bien commun. C'est par la société civile que nous parviendrons à sortir du marasme de l'école de la République.  JJ Bourdin est visiblement impressionné... JJ Bourdin découvre la lune et le territoire repris en main par des initiatives simplissimes : pourquoi sommes-nous tombés si bas ? Une solution à développer d'urgence pour l'éducation de nos enfants ET pour le budget de l'Etat. Faites tourner la video !!!

 

Source: Le Figaro

Les affaires de porc à la cantine défraient régulièrement la chronique, depuis près d'une vingtaine d'années. Après les municipales, Marine Le Pen s'était déclarée favorable aux menus uniques dans les cantines. En octobre dernier, le maire de Lagny-le-sec, Didier Doucet (Divers droite), s'était fait remarquer pour avoir interdit la diversité dans les menus des cantines scolaires. Dernièrement, c'est la commune de Sargé-lès-Le-Mans, dans la Sarthe, qui a décidé de ne plus servir un substitut au porc lorsque celui-ci est présent au menu de la cantine...

A ceux qui penseraient naïvement que les manifestations du pre­mier semestre 2014, hostiles à l'enseignement de la théorie du genre à l'école, ont réussi à faire reculer le gouvernement, il suffit de lire le rapport interne de l'inspection de l'Education nationale, publié le 30 juin 2014, pour comprendre qu'il n'en est rien.

Faisant le bilan de « l'expérimentation » des fameux ABCD de l'é­galité lancée à la rentrée de septembre 2013 dans plusieurs centaines d'écoles primaires, le document dit notamment ceci : « En matière de préconisations, non seulement il n'est pas proposé de renoncer au projet, il s'agit même de l'amplifier, en en faisant évoluer les modali­tés, de bâtir rigoureusement et progressivement un projet qui s'intègre au quotidien de la vie scolaire et des enseignements et qui relève plei­nement de l'éthique professionnelle des enseignant-e-s. L'égalité des droits entre les filles et les garçons doit relever d'une vigilance et d'une bienveillance permanentes, et non d'un « dispositif » que les professeur-e-s auraient la faculté de choisir ou de rejeter. »

Interrogé dans Le Figaro, Michel Onfray dit des choses intéressantes :

"L'école se substitue aux familles en matière d'éducation , dès lors, et pour ce faire, elle a renoncé à l'instruction. Demander à l'école qu'elle apprenne à lire, écrire, compter, penser devrait être une demande de bon sens: elle devient désormais une provocation!

Soixante et une, c'est le nombre des nouvelles écoles indépendantes qui ont ouvert leurs portes à la rentrée, contre trente-sept l'an dernier. Le boom des créations d'école est un signe d'espérance. Ce mouvement de la société civile n'est-il pas de bon augure sur la capacité du peuple français à se prendre lui-même en main et à innover dans le contexte de la défaillance croissante de l'État ?  Source: La Fondation pour l'Ecole

Toutes les informations juridiques et pratiques pour créer votre école en France:  http://creer-son-ecole.com/

Saint-Leu-la-Forêt. Malgré l’opposition de la commune à l’application de la réforme des rythmes scolaires, les écoles publiques ont bien ouvert leurs portes, conformément à la décision du tribunal administratif de Pontoise.

Anne Coffinier, directrice générale de la Fondation pour l'École, écrit dans le Figarovox :

"Voici que Najat Vallaud-Belkacem est placée à la tête de l'Éducation nationale, elle qui est l'emblème même de l'idéologisation à outrance de l'école. La réalité dépasse la fiction. Alors que tous appelaient à un apaisement après les tensions suscitées par l'ABCD de l'égalité et sa paradoxale suppression-généralisation, une telle nomination interpelle fortement.

Le président cherche-t-il à faire mieux passer le tournant libéral qu'il a été contraint d'opérer en économie en donnant à sa base militante une compensation sociétale (notre pauvre école étant désormais ravalée au rôle de laboratoire sociétal, cessant d'être une institution consacrée à l'instruction des citoyens) ?